AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 BROKEN STRINGS.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



BROKEN STRINGS.  Empty
MessageSujet: BROKEN STRINGS.    BROKEN STRINGS.  EmptyDim 27 Avr - 18:12

T’étouffes dans cette piaule qui pue le renfermé. Tu t’attends même à voir un rat se frayer un chemin à travers tes affaires qui trainent vulgairement sur le sol. T’as pas de thunes. Juste assez pour te payer l’hôtel moisi du coin. Et t’ignores combien de temps tu vas pouvoir te le permettre. Bientôt ça sera la rue, avec les chats de gouttières et les chiens errants. Tu vaux pas mieux que les renégats de la société. Tu vas finir sous un pont, tu le sens au fond de tes tripes. Dépité, tu choppes ta veste et tu sors en claquant la porte, faisant trembler les murs au passage. Tu descends les marches deux par deux, pressé de retrouver l’air frais de la nuit. Il est tard. Tu jettes un rapide coup d’œil à ton portable qui annonce deux heures du matin. Il n’y a plus que les gens de la nuit qui trainent dehors à cette ci. Comme toi. T’arrives plus à dormir depuis des jours. Ton teint est pale. Et pour écorcher encore un peu plus ton pitoyable état, tu tires une cigarette de ton paquet de clopes et la porte à tes lèvres. Devant l’hôtel qui te sert d’abri, tu mets ton cul par terre, sur le trottoir. Tu regardes les gens qui passent, t’imaginant ce que pourrait bien être leur vie. Banff, ce purgatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



BROKEN STRINGS.  Empty
MessageSujet: Re: BROKEN STRINGS.    BROKEN STRINGS.  EmptyDim 27 Avr - 18:45

Il n'arrive pas à trouver le sommeil Chiffo, il y a beaucoup trop de bruits, dans son crâne comme à l'extérieur. Ça l'énerve. C'est qu'il déteste ça, lui, se faire réveiller par le bonheur quand il n'y a rien de tel dans son collimateur. Il ouvre les yeux sur le plafond en taule de son chambre sur roue, ses doigts serrent imperceptiblement le draps qui le couvre à peine. Tant pis, il n'y aura rien de serein ce soir. Chiffo se lève, passe à l'avant de son van et allume le moteur. Il a besoin d'une excuse pour se changer les idées. Se rapprocher de la seule supérette ouverte à cette heure-ci, trouver un bar tabac, un nouveau briquet et quelques feuilles en plus. Ou juste rouler, sentir le moteur qui vibre à quelques centimètres de ses cuisses, être libre, comme ça. Il met peut être une demi-heure à trouver un endroit où se garer, il claque la porte, enroule son écharpe autours de sa gorge et enfonce ses mains dans ses poches. C'est bien. Il a allure d'un frileux. Un brin charmant, un brin pouilleux. Le baroudeur type. Chiffo fait quelque pas, s'éloigne de son van et marche près de la route, évitant les rares voiture de cette heure-ci. Ça le brûle peu. Il fouille ses poches, sors son sachet de tabac et fronce les sourcils. Ça, ça le consume par contre. L'absence de briquet. Il pivote, sourcil froncé et calcule la distance à parcourir pour aller le chercher. Peut être bien qu'il est flemmard aussi. Alors, lorsqu'il pose ses yeux sur une silhouette, Chiffo s'avance, et lance, avec sa drôle de délicatesse. T'as une cigarette donc un briquet...tu pourras me le filer deux secondes ? Il commence déjà à rouler et rajoute, dans un élan de politesse. S'il te plait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



BROKEN STRINGS.  Empty
MessageSujet: Re: BROKEN STRINGS.    BROKEN STRINGS.  EmptyLun 28 Avr - 15:24

Tu tires tellement fort sur ta clope que les cendres tombent d’elles-mêmes sur le bitume. T’es dans ton monde, à moitié endormi. Alors quand le son d’une voix inconnue parvient à ton oreille, t’es pas sûr d’être encore éveillé. Tu rêves, ou quelqu’un est vraiment en train de te parler ? T’as un temps de retard, mais tu finis quand même par tourner la tête vers lui. Tu le regardes de haut en bas. C’est la première personne qui t’adresse la parole depuis que t’es ici. A part le gros tas à l’accueil de l’hôtel, avec ses tâches de sauce tomate sur le col de sa chemise délavée. Tout ici est écoeurant, tout te donne envie de vomir. Alors même si d’ordinaire t’es pas super sociable, surtout avec les inconnus qui viennent te taxer ton feu, tu fais un effort. « Ouais. J’ai un briquet. » Tu sors péniblement le précieux de la poche de ton jean, et tu le tends à Captain Obvious. Ton regard inquisiteur ne lâche pas le sien, tout en tirant une autre taffe à t’en faire exploser les poumons. Et après tu t’étonnes que tes cigarettes se consument trop vite. Crétin. Tu vas devoir aller racheter un paquet demain. « Jte prête même le trottoir si tu veux t’asseoir deux minutes. » Oui, c’est ton trottoir. T’as toujours eu l’impression que ce que tu touchais t’appartenait. Les objets, les filles, le trottoir. Et tu te considères généreux de l’autoriser à y poser son derche.  Dans une autre vie t’as dû être un chien, qui pissait partout pour marquer son territoire.  T’es con, parce que t’as besoin de compagnie mais tu t’y prends comme un manche. T’as besoin d’avoir une autre image de la ville, autre que celle de l’hôtelier dégueulasse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




BROKEN STRINGS.  Empty
MessageSujet: Re: BROKEN STRINGS.    BROKEN STRINGS.  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
BROKEN STRINGS.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ❧ BROKEN - You've been taking up my mind with your little white lies.
» Broken Promise [Télounette]
» Hanael ▬ i'll compensate your greed with broken hearts
» Ryan ♦ oh what a brave new world for those broken minds
» boulevard of broken dreams (leonie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: rp-
Sauter vers: