AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 sur les toits du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptySam 26 Avr - 12:25

Il marchait en fumant dans ces rues inconnues, et la fumée venait lécher le ciel sombre pendant que la cendre, saisie par le petit vent d’une nuit froide, constellait ses vêtements. Il fumait beaucoup, depuis qu’il était là. Il ne se l’avouait qu’à demi-mots, seulement c’était un geste familier et, si loin de chez lui, il y trouvait du réconfort.

Il était tard, ou tôt peut-être, et il n’avait pas dormi.

Il voulait parler… il se rappelait trop de choses, et il voulait parler - pour ne plus se rappeler. Les rues cependant ne lui renvoyaient que l’écho de ses pas. Lorsqu’il arriva devant l’église, il n'eût pas à réfléchir longtemps : deux minutes plus tard, il était sur le toit. C’avait été facile. Il balança le mégot qu’il avait coincé entre ses lèvres le temps de monter, consumé maintenant, et il s’alluma une autre cigarette. La pente était plutôt raide, mais il avait trouvé une place pour se caler, juste au-dessus de la porte. Il regarda en bas. Grimper lui avait procuré ce plaisir bref, cette exaltation passagère qu’il aimait tant dans l’escalade – mais alors il s’aperçut qu’il était encore seul. Un inconnu, perdu dans cette nuit inconnue et trop grande, et qui fumait en s’ennuyant, en respirant ses souvenirs se consumer eux aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptySam 26 Avr - 12:33


Toutes les nuits, tous les soirs. Pendant que d'autres font de l'ivresse leur amie, leur amante, moi je chevauche le vent sur ma bécane. Elle ronronne dans la nuit et avale le silence. Moi je n'ai pas besoin d'alcool pour connaître l'extase de la liberté.
Du moins, c'est ce que je crois.
Depuis que je suis arrivé à Banff, je me sens prisonnier de tout autre chose. La vie que j'ai quitté ne me hante pas ; elle s'en est allée avec ses démons. Mais d'autres m'ont rejoints. Plus sournois, plus fourbes, plus violents. Tous les jours, je lutte avec eux, je combats.
Ce soir-là, ma moto dirige ses roues vers l'Eglise. Ouverte, encore. Pour moi, pour ceux qui ont besoin. Je reste quelques secondes à attendre, hésitant. J'ôte mon casque et inspire, le regard sur la porte en bois qui m'appelle et à laquelle je résiste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptySam 26 Avr - 12:45

Le ronronnement d’une moto remplit la nuit, crescendo, et jamais Gennaro n’aurait cru voir l’engin s’arrêter juste devant l’église, juste là, en-dessous. Il avait oublié l’heure, alors il fut surpris d'abord, puis il se rappela qu’il n’y a pas d’heure pour prier – pour ceux qui croient. Seulement ce n’est pas comme si le type se précipitait pour allumer un cierge : il était là, il avait laissé son casque, offert sa bécane au sommeil qu’il ne trouvait peut-être pas, lui non plus ? Gennaro expira, et il ne put pas s’en empêcher, et il aimait bien l’idée qu’il allait surprendre celui qui ne penserait pas à lever la tête, alors il parla. « N’est-ce pas plutôt une heure à aller danser, mis en boîte, quelque part ? » et il ne réalisait pas qu’il avait peut-être inclus la réponse en creux, dans la question… certains sont faits pour l’ambiance confinée des salles sombres, et d’autres pour la fraîcheur obscure d’une nuit au grand air.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptySam 26 Avr - 12:53


Déjà deux ans que je n'ai pas mis les pieds dans une Eglise. Je m'y sens étranger mais j'ose croire qu'Il me pardonnera. Lui, c'est peut-être Dieu, peut-être Satan, peut-être n'importe qui. Je crois en lui, en ce qu'il a prévu pour moi. Je rationalise mes échecs en son nom, c'est rassurant. Parce que jusqu'à aujourd'hui, il n'a rien écrit de grandiloquent pour ma personne.
Je sursaute. J'entends une voix qui me suggère d'aller en boîte. Elle vient d'en haut. Dieu me parle ? Je lève la tête lentement. Une drôle de crainte s'agite à l'intérieur. Je ne suis pas prêt à rencontrer Dieu maintenant, et si... Une silhouette nuageuse et noire se découpe dans le ciel étoilé. Je ne distingue rien de plus. Tu m'as fait mauvais danseur, à l'alcool triste en plus ! Fallait réfléchir avant ! Je ne sais pas ce qui me pousse à critiquer Ses choix. Mais on ne parle pas à Dieu tous les jours !  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptySam 26 Avr - 13:14


On lui répondit. D’abord, il eut un froncement de sourcils, et ne comprenait pas ; il s’attendait à la surprise et au sursaut, mais jamais il n’aurait pensé qu’on puisse ne pas le distinguer depuis la rue au point de croire que… non, ou bien était-ce l’effet de sa voix grave et sonore ? Un rire violent menaçait de lui prendre les côtes, et il n’en finissait pas de le réprimer, contenant aussi une soudaine toux qui succédait au mal qu’il avait eu de souffler sa dernière taffe. Il espérait que l’homme n’avait rien entendu, en bas – c’était la première fois qu’on le prenait pour Dieu, il fallait en profiter ! Lorsqu’il eut calmé l’euphorie de ce rire inattendu, il reprit alors : « Toute chose a sa raison d’être, toute question a sa réponse. Laquelle viens-tu chercher, cette nuit ? » Et il se retint encore de rire, bien qu’une légère culpabilité l’engourdissait à présent de faire marcher cet inconnu, qui peut-être avait de sérieuses raisons d’en vouloir à Dieu – mais il oublia vite cette sensation car de toutes façons, ça l’aurait étonné que ce petit manège dure encore très longtemps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptySam 26 Avr - 21:38


La Présence met un certain avant de répondre. Peut-être est-elle surprise que je la tutoie ? Ou alors que je critique ses décisions divines ? Je grimace dans la nuit, sans baisser la tête. Et puis, elle reprend. Je suis sûre que Dieu sait pourquoi je suis là. Mais il doit vouloir l'entendre de ma bouche. Après deux ans loin des églises, loin des prêtres et de la religion tout simplement, je m'apprête à confesser mes péchés les plus noirs. Et bien, j'aimerai être pardonné si c'est pas trop demander. Je... Je marque un blanc, incapable de finir ma phrase, la laissant en suspend. Je n'ai rien à avouer. Rien de rien. Je suis tellement minable, qu'est-ce que Dieu pensera de moi ? J'espère pour lui qu'il ne m'a pas fait à son image.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptyDim 27 Avr - 4:06

Finalement, il sentit que ce rôle n’était pas fait pour lui. Il n’avait rien de la grandeur d’un Dieu d’amour, rien non plus de l’âpreté d’un Dieu vengeur.  Il n’avait jamais compris ce qu’était la religion, et pourquoi tant de gens tenaient à remettre aveuglément leur espoir en ces mains faites de fumée et de leur fervente folie. Il ne comprenait pas, mais il avait du respect malgré tout, parce qu’il faut bien croire à quelque chose… En quoi croyait-il ? Peut-être était-ce son problème, finalement. Le manque d’une réponse à cette question qu’il ne se posait plus.

J’aimerais être pardonné… tout cela prenait un tour beaucoup trop sérieux. Gennaro hésita, un instant. Le souvenir de sa propre surprise lui laissait bienveillant un léger sourire sur les lèvres, et en même temps, s’il ne comprenait pas la croyance en ce bonhomme sur son nuage, il comprenait le vœu tacite de cet inconnu, il s’y retrouvait, bien qu’il ne voulût pas s’y retrouver. Alors quoi, fallait-il lui dire ce qu’il était venu entendre ?

Il avait fini sa cigarette, et la jeta derrière lui – elle dégringola légère le toit de l’église, – puis il se leva lentement, l’épaule appuyée contre la partie la plus haute du toit, les mains dans les poches. « Crois-tu que ce soit à Dieu qu’il faille demander pardon ? » demanda-t-il, et il savait qu’il aurait pu se dire ces choses à lui-même – au fond, aucune leçon… il ne pouvait donner aucune leçon. Mais il avait parlé d’un ton léger et presque doux ; aucunement injonctif, réprobateur ni même ironique, mais presque curieux de la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptyDim 27 Avr - 6:26


J'y pense tellement fort. Mais rien ne m'apparaît assez grave et méritant d'être pardonné. Quoi, je n'étais ni une homme complu dans le luxe, ni un criminel, ni même un profiteur. Alors oui, j'ai couché avant et hors mariage, mais la génération actuelle ne bénit plus les mêmes valeurs que la précédente. Encore une fois, la Présence prend son temps pour me répondre. Peut-être matérialise-t-il son corps ici mais son esprit reste à des années-lumières. Il faut le temps de voyager jusque là. Dieu, Satan, ou même Voldemort, je n'en sais rien, me demande si c'est à lui que je dois offrir mes excuses. Je m'indigne : Non. Ni à toi ni à n'importe qui. Je n'ai rien fait, rien, rien à être pardonné. Je crie un peu. Toi tu me dois des excuses ! J'attends depuis vingt-six ans de faire un truc qui rende ma naissance légitime et rien ! Je n'ai rien vécu tu entends ! Je fulmine et rougis. C'est la première fois que je laisse ces mots franchir la barrière des pensées. Mais Dieu sait déjà tout ça, je ne lui apprends certainement rien.


Dernière édition par Ulliel le Mer 7 Mai - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptyDim 27 Avr - 10:02

Bon, très bien. Cette fois, il baissa les bras. « Ce n’est déjà pas un si mauvais départ, de n’avoir rien fait de mal, » dit-il alors qu’il sortait une énième cigarette. Il l’alluma : il ne se souciait plus de ce que l’inconnu verrait d’en bas (une petite lumière qui flotte seule dans la nuit ?), de ce qu’il entendrait, de la façon dont il réagirait. Il s’était décidé à lui parler comme il l’aurait fait si l’autre l’avait rejoint sur ce toit, et si l’autre continuait à voir en lui cette curieuse instance à laquelle il s’adressait – de façon bien insolente, peut-être, pour lui qui semblait y croire, – c’était simplement qu’il en avait envie, qu’il en avait besoin. Et Gennaro ne savait pas s’il disait ce que le garçon avait besoin d’entendre, mais il parlait avec sa sincérité. « Je crois que le reproche ne peut pas être adressé au ciel. Il ne tient qu’à toi, de vivre. »

Toujours debout contre le toit, il fumait, tranquille, et regardait devant lui maintenant. Il regardait ce ciel noir, la ville noire, pensif. Dieu fumait-il ? Il eut un léger sourire, un sourire doux-amer, le voile du souvenir glissait sur son visage. Un court instant, absorbé déjà dans la nuit, retourné aux draps qu’il avait fui. « Il y a peut-être une chose que je puisse faire… » ajouta-t-il avec lenteur. « Je peux toujours t’apprendre à danser. » Le sérieux de la voix contre son esprit rieur – et une proposition qu’il n’envisageait pas vraiment, mais qui l’amusait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptyMer 7 Mai - 8:50


Soudainement, une crainte naît dans ma poitrine. La petite lueur rougeoyante qui picote le ciel, la fumée qui s'élève en arabesques dans la nuit noire. Dieu, Satan, Voldemort, fument-ils ? Car la crédulité ne m'empêche pas de trouver raison. Le point rouge duquel fuient les volutes blanchâtres est une cigarette, à n'en pas douter. Je recule, un pas en arrière. J'y vois bien mieux : une silhouette se découpe sur les étoiles du ciel. La silhouette d'un homme. La silhouette d'un fumeur.
Pendant ce temps où la vérité se révèle à moi, douloureuse et panique, il continue de me parler. Je n'entends qu'à moitié ses histoires. Et il conclut, m'apprendre à danser. Mon visage exprime une certaine horreur, une grande gêne aussi. Mais ma voix fait office de micro : Putain mais qui es-tu ? Me dis pas que je parle à un homme en chair et en os depuis toute à l'heure ? Et oui garçon, tu as l'air con.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde EmptyMar 27 Mai - 5:50



Galimatias d’horreur sur son visage alors qu’il comprenait d’en bas, que se révélait à lui sous l’angle d’une perspective douloureuse d’abord, la vérité qu’il s’était caché. Il avait fait un pas sur le trottoir : désormais il savait. Gennaro ne pouvait de son toit détailler précisément l’expression du jeune homme, mais il se la représentait avec clarté ; le tremblement dans la voix haussée, le ton interloqué, la lui faisait voir dans tout ce qu’elle portait d’embarras, de colère peut-être ? Mais le brun n’y trouvait aucune raison de culpabiliser. « Je ne sais pas, répondit-il songeur, plutôt à celui à qui tu voulais bien parler. » D’un mouvement prudent il se rassit sur le toit de l’église. « Si tu veux monter et parler maintenant à un homme en chair et en os… » Il fit un vague geste, dissipant la fumée qu’il avait soufflée et qui captait timide une lueur fantomale et diffuse – le geste d’une invitation sincère, et faite d’humilité.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



sur les toits du monde Empty
MessageSujet: Re: sur les toits du monde   sur les toits du monde Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

sur les toits du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Assis sur les toits du monde... [Shynn]
» Tour du monde virtuel
» Tout le monde s'en fout...
» Envie d'aller sur les toits?
» Le monde de l'Obscure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: rp-