AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 | .
 

 disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 16:38

Un délice éphémère.
C'est comme ça que tu prends la chose, du moins tu essayes. Pour ne pas être déçu, pour ne pas tomber de haut. Parce que tu ne connais rien d'elle -bien que tu ne puisse pas être plus intime d'un point de vue physique.
C'est elle qui prend les rennes, récupère tes lèvres. Et appui sur tes fesses avec ses jambes. Vous ne faites plus qu'un, à nouveau, dans un râle de soulagement presque. Elle murmure quelques mots, et tu souris en coin. Peut-être qui sait. Peut-être. Le destin, si tu y crois. Et même si tu n'y crois pas, aujourd'hui tu es un peu forcé. Tu la sondes, tu essayes de lire en elle sans y arriver mais ce ne te déplaît pas. Elle s'impatiente, et coups de reins commencent de plus belle. Comme si c'était la première fois, la dernière fois. Tu veux l'entendre gémir sous tes mouvements. Tu la regardes alors que tu intensifies la cadence à en perdre haleine.
Tu l'embrasse tendrement, votre union continue. Tu perds la tête. Tu la regardes encore, tes doigts caressent sa bouche avec douceur alors que tu ma vois soupirer.
Que se passe-t-il Yaël ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 17:42

Et c'est reparti. Une valse de soupirs. Un tremblement de grognements. Les assauts du mâle, la soumission de la femelle. Un couple d'animaux, dompté par la seule envie de perpétuer l'espèce. Stop. C'est là que vous différez des bêtes : tu ne veux pas d'enfant de lui – ni de lui, ni d'un autre d'ailleurs. Tu veux juste le sentir en toi. L'avoir pour toi, le temps d'un moment, qui finira par s'en aller aussi, d'ailleurs, n'est-ce pas ? Peu importe. En attendant, il est tien et tu es sienne.
Et c'est très bien comme ça.
Cette fois, tu veux qu'il prenne son pied à son tour, qu'il aille au bout. Rien ne t'importe plus. Poupée de chiffon aux envies démesurées, tu te laisses faire. Tu es à lui. Qu'il fasse de ton corps et de ton âme ce qu'il souhaite. Tu fermes les yeux, gémis doucement sous les coups de rein qu'il exécute. Vos souffles se retrouvent dans une cacophonie connue seulement dans des moments intimes comme celui-ci.
Yaël. Cette fois, tu sais son prénom. Et c'est comme si, oui, ça faisait une différence, tout d'un coup. Tu te redresses pour te retrouver contre lui, comme auparavant. Tu plonges dans ses yeux avec une intensité maladroite et urgente. Tu ne laisses pas les mouvements s'oublier. Tu poses ton front contre le sien, tes lèvres soufflant sur les siennes un air chaud et incontrôlé. Et contre ses lèvres, tu murmures d'une voix enrouée par le plaisir et l'apocalypse intérieure : Yaël.. Ça ressemble à une incantation, avec ton accent et ses syllabes écorchées.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 18:14

Des animaux.
Sous l'excitation les Hommes se transforment en animaux, presque féroces. Le désir est primordial, plu rien ne compte si ce n'est satisfaire l'envie primaire qu'est le sexe. Et avec elle, c'est exactement ce qui se passe. En plus d'une attirance incontrôlable qui vous a fatalement conduis jusqu'ici. Elle est tienne, et tu aimes ça. T'aimes pouvoir faire ce que tu veux de ce corps. Comme si il ne voulait que toi.
Sous ses soupirs tu ne perds pas l'allure. Ses mains se baladent sur ton corps, elle se redresse, tu la soutien en lui agrippant les hanches, les mouvements se font plus violents. Entre ses lèvres elle écorche ton prénom, tu trouves ça terriblement excitant. Alors tu l'embrasses a pleine bouche, tu ne sais pas combien de temps tu vas encore tenir. Tu te fais violence, mais il n'y a rien a faire. C'est trop tard. Ton front est collée au sien, tu sens des gouttes de sueurs le long de tes tempes. Les eux fermés tu savoures le moment, tes mains se plaquent dans son dos et tu l'entraîne avec toi pour que vous tombiez sur le côté.
Tu respires fort. Tu ne pensais pas prendre autant on pied avec une inconnue. Tu ouvres les yeux, mais c'est elle que tu regardes toujours, pour ne pas revenir à la réalité. Tu as trop peur de ce qui peut se cacher derrière. je... tu es magnifique. dis tu en caressant sa peau délicatement. Tu ne te reconnais pas, l'effet du plaisir sans doute. Le plaisir qui monte et qui descend le plus lentement du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 18:37

Mais toute bonne chose a une fin.
Comme si murmurer son prénom précipitait son plaisir à l'apogée. Il se crispe tout entier, cesse ses mouvements, et tu le gardes contre toi, contre ta poitrine, un long moment. Tes lèvres sont contre les siennes mais restes immobiles, ta respiration est courte, tu es essoufflée, lui aussi. Tu as chaud – même tes mains ne sont plus froides – et tu te laisses tomber sur le côté lorsqu'il t'emmène avec lui.
Ses grands yeux noirs sont rivés sur toi. Ça te laisse pantoise d'incompréhension, de désir, d'attachement, de crainte. Tout ça à la fois. Ses mots te font violemment rougir. T'as pas l'habitude de ça. D'habitude, ils tirent leur coup et se barre en courant. Ou s'endorment de suite après. Tes joues sont cramoisies, mais tu n'arrives pas à détourner son regard du sien. Je... Tu quoi, hein, Kira ? Merci. Pour le compliment, pour le moment, pour tout. Ses doigts effleurent ta peau, c'est délicieux, et tu fermes les yeux. Tu ne sais pas ce qu'il t'arrive. Ça t'fait peur, que t'aies pas non plus envie de t'enfuir en courant. En fait là, dans ses bras, même s'il fait sûrement grand jour dehors, t'es bien.
T'es juste bien. Et vous savez depuis combien de temps c'était pas arrivé, que tu sois bien ? Non, vous savez pas. Mais toi, tu sais, hein Kira. Tu approches des lèvres des siennes, avec une timidité retrouvée depuis la fin de l'acte. Vos corps nus encore entremêlées, tu l'embrasses avec une tendresse non feinte. Bon. Va falloir se reprendre, madame la russe.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 19:20

Tu pourrais partir.
Abandonner ce corps sublime, et t'éclipser par la porte, prétextant une affaire urgente. Comme tout ces mecs. Mais il y a comme un petit problème, tu n'en as pas envie. Tu veux juste rester là, contre elle. La regarder pendant des heures si il le faut, exorciser tes démons par sa simple présence. Grâce à ce corps, cette bouche, ces yeux ...
Ses joues deviennent rouges, et ça te fais sourire qu'elle soit sensible à ce compliment sortie de nulle part. Tu le penses ? Bien sûr que tu le penses. Après l'ébat, la femme reste la plus sublime des créatures. Ses cheveux en bataille, sa peau marquée par tes mains. Si tu t'écoutais, tu te jetterai encore sur elle. Mais t'as décidé de rester sage, pour le moment. Vos corps sont toujours entremelés, ses lèvres frôlent les tiennes encore, et c'est comme la première fois. Tu ne réponds plus de toi. Les yeux fermés tu profites du baiser qu'elle t'offre. La belle russe, inconnue, sauvage. Tu soupires de bien être.
pourquoi ? pourquoi moi ? tu lui poses la question, comme ça, sans retenu. Tu ne sais pas vraiment ce que tu attends de cette réponse. Si, pourquoi toi ? Pourquoi un inconnu, le premier venu. C'est un jeu peut-être ? Pourtant elle ne t'a pas mis dehors. Tu ne la laisse même pas répondre, tu enchaines. pourquoi t'être enfuie hier soir ? Comme une voleuse. Tu fronces les sourcils légèrement, pourquoi t'attardes-tu sur ça ? Trop de questions dans ta tête. Quel âge-a-t-elle ? Que fait-elle ici ? Tu attrapes sa main doucement, embrasse ses doigts un par un en la regardant dans les yeux. Ce regard de glace. C'est lui qui a engendré tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 19:38

Tu es si bien. Au calme, au chaud, contre quelqu'un qui te donne l'illusion futile et éphémère d'en avoir quelque chose à faire. De ta personne. De ta vie. De tes envies. Un baiser innocent. Un baiser d'enfant, d'amant. Si facile à confondre. Et puis les questions. Qui tombent comme une pluie de météorites. Tu tressailles. Le froid revient. Un peu. Surtout à tes mains. T'as pas le temps de répondre, il enchaîne. Est-ce qu'il a remarqué que tes doigts se refroidissent de nouveau ? Est-ce que c'est pour ça qu'il les enlace ? Ses paroles semblent te condamner, alors que tes mains te gardent prisonnière. De nouveau, contradiction.
Un long moment se passe sans que tu saches quoi répondre. En plus, c'est dur à formuler. C'est pas dans ta langue maternelle. Je ne sais pas, pourquoi toi. Tu détournes le regard, ça dure qu'une seconde. T'es franche, t'en as aucune foutue idée. Tes yeux se plissent, et le froid gagne de nouveau tes iris. Parce que je... commences-tu en essayant de te replonger dans ton état émotionnel de la veille au soir, lorsque tu t'interromps et te redresses, en l'observant étrangement. Pourquoi tu me demandes tout ça ? Ça change quoi ? demandes-tu d'une voix un peu dure, rendue accrue à cause de ton accent, sûrement. Sans savoir à quoi rime son comportement, tu soupires, te mordilles l'intérieur de la lèvre. Assise sur le lit et plus contre lui, tes pensées s'entrechoquent. C'est le choc. Tu inspires à fond.
Tout compte fait, une partie de toi a envie de partir. Sauf que t'es dans ta chambre, et que t'as pas la force de le mettre dehors. Parce qu'en croisant son regard, tu vas de nouveau fondre comme neige au soleil. Une mine presque boudeuse sur le visage, tu te laisses tomber en arrière, refusant de le regarder, comme un caprice. C'est surtout pour ne pas céder. Pour ne pas avoir, tout de suite, de nouveau cette envie intarissable de l'embrasser. De te blottir dans ses bras. Puis, quand tes yeux finissent par flirter sur le côté et qu'ils tombent sur son visage, on peut y lire en silence un reste avec moi implorant, alors que tes lèvres restent muettes de frustration.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 19:57

T'es une bombe.
Une bombe à retardement, tu peux exploser sans crier garde. A l'image de tout ce que tu as connu étant plus jeune.
Tu aurais simplement pu te taire, rester dans ce moment paisible. La prendre contre toi, réchauffer son corps du tiens, et peut-être t'endormir sourire aux lèvres. Apaisé. Mais t'es trop curieux, trop impatient. Trop instable. Elle ne répond pas, peut-être qu'elle cherche les bons mots. Elle ouvre enfin la bouche, son accent te fait un petit quelque chose au ventre. Elle ne sait pas, tu t'attendais à quoi comme réponse en fait ? Son regard change du tout au tout. T'as mis une femme en rogne mec, t'as plutôt intérêt à t'enfuir et vite. Elle se redresse, son ton est dur. Glacial comme ses yeux. Elle se laisse tomber en arrière, mais ne te regarde plus. Surement pour te montrer que tu aurais mieux fait de fermer ta grande gueule de gamin capricieux. Alors tu inspires, le plus calmement du monde. Et ses iris se posent de nouveau dans les tiens. T’arrive à lire qu'elle veut que tu restes, que tu te taises, et que tu l'embrasses. Après tout, à quoi bon chercher à comprendre. La vie à voulu que tu tombes sur elle, et ton corps l'a voulu elle. Ton esprit aussi, tu le sens. T'as l'impression d'être attaché, alors que tu ne connais que son prénom.
Elle est magnifique.
Mais t'es tellement con, qu'une phrase sort toute seule de ta bouche. je devrais peut-être y aller. Aussitôt dit, aussitôt regretté. T'aimerais revenir en arrière, mais tu sais que c'est trop tard. Tu agis comme tout ces parfaits connards. Pour te sentir puissant ? Non, parce que tu réfléchis pas. Tu te redresses à ton tour, lui tourne le dos, pieds hors du lit. pourtant je n'en ai pas envie. tu murmures, presque pour toi même. Si loin d'elle tu meurs de froid, t'as même pas la force de te lever pour récupérer tes vêtements. Un fil invisible te relie à elle. Le moment partagé peut-être. T'enfouis ton visage dans tes mains. Mais qu'est ce qui t'arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Lun 15 Déc - 4:06

Tes yeux parlent à la place de tes lèvres. Reste, reste, reste.
Ici, avec moi. Mais lorsque ses lèvres parlent, ce n'est pas pour dire ça. La sentence tombe, tu l'as cherché Kira, sûrement. Il devrait peut-être y aller. Tu entends ? Tes yeux se détournent de nouveau. Tu te refroidis d'un seul coup, arbores une mine figée, des traits tirés. De nouveau, la même qu'hier : une femme froide, fermée, éteinte. Il s'est déjà presque levé du lit de toute façon. Tu ne comptes pas t'accrocher à lui comme une moule à son rocher. Même si t'en crèves d'envie, t'es bien trop fière pour ça. Il doit y aller. Comme tous les autres. Salut, j'ai bien pris mon pied, maintenant je me barre en courant. T'es sur le point de lui envoyer une réplique cinglante pour l'envoyer balader et même lui ouvrir la porte tant tu es frustrée qu'il parle à nouveau. Pour seule réaction, tu soupires. S'il ne sait pas ce qu'il veut, on est bien avancé tiens. Le silence dure longtemps. Tu ne sais pas quoi lui dire. Tu n'as pas envie de le supplier de rester, de passer pour une femme faible et déjà dépendante, même si c'est visiblement le cas. Et tu n'as pas envie qu'il s'en aille non plus, au fond. Je ne peux pas choisir à ta place, Yaël. Je comprends pas ce qui arrive tout d'un coup. C'est maladroit, mal formulé, mais tu t'en fiches, il doit sûrement avoir compris. Toujours nue – comme lui – tu te rapproches de lui, te mets à genoux dans son dos. Tes mains glacées se posent sur ses épaules brûlantes. Tu sens sa peau frémir sous ton toucher. Je n'ai pas envie que tu partes non plus, murmures-tu à voix basse doucement à son oreille, avant de caresser doucement ses épaules, ses omoplates, et le haut de son dos. Tu poses ta tête à la base de sa nuque et ne bouges plus, attendant qu'il s'exprime de nouveau, s'explique ou prenne une décision.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Lun 15 Déc - 7:33

T'es un vrai gamin.
Incompréhensible. La tête dans tes mains, tu attends. Et qu'est ce que tu attends ? Qu'elle te supplie de rester ? Peut-être. Mais elle n'en fait rien, elle se contente de t'envoyer une réplique que tu n'es pas sûr d'apprécier. Oui, elle ne peut pas choisir à ta place, tu n'as qu'à prendre tes couilles en mains et agir comme un homme. Assumé tes paroles de merdes, récupérer toutes tes affaires et claquer la porte. Balayer cet instant magique, faire comme si il n'avait pas existé. C'est plus facile non ? De faire comme si tu n'avais rien ressenti. Ça fait des années, que tu n'avais pas senti ton cœur battre si fort pour quelqu'un. Tu ne la connais pas, pourquoi est-ce si dur de te lever. De l'abandonner. Au moment où tu te décides enfin, tu sens sa présence derrière toi. Ses mains sur tes épaules, tu frémis. Une chaleur intense parcours tout ton corps. Tu fermes les yeux lorsqu'elle parle. A sa façon elle te retient. Elle caresse ton dos, tu te sens bien. je suis désolé. dis-tu d'un ton triste.
Son souffle dans ta nuque. Tu te retourne vivement, tes lèvres trouvent les siennes, comme une habitude. Ta main agrippe sa nuque pour prolonger le baiser que tu lui offres. Elle est toujours nue, alors ta main libre se ballade sur ce corps de rêve. Tu la regardes maintenant, le même regard que la veille quand elle t'a arrêté. Un regard perdu, trouble. je ... je suis juste intrigué. par tout ça... par toi. Tu te laisses tomber en arrière, ta tête heurte le matelas et tu regardes le plafond. Inlassablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 7:04

Il se retourne si soudainement que tu sursautes. Tu hoquètes doucement, mais tu n'as pas le temps de reprendre ton souffle qu'il te l'enlève, qu'il le prend lui. Ses lèvres ont retrouvé les tiennes, comme la dernière pièce d'un engrenage. Il te tient fermement par la nuque, comme s'il avait peur que tu ne t'enfuies. Mais tu ne comptes pas t'enfuir de toute façon, et tu prolonges aussi le baiser avec une fougue qu'on sent grandissante. Sa main se fait baladeuse et tu frissonnes toute entière à son chemin, les yeux clos, ayant juste de nouveau l'envie de coller ton corps contre le sien.
Le baiser se termine, tes mains sont sur son torse, et tu croises son regard. Intrigué par toi ? Tu l'observes longuement. T'aimerais lui dire que t'as rien qui puisse intriguer qui que ce soit, mais les mots ne sortent pas. Il se laisse tomber sur le matelas et tu finis par faire de même au bout de quelques longues secondes. Tu fixes le plafond, avant de te relever sur un coude, en l'observant.
Quel âge as-tu, Yaël ? demandes-tu d'une voix douce malgré ton accent tranchant. Ta main caresse son torse de façon presque automatique. Tu mémorises chaque contour pour pouvoir t'en souvenir après. Mais tes yeux, eux, sont rivés à son visage. T'as envie de l'embrasser – encore – mais tu te retiens gentiment, attendant sa réponse.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 8:24

Ça ne se passe que dans les films.
Tout ça. Rencontrer une femme comme elle, finir dans son lit et se sentir ému. Comme jamais. Avoir l'impression de retrouver la vie enfin, comme si tout ce qui avait avant n'avais jamais existé. Comme si ça n'avait plus d'importance. Parce qu'elle est là, nue près de toi. Ça n'arrive pas qu'une femme s'offre à toi de cette façon, que le moment soit si intense. Comme si vous vous connaissiez depuis toujours. Son regard lit en toi comme dans un livre, du moins c'est l'impression que tu as.
Elle s'est laissée tomber elle aussi, et tu la regardes du coin de l'œil. T'as envie de sentir la chaleur de son corps, mais tu ne bouges pas. Tu attends. La femme se redresse, ses doigts sur ton torse qu'elle caresse. Elle te fixe, te demande ton âge. A cette question t'as un sourire niais sur la gueule. Pourquoi veut-elle savoir ton âge ?
Tu regardes ses doigts, tu frissonnes sous ses gestes. Puis c'est ses yeux qui t'attirent encore, elle te sonde, encore. Un léger rire s'échappe de ta bouche. mon âge, tu es sûre de vouloir le connaître ? tes mains se croisent ferriez ta tête, tu souris toujours. Et si elle s'enfuyait après ta réponse ? Si elle te jetait dehors... Et elle, son âge ? j'ai vingt et un ans. dis-tu d'un ton mou. Tu attends sa réaction, impatient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 9:01

Mais vous n'êtes pas dans un film. Bien que tu l'aies souvent cru, et pas seulement maintenant. Mais aussi avant. Dans ton autre vie. Ce job, cette rencontre, cette histoire, cette tragédie. Digne d'un scénario d'un film dramatique. Sauf que ça n'a rien d'un film.
Il ne bouge pas, tu continues tes caresses sur son torse, l'air de rien, en observant son visage. Il te demande si tu es sûre de vouloir connaître son âge, et tu hoches doucement la tête. Vingt-et-un ans. Tu hoches la tête une nouvelle fois. De toute façon, qu'il en est quarante ou quinze, ça ne changeait pas vraiment grand chose pour toi, n'est-ce pas ? C'était surtout par curiosité. Et ça explique aussi sûrement un peu sa réaction d'après.
Pour toute réaction, tu murmures d'un ton malicieux et espiègle : J'me disais bien que t'étais vraiment en forme, tu pouvais qu'avoir la vingtaine. Tu lâches un peu de ton rire aussi, amusée. Puis finalement, tu poses ta tête sur son torse, dessinant toujours un dessin invisible du bout de tes doigts froids. Tu suis les contours de ses abdominaux, les redessines lentement. Ça ne nous fait que sept ans de différence, au fond. Silence, puis tu tournes la tête à ton tour, guettant sa réaction, tes grands yeux clairs scrutant son visage si doux, si parfait.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 9:51

T'es qu'un gosse au final.
Tu n'es pas dupe, tu sais bien qu'elle est plus âgée que toi. Ça se voit, sur son visage. Ses traits plus marqués que les tiens, comme si ils racontaient son histoire. Une histoire que tu imagines dure au reflet de ses yeux glacés que tu affectionnes maintenant. Pourtant ta vie n'a rien eu de simple, ta vie n'est qu'une guerre perpétuelle à laquelle tu viens tout juste d'échapper. Mais ça personne n'a besoin de le savoir. Elle te regarde, acquiesce quand tu dis ton âge. Bientôt vingt deux ans tout de même. T'as envie de rire, mais tu n'en fais rien.
Quand elle te taquine tu redresses à peine la tête, t'arques un sourcil avant de lâcher un léger rire. Elle vient de poser sa tête contre ton torse. Tu ne pensais pas être quelqu'un de tactile après l'amour et pourtant. Cette femme est surprenante. Ses doigts dessinent tes muscles et tu te crispes légèrement quand elle atteint tes abdominaux. Vingt huit ans... Elle te regardes attendant une quelconque réaction. Tu la bouffes des yeux toujours. Tu te redresses doucement. je me disais bien aussi. tu t'epuises vite mamie. sourire taquin au bord des lèvres, tu te jettes sur elle, tes lèvres s'attaquent à son cou délicieux. Tu ris comme un gosse. Moment de complicité que tu trouves agréable. Tes mains saisissent ses poignets doucement, tu te redresses pour la regarder dans les yeux. tu as du en faire des choses dans ta vie Ksenia... tu écorches son prénom maladroitement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 10:18

Tu fais mine de te vexer à sa plaisanterie, fronçant les sourcils faussement sévèrement. Tu griffes doucement la peau de son torse, comme une punition. Ne dis plus jamais ça ou je risque de me vexer, menaces-tu avec un sourire pourtant amusé au bord des lèvres. Soudain, il se jette sur toi. Ses lèvres picorent de nouveau ton cou, tu ne peux t'empêcher de rire et de soupirer en même temps. C'est vrai que ça ne ressemble pas vraiment aux « après » d'un simple coup d'un soir ( ou matin plutôt dans ce cas là ) mais ça ne te déplait pas. L'ambiance, l'atmosphère, quelque chose te plait dans cet assemblage. Puis te voilà prisonnière, tes poignets entre ses mains. Tu n'essaies même pas te de débattre, enivrée par ton propre geôlier.
Son regard est si profondément ancré dans le tien que t'en perds ton sourire. Tu le fixes, muette, les joues légèrement rougissante. Parce que t'es bien, là, avec lui, nus comme deux vers. Et que ça te fait honte, quelque part. Tu culpabilises, oui. D'être « bien ». Un frisson parcoure ton échine. La façon qu'il a de murmurer ton prénom te fait fondre, et il en faudrait peu pour que tu lui sautes dessus de nouveau, avec cette envie insatiable de l'embrasser jusqu'à ne plus avoir d'oxygen à respirer autre que le sien. Beaucoup, oui, réponds-tu simplement. Tes yeux se portent sur la table de nuit. Dans le tiroir, l'arme cachée. Tu détournes les yeux. Est-ce que t'assumes vraiment ça aussi ? Tu n'crois pas. En fait, t'assumes pas grand chose, Kira.
Ni d'être une sale menteuse, ni d'être d'être mariée, ni d'être bien au chaud au lit avec un petit jeunot alors que tu devrais être sur la piste de quelqu'un. Pourtant, loin de t'éloigner de lui, tu fais pression vers l'avant pour tomber contre son torse, enfouissant ta tête sur son épaule, déposant un baiser dans son cou. Doux et enfantin. Une caresse de satin. Pourquoi tu m'appelles Ksenia et pas Kira ? murmures-tu doucement, le regard perdu dans le vide derrière-lui, ton coeur battant au même rythme que le sien. Sûrement.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 11:32

Moment unique.
Qui se terminera lorsque tu passeras la porte de sa chambre d'hôtel. Comme un nuage de fumée il s'évaporera. Alors comme tu peux tu essayes de ne pas penser à ce temps qui défile sans que vous ne vous en rendiez compte. Tu profites. Parce qu'elle est là, parce qu'elle est belle. Parce qu'elle t'envoute en un regard comme aucune autre.
Madame joue la vexée, ses ongles s'enfoncent dans ta peau comme pour te punir. Mais tu apprécie la femme sauvage. Elle se laisse faire pour ton plus grand plaisir, son sourire disparaît et ses joues deviennent rouges. Le tiens aussi disparaît, parce que t'es trop absorbé. Trop perdu. Ses yeux se détournes vers la table de nuit, tu la regarde faire toujours plus intrigué. Que cherche-elle ? En tout cas ce n'est pas ton regard. Elle s'écrase lentement contre ton torse, sa bouche dans ton cou, tes mains caressent ses cheveux tendrement.
Eh pourquoi pas ? c'est ton prénom non...? et il te va très bien tu sais. dis tu d'un ton calme. Ta main caresse sa nuque, alors que tu embrasses son cou du bout des lèvres.
Moment étrange.
Moment sacré.
qui a-t-il dans cette table de nuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 12:00

Ses mains dans tes cheveux. Il doux.
Comme Dimitri. Et cette comparaison enfonce un peu plus le clou au centre de ta culpabilité. Parce que oui, tu culpabilises. Enormément, même. Alors, tu te plonges dans la douce de l'instant. Tu profites simplement, en anesthésiant tes pensées cruelles à coups de caresses acidulées.
Oui. Ksenia, c'est ton prénom. Le vrai, l'officiel. Kira, c'est même pas un surnom. Mais une couverture. Ils voulaient te filer un prénom américain, mais ça passait pas ; ton accent fracassait toute crédibilité. Kira, c'était facile à dire, facile à faire passer. T'aurais jamais dû lui donner le vrai. Encore une faute, ma belle. Pourtant, t'as du mal à regretter quoi que ce soit.
En fait, tu regrettes rien du tout. Merci, c'est gentil, murmures-tu en embrassant sa peau de nouveau. Tu ne te lasses pas de sa texture, de sa douceur, de son parfum – quand bien même est-elle empreinte de l'odeur de vos ébats. Sa question te glace. Heureusement, ton regard lui est caché. Tu fixes la table de nuit. Ça, tu n'peux pas lui dire. Comment réagirait-il ? Une arme. Un flingue, chargé en plus.
Rien, justement. Tu te recules, juste assez pour le regarder. Tes yeux brillent de malice et t'as un sourire espiègle sur le visage. T'as toujours été douée pour la comédie, c'est pas le moment de flancher. Je cherchais mentalement de quoi te garder ici, vu que t'avais l'air de vouloir t'enfuir. Une corde ou des menottes, je sais pas. Ton rire cristallin balaiera peut-être chacun de ses doutes. Tu renverses ta tête en arrière, en le tenant par les épaules. T'as pas envie de le lâcher.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 12:37

T'es un garçon curieux.
Un peu trop curieux, ça ta valu quelques soucis. Parce que tu peux pas t’empêcher de fouiner, mettre ton nez partout. Même si ça pue la merde. C'est sans doute comme ça que tu t'es retrouvé au milieu d'une zone minée il y a quelques années. Et aussi sans aucun doute pour ça que ... Tes pensées morbides s'envolent lorsqu'elle embrasse ta peau délicatement. Comme si elle te ramener à la réalité -ou plutôt se rêve éveillé. Tu sens son corps se crispé légèrement quand tu lui demandes ce qui se trouve dans cette table de nuit. Elle répond qu'il n'y a rien, tu essais de la croire. Mais une partie de toi sait qu'elle ne te dit pas toute la vérité. Pourquoi te la dirait-elle de toute manière, elle ne te connait pas. Tu pourrais être son pire ennemie, un psychopathe même. Et si c'était elle ? Tu fronces les sourcils légèrement.
Son regard malicieux te frappe de nouveau. C'est une enfant, comme toi. Ce qu'elle enchaine te fais lâcher un rire qui résonne dans la pièce au même rythme que le sien, cristallin.
essaye donc de m'attacher, tu verras. lui dis-tu d'un ton provocateur. j'ai fais l'armée moi, madame ! tu fronces les sourcils de plus belle, la phrase est sortie toute seule. Elle n'a pas besoin de le savoir. Alors comme pour lui faire perdre la mémoire, et parce que tes lèves le réclament, tu l'embrasses doucement. Un baiser sincère. Et tu espères, au plus profond, qu'elle ne te posera pas la moindre question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 13:13

L'armée. T'as fait pire que l'armée. Mais lui aussi, sans doute. Parce que tu sens qu'il ne dévoile pas tout. Il n'a aucune raison de le faire, de toute façon. Peut-être a-t-il vécu quelque chose de tragique, lui aussi. Est-ce ça, la faille dans ses yeux noirs ? Tu ne lui poses pas de questions. Pourtant, t'as été habituée à ça. C'était ton job. Poser des questions. Tout savoir. Tout décrypter. Mais tu te retiens. T'es pas au boulot, là. Enfin si, mais pas pour lui. Et si c'était le cas, en fait ? Cette pensée te soulève le coeur. Il n'a pas la tête de quelqu'un que tu traque comme un chasseur acharné qui a tout perdu. Oh oh, mais ça veut dire quoi, que tu aimes ça ? demandes-tu d'un ton espiègle avec un sourire provocateur sur le visage. Puis il t'embrasse et c'est comme un pansement. T'oublies tes peurs, tes doutes, ta culpabilité, tes déchirures. C'est doux, tendre. Un amant. Un mari, même. Tu t'abandonnes à ses baisers, tu t'offres toute entière à lui, de l'intérieur. Ça t'apaise, ça te soulage, ça anesthésie tout.
Comme un pansement, oui. Soigne moi.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 14:51

L'embrasser.
Comme un besoin, pour oublier la vie qui t'attends dehors. La solitude, l'envie de rien. Alors qu'en sa présence tout reviens, le temps d'un instant. D'une soirée, d'une journée qu'elle t'a offert en attrapant ton bras au milieu d'une rue. En plein hiver. Hiver froid qui ne l'est plus quand tu es avec elle dans ce lit. Vos deux corps l'un contre l'autre, qui se cherchent, s'entrechoquent. Se reconnaissent, parce qu'au final c'est eux qui veulent votre bien.
Tes lèvres sur les siennes, un baiser presque volé auquel elle répond. Elle se laisse aller sous tes gestes. T'attrapes ses poignets encore une fois, doucement alors que tes lèvres caressent toujours les siennes. T'as envie de lui montrer qu'elle n'est qu'à toi, qu'elle le veuille ou non au final, parce qu'il n'y a qu'elle. Et toi. Tu enfouis ton visage dans son cou, tu respires fort. Son odeur t'enivre, elle sent le froid. Tu restes comme ça quelques secondes, peut être même une minutes ou deux. Tu ne sais pas. c'est dangereux. souffles tu contre sa peau. Oui, c'est dangereux. Tu aurais dû partir, sans te retourner.
Les souvenirs, c'est bon aussi.
Tu en as trop des souvenirs, trop de mauvais. Trop de douleur. Ton esprit est confus. T'en as même la tête qui tourne. Une de tes mains se balade sur son ventre, avant d'agripper sa cuisse sur laquelle tu laisse une légère marque rosée sous la pression de tes doigts.
tout ça, c'est... tu la regardes, tes yeux sombres ont air triste. C'est pire que les bombardements, pire que tout ces gens que tu as pu voir mourir autour de toi. C'est ton cœur qui s'emballe, qui ne comprend plus, ou qui ne veut pas comprendre.
Ksenia... Je ne sais plus faire tout ça. de quoi tu parles ? Tu te perds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 18:08

T'as presque oublié l'hiver, dehors. Et l'hiver en Russie, aussi. Tout ça te semble si loin. Et rien ne te parait si près que lui, aujourd'hui. Il t'attrape les poignets, mais tu te laisses faire, doucement. Après tout, ça t'amuse pour une fois, d'avoir le rôle de la prisonnière. Sa tête dans ton cou te fait fermer les yeux de contentement. Tu es bien, là. Vraiment bien, même.
C'est dangereux. Bien sûr que c'est dangereux, crient tes yeux. Mais tes lèvres n'ont pas envie de soutenir ce principe là. De toute façon, t'as toujours vécu dangereusement. Tout le temps. Tu ne lui réponds qu'un silence respectueux et calme, goûtant sa peau, laissant tes mains vagabonder dans son dos, mais ton corps se crispe soudain au passage de sa main sur ton ventre. Qui se contracte, et ça t'amuse. Tu souris même, encore. Puis l'intruse vient bâillonner ta cuisse et tu laisses échapper un petit rire/jappement, le regardant presque comme... une amante ? À ses mots, qui ont plutôt l'air sérieux, tu te mets doucement à rire. Comme une enfant. Yaël, tu as vingt-et-un ans et tu me dis déjà que tu ne sais plus faire tout ça ? Tu ne sais pas bien de quoi il parle, mais tu penses deviner. Tu poses ton doigt sur ses lèvres douces, les effleure, dessine leurs contours à leur tour. Tes yeux sont figés dans les siens, avec une douceur et une intensité rares. Mais peut-être n'as-tu même pas encore appris à le faire tout court. Il est si jeune, tu trouves. Sept ans. Ça fait parfois tout. Tu lui adresses un baiser voler, sur le bout des lèvres, avant de te laisser tomber sur le lit de nouveau.
Tu tournes rapidement la tête vers lui, pourtant. Aimantée. J'ai envie de rester couchée toute la journée, lances-tu doucement, taquine. T'as mis les questions de côté, mais tu vois qu'il a plus de mal que toi à le faire. T'as l'air d'ignorer tout ça, toute la situation, mais ça n'est pas le cas, et l'angoisse t'étreint avec toujours un peu plus de force au fur et à mesure de ses caresses.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mar 16 Déc - 19:26

Tu ne sais plus faire quoi Yaël.
T'attacher ? Être naturel ?
Tu ne sais plus faire tout ça, parce que la vie t'a arraché bien trop vite les gens auxquels tu as pu tenir. Une succession d'erreur et de conflits sans fin. Que tu as fui, comme un lâche. Pour sauver ce qui restait de ton existence et de ton esprit. Elle rit quand tu parles, avant de t'annoncer que tu as seulement vingt et un ans. L'âge ne signifie rien. La vie a voulu que tu en arrive là. Son doigt se pose sur tes lèvres, elle les dessine, tu entrouvre la bouche légèrement en la regardant. Tu te noie, encore dans l'océan de ses yeux. Pourtant si, tu as appris à le faire, mais elle n'a pas besoin de le savoir. Ta main est toujours sur sa cuisse, tu y fais jouer tes doigts de haut en bas avant de remonter sur son ventre lorsqu'elle se laisse tomber sur le matelas. Tu avances sur sa poitrine doucement en la regardant, fin sourire sur les lèvres.
Elle n'a pas l'air stressée, pas intriguée. Tout ton contraire, c'est comme si toutes tes craintes s'envoler en sa présence mais laissaient place à de nouvelles, plus féroces. Différentes. Elle exprime son envie de rester au lit toute la journée. Pourquoi pas après tout. Avec toi ?
tu me prends pour un gamin je me trompe ? lui demandes tu d'un ton amusé. je t'ai pourtant prouvé que j'avais tout d'un homme. tu restes fier quelques secondes, presque le torse bombé. T'as envie de la voir rire. avec la chance que j'ai tu dois être ici pour affaire. et tu vas t'envoler en un claquement de doigt.
Est ce que tu as peur Yaël ? Peut être oui. Parce que tu ne comprend plus ce qui t'arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mer 17 Déc - 10:47

L'âge ne signifie rien. Certes. Mais dans un sens, il signifie beaucoup. Tu inclines la tête sur le côté. Peut-être l'as-tu vexé, vu sa question. Tu secoues la tête doucement. Je n'oserai pas. Mais en ayant vécu seulement vingt-et-un ans, il t'en reste encore beaucoup pour apprendre ou réapprendre, si tu préfères le voir comme ça. Tu te mets à rire avec sa réplique suivante, et ne réponds rien. Oui, il t'a prouvé qu'il avait de quoi faire de lui un homme, ça c'est clair.
Pour affaires. C'est presque ça, oui. Tu l'observes, mi-peinée mi-coupable. Tes yeux se détournent de nouveau, tu fixes le plafond. C'est un peu ça, c'est vrai. Tu laisses revenir le silence, cherchant tes mots. T'as toujours du mal à t'exprimer spontanément dans cette langue qui n'est pas la tienne réellement. Tu te redresses et t'appuies sur un coude pour pouvoir le regarder. Tu cherches à attirer son regard. Mais les affaires qui m'ont menée ici ne se règleront pas en un claquement de doigt, ajoutes-tu doucement. T'aurais envie de le rassurer, peut-être, Kira ? Ça se pourrait, oui. Tu inspires doucement, et expires en te rallongeant.
Non, pas un claquement de doigts.
Mais peut-être juste la pression de ton doigt sur la gâchette. Mais pour ça, encore faut-il avoir la bonne cible en face, et que l'envie ne te vienne pas de prendre ta propre tempe pour victime à défaut d'avoir celle qu'il faudrait.
Parle-moi de toi, chuchotes-tu soudain en inclinant la tête, faisant courir tes doigts le long de son bras.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mer 17 Déc - 12:23

T'as réussis.
Elle rit, et bizarrement ça te fait un petit quelque chose. Les femmes qui sourient sont les plus belles. Elle a raison, tu viens à peine de dépasser la vingtaine. Tu as tout me temps, pour apprendre à nouveau, à faire ces choses dont tu ne te crois plus capable. C'est ton esprit qui est enfermé dans une prison de regrets. C'est lui qui te mène la vie dure, sans arrêt. Te jouant des tours auxquels tu ne comprends rien. C'est comme ça que tu oublis, que tu divagues. Et que tu te réveilles un beau jour, sur une plage. Loin de tout, sans savoir pourquoi.
Elle répond favorablement, elle est ici pour affaire. Alors tu n'es qu'un amusement de plus sur sa liste qui doit être longue selon toi. Un mec histoire de passer du bon temps. Mais visiblement elle restera là un moment, ce qui te décroche un léger sourire. Un gosse Yaël. Elle regarde dans le vide alors que toi tes yeux sont toujours sur elle.
Que tu lui parles de toi ? Tu soupires légèrement avant de te racler la gorge. [color=tan]il n'y a rien à dire sur moi.
tout à coup tu es plus secret, peut être même semble tu distant. Tes yeux noirs dans le vide à leur tour. tu veux savoir comment je suis arrivée ici ? je ne sais même pas, je me suis réveillé sur la plage, recraché par l'océan. avec seulement mon portefeuille et mon téléphone inutilisable.
Tu serres la mâchoire subitement. je ne me rappelle de rien d'autre. tu te rappelles ton enfance, les bombes, les tragédies de ta vie, le reste est vague. Trop vagues, les souvenirs remontent par bribes. Ta main arrête les caresses sur son corps. Tu lui dis tout ça, parce que de toute manière, elle partira loin. T'es en colère contre toi même.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mer 17 Déc - 13:45

On dirait qu'il a pris une douche froide, soudain. À ta question, il se raidit et c'est comme s'il refermait sur lui la porte en fer forgé et qu'il y accrochait un cadenas. Malheureusement, t'as peut-être la clé. Tu restes silencieuse un moment. Tu ne sais pas s'il te dit la vérité ou bien s'il raconte ça pour avoir l'excuse de n'avoir rien à dire de plus. Mais tu acceptes ça réponse. D'accord. Ça ne doit pas être facile. Phrase bateau, mais pour le coup, tu ne sais pas quoi dire d'autre.
Tes yeux flottent, naviguent dans le vide. Mais chez toi, le vide a ses remous et les vagues de rien manquent toujours de te faire tomber à l'eau.
Le silence s'éternise. Il est long et lourd. T'as l'impression qu'il te tombe dessus comme un poids. Tu finis par soupirer et de nouveau, ton accent archaïque se la ramène. J'aurais peut-être pas dû te demander, visiblement.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Mer 17 Déc - 16:56

Tu ne sais pas si elle te croit, mais à coup sûr ce n'est pas le cas.
Elle doit prendre ça comme une excuse, quelque chose que tu prétends pour meubler. Pourtant c'est bel et bien le cas. Tu t'es retrouvé ici comme ça, et après, tu as essayé de comprendre. Et les souvenirs on refait surface petit à petit. Tu n'es pas amnésique, du moins tu ne crois pas. Tu n'espères pas. Ton prénom tu t'en souviens, il était écrit sur ta carte d'identité et sur ta carte bleue.
Non, ce n'est pas facile.
Tu ne dis rien, tu attends, comme un con. C'est comme si elle venait d'éclater en une seconde tout le bien être qu'il y avait en toi. Le silence dur, elle ne dit rien, ça te pèse. Mais t'ose plus ouvrir la bouche. Par contre, elle, elle le fait. Et sa phrase tu te braques presque.
peut-être oui. réponds-tu d'un ton plus que froid à l'égal de son accent. Tu te lèves du lit, enfin. C'est comme un supplice. Tu enfiles ton pantalon, récupère ton pull. Mais tu laisses ton t-shirt sans t'en rendre compte. je ferais mieux d'y aller. phrase que tu as dite un peu plus tôt déjà, mais que tu vas assumer maintenant. Comme un parfait connard, tu te retournes même pas. Tu sors de la chambre et ferme la porte sans la claquer, t'es déjà en train de regretter ton geste, mais c'est trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   

Revenir en haut Aller en bas
 

disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le baiser de la femme serpent
» [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]
» le baiser flambé de Pomme
» Le baiser au Moyen-Age
» [Clara] Maîtresse, disciple et amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: le petit hôtel-