AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

  Et les villes s'éclabousseraient de bleu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyMer 30 Avr - 16:00

T'es là, couchée sur la plage glaciale, quelques grains de sables téméraires viennent s'infiltrer sous tes vêtements, se glisser sur ta peau. Mais tu t'en fous, des grains de sables. Tu t'en fous, du vent qui balaye tes cheveux et qui te donne un air fou, encore plus sauvage que d'ordinnaire. Tu t'en fous des vagues, tu t'en fous de la mer. T'es venue là pour regarder les étoiles. Parce que tu ne connais pas meilleur endroit que la plage pour compter les astres. Il doit être minuit passé, peut-être que tu devrait rentrer c'est vrai. T'as un peu froid, t'as un peu l'air con, mais ça t'es égal à toi. Tu es bien ici. Tu es bien, à te faire petit à petit bouffer par la nuit. Et c'est peut-être la première fois que tu te sens bien depuis que t'es arrivée dans cette ville, un peu par hasard, sans doute parce que c'est un bel endroit pour compter les étoiles.


Dernière édition par Lua le Jeu 1 Mai - 5:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyMer 30 Avr - 21:51

Il s'avance dans les ténèbres de la nuit, le pas titubant, maladroit. Sa main ne lâche plus la bouteille de vin qui l'accompagne depuis des heures. Ses joues rouges et son haleine chargée d'alcool contrastent avec sa tenue impeccable. Une cravate noire entoure gracieusement le col de sa chemise blanche qui dessine les muscles de son torse. Sa veste de costard s'est perdue dans les rues, triste témoin d'une soirée trop arrosée. Le goulot au bord des lèvres il continue de marcher, sans vraiment chercher un endroit où s'arrêter. La plage est grande, l'étendue de sable infinie. Au loin, le doux murmure du vent l'interpelle, comme une chuchotement incessant. C'est là qu'il la remarque. Triste silhouette abandonnée auprès de l'eau, comme Aphrodite rejetée par l'écume. Il est complètement bourré, sa tête lui hurle de s'allonger pour dormir mais il se rapproche d'elle, belle inconnue solitaire. Le plus naturellement du monde, il se pose à coté d'elle, un sourire de velours sur ses lèvres tremblantes. Minuit, le froid règne en maitre. Sans rien dire, il l’observe, il scrute son visage à la recherche d'un quelconque trésor. Ses yeux se posent sur ses épaules, frêles. C'est une jolie femme, quoiqu'un peu mince à son gout. Un air bienveillant sur le visage, le voilà qui lui tend sa bouteille en avant, en guise d'introduction. Il est dégueulasse, mais il réchauffe. Un petit rire s'échappe de sa gorge serrée. Il ne sait pas ce qu'elle fait là, toute seule, allongée dans le sable. D'ailleurs il n'a pas envie de lui poser la question, chacun son jardin secret comme on dit. Alors il continue de l'observer, discrètement, malgré la maladresse évidente de ses gestes. Il s'allonge à ses côtés pour observer le ciel inondé d'étoiles. C'est beau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyJeu 1 Mai - 5:49

Et si elles parlaient, les étoiles, qu'auraient-elles à te dire ? Sans doute qu'elles pourraient te raconter le monde. Sans doute qu'elles pourraient t'expliquer la vie. Te révéler pourquoi tu es là, toi, et non pas là-haut avec elles. T'aimerais bien être une étoile, pour qu'un jour des yeux viennent se fixer sur toi comme les tiens le font avec elles en ce moment, pour savoir ce que ça fait de voir la Terre d'en haut. Mais tu es là pourtant, coincée sur le sol, à même le sable. Et les étoiles ne parlent pas. Elles restent muettes à tes prières, indifférentes. C'est pas grave, toi tu t'entêtes, tu te dis qu'elles finiront par craquer avant toi. Et tu restes là. Tu ne bouges pas, même quand t'entends le sable crier sous les pas d'un inconnu. Tu ne bouges pas, quand il vient s'assoir à tes côtés, on pourrait croire que tu ne l'as pas vu, que tu ne sais pas qu'il est là. Tu sais qu'il est là, en réalité, mais tu ne veux pas arrêter de fixer les étoiles, t'as peur qu'elles en profitent pour s'enfuir. « Il est dégueulasse, mais il réchauffe. ». Tu t'arraches à la contemplation du ciel pour te redresser et tu daignes enfin poser ton regard sur lui. La première chose qui t'interpelles, ce sont ses yeux. Comme deux étoiles. La deuxième, c'est la bouteille qu'il te tend. Tu l'attrapes et avales quelques gorgées sans lâcher un mot. Tu sais qu'il est soul, ça se verrait à des kilomètres, à vrai dire ça t'es égal. Tu lui redonnes sa bouteille et te laisse retomber contre le sable. « C'est beau.». Tu souris, imperceptiblement. « Et elles sont toujours là, elles. Qu'importe l'endroit où tu te trouves. », tu lâches, de ta voix rauque, comme si parler t'écorchait les lèvres.


Dernière édition par Lua le Ven 2 Mai - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyJeu 1 Mai - 13:11

Y'a des nuits elles sont pas là. Crois-moi des fois quand je lève les yeux y'a rien. Que du vide. Mais elles sont là ce soir alors tout va bien. Il attrape sa bouteille et il avale deux gorgées de vin. Putain qu'il est dégueulasse ce vin. Dégueulasse mais libérateur. Son esprit embrumé soupire de contentement. Son corps frémit de bonheur. De froid aussi. Il repense à sa veste, perdue au loin. Et puis quand bien même il l'aurait eu, sa veste, il l'aurait donné à la fille. Parce que les filles, c'est sensibles au froid, ça n'aime pas ça. Ça frissonne souvent les filles. Pas parce qu'elles sont faibles. Parce qu'elles sont frêles, des fleurs fragiles. Des fleurs qui se relèvent toujours malgré le poids de la rosée. L'inconnue parle d'une voix rauque, une voix dans laquelle on entend ses souvenirs. Si on tend bien l'oreille, là, on entend tout. Sacha est assourdi par l'alcool mais il entend. Les chuchotements indistincts d'une vie lointaine. Il n'a pas envie de parler. Son corps à côté de la fille, c'est suffisant. Y'a des silences qui révèlent plus que les mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyJeu 1 Mai - 13:43

« Y'a des nuits elles sont pas là. Crois-moi des fois quand je lève les yeux y'a rien. Que du vide. ». T’acquiesces simplement. Parfois elles sont d'humeur sombre, elles se cachent. Et elles te laissent seule avec toi-même, seule avec tes yeux faits pour regarder le ciel. Pas ce soir, pourtant. Elles ont choisi de venir, de vous convier à leur représentation, et de vous laisser les caresser du regard en restant trop lointaines pour vous, si terrestres. Tu leur en voudrais presque, de venir te tenter, alors que tu sais pertinemment que tu ne les auras jamais. Tu leur en voudrais presque mais tu ne peux pas t'empêcher de revenir, insatiablement et d'espérer que ce soir, ce sera différent. On pourrait croire que t'as complétement oublié l'endroit où tu te trouves et l'inconnu à tes côtés. Tu ne le regardes pas, c'est vrai. Tu l'écoutes simplement respirer, comme si son souffle allait te livrer des histoires, des vérités.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyJeu 1 Mai - 14:40

Le silence est roi, la fille est reine. Et Sacha, le prince. Elle est belle, il pourrait lui donner une couronne d'étoiles. Il aime le silence qui s'installe entre eux mais il le brise, presque malgré lui. Partante pour un bain de minuit ? Ses lèvres s'étirent dans un sourire coupable. Il sait qu'il fait froid, que l'eau doit être gelée. Mais il s'en fout. Ils sont jeunes après tout. Ils sont vivants. Ses mains s'enfoncent dans le sable doux. C'est la nuit de tous les possibles, une nuit qu'il n'a pas envie d'oublier. Sa peau réclame le sel de la mer. Il a besoin de se sentir exister. De se sentir vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyJeu 1 Mai - 15:06

Tu fermes les yeux. Tu pourrais t'endormir, ici, avec les étoiles pour veiller sur toi et pour berceuse le bruit des vagues qui se mêle à la respiration de ton inconnu. Tu aurais pu, s'il n'était pas venu briser le silence qui était venu se glisser entre vous deux, comme par un accord qu'il n'était pas utile de signer par des paroles. « Partante pour un bain de minuit ? ». Tu l'observes un moment sans rien dire. Tu hésites. T'es pas venue là pour ça, à la base. Seulement pour compter les astres. C'est au moment où l'on pourrait croire que tu ne lui répondras jamais que tu te décides. « Je te suis. ». Tes lèvres répondent enfin à son sourire, avec un peu de maladresse c'est vrai, parce que tu ne souris pas très souvent.


Dernière édition par Lua le Ven 2 Mai - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyJeu 1 Mai - 19:00

Elle le regarde et il retient son souffle. Les minutes passent, longues. Il s'attend à une réponse négative, à un t'es malade, casses toi, mais pas à un oui. Bordel. Elle est aussi cinglée que lui. Un sourire imperceptible se glisse sur ses lèvres tremblantes. Il se lève et il tend sa main pour aider la demoiselle à se lever. Il s'apprête à nager avec une fille dont il ne connait même pas le nom. Mais ça, il s'en fout. Y'a des moments dans la vie, où il faut savoir laisser tomber les habitudes. Allons-y avant que je regrette. Il éclate de rire et se rapproche des vagues qui dessinent des figures sur le sable. Tandis que ses pieds touchent l'eau salée, il sursaute comme un gamin effrayé. Elle est gelée. Et pourtant il se jette dedans, sans enlever ses fringues. Sa chemise trempée dessine son torse tandis qu'un rire puissant s'échappe de sa gorge. Bordel, c'est trop bon. Il se sent revivre. Il se sent bien là, dans l'eau glacée, avec pour seule compagnie l'éclat des étoiles. Et l'inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu EmptyVen 2 Mai - 11:24

Tu attrapes la main qu'il te tend et te relève. Tes muscles endormis se plaignent mais tu les ignores. T'as pas envie de penser, pas envie de réfléchir, parce que sinon ça te paraîtrait évident que son idée est complètement folle, peut être que tu regretterais, que tu t'en irai même. Et t'en as pas envie. « Allons-y avant que je regrette. ». Tu souris d'avantage. C'est comme s'il avait lu dans tes pensées. T'abandonnes tes chaussures et tu te rapproches de l'eau, un peu plus prudente que lui, un peu moins empressée. Lorsque les vagues viennent te lécher les chevilles tu frissonnes. « Ah putain. ». Tu serres les dents. C'est qu'elle est froide, la mer, elle te mord les jambes de ses crocs glacials. T'avances encore, chaque partie de ton corps semble te hurler d'arrêter mais étonnamment tu persévères, le pire c'est que ça te fait presque du bien. Tu finis par t’immerger complètement, t'as un instant l'impression que ton cœur s'arrête et pour autant tu ne t'es jamais sentie aussi vivante. Tu éclates de rire, d'un rire qui fait trembler les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



 Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty
MessageSujet: Re: Et les villes s'éclabousseraient de bleu    Et les villes s'éclabousseraient de bleu Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Et les villes s'éclabousseraient de bleu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nain bleu
» Le Loup Bleu (FT Kory)
» Rouge et Bleu
» Le Manoir des Bellamy.
» 01.05, 14h07 ≡ i just wanna be myself and i want you to know i am my hair

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: rp-