AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 | .
 

 disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Jeu 11 Déc - 18:18

09:53. Ça clignote. Dans ta tête, et surtout, sur le réveil posé sur la table de chevet, à la verticale de tes yeux. Merde. Rendez-vous à 10 heures ? C'est ce que tu lui as dit hier soir. Hier soir, ou cette nuit, tu ne sais pas trop. Incapable de savoir si vous êtes restés des heures qui t'ont semblé des minutes. Ou des minutes qui ont été des secondes. Un deuxième verre, une tension grandissante, et le frein dans ta tête qui te suppliait d'arrêter. Tu t'es presque enfuie.
Parce que ça t'a fait un peu peur, tout ça. Que ce qui t'effrayait, c'était cette envie tenace de rentrer avec lui, de partager sa chambre, son lit, jusqu'à sa brosse à dents. T'as pas voulu le planter. T'as prétexté un mal de crâne, une longue journée de voyage jusqu'ici. Pour t'excuser, tu as déposé tes lèvres sur sa joue. Et tu t'es fait violence pour qu'elles ne dérivent pas. Parce qu'elles en avaient envie. Et que toi aussi, t'en avais une envie folle. Bon, miss, il te reste sept minutes pour te préparer. Impossible. Tu lui as dit 10h en quittant le bar, alors ça sera dix heures, point barre. Tu te lèves péniblement. T'as la tête qui tourne ; mon dieu rien que d'y penser, de penser à lui, à son corps, à cette main qui t'a collée contre lui si peu de temps, oui, t'as le corps qui chavire. Navire à la dérive.
T'es à peine en train d'enfiler un haut souple mais distingué, bleu ciel pour rappeler le ciel de tes prunelles, que ça frappe à la porte. Double merde. T'es encore en jogging, tes cheveux ont fait, visiblement eux, la bamboula toute la nuit. Bien moins présentable qu'hier. Pas de maquillage, pas de belle tenue, pas de rouge à lèvre autre que l'imagination des siennes sur les tiennes. Timidement, tu entrouvres la porte, te cachant un peu derrière. Rudement moins avenante, ce matin, Kira. Entre. Mon réveil n'a pas sonné, je ne suis pas très présentable, mais je n'en ai pas pour long. Alors, si tu n'as pas peur de me voir comme ça, tu peux entrer. Sinon, attends dans le couloir, lances-tu d'une voix enfantine. Mutine. À la fois gênée et inviteuse.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Jeu 11 Déc - 18:36

Hier soir t'as perdu la tête.
T'as perdu tes moyens, mais pourtant tu n'as pas succombé. Parce que la belle s'est enfuie, pour ton plus grand malheur. Elle s'est enfuie loin de toi, et t'as laissé seul avec tes idées. Pourtant, quand tu l'as regardé partir, t'as pu t’empêcher de sourire. Pensant à ses lèvres sur ta joue, fine pellicule de son être. Elle t'a donné rendez vous, à dix heures du matin. Sans savoir si tu allais venir ou pas, mais elle a cru en ton regard. Alors tu l'as laissé s'enfuir. Et t'as terminé ton verre d'alcool, lentement.

Il est neuf heures pétante. T'es déjà debout, tu ne sais plus si tu as dormi. Tu passes sous la douche. T'enfiles un pantalon noir, et un pull tout aussi foncé. Tu vas à l'accueil de l'hotel, et tu demandes au type si il sait dans quelle chambre la femme à l'accent nordique a passé la nuit. Bizarrement il sait tout de suite de qui tu parles. Dix minutes plus tard t'es devant sa porte, t'ose pas frapper. Tu restes immobile. Te remémorant la veille. T'as le cœur qui tambourine. Toutes les sensations d'hier sont décuplées, tes sens sont exacerbés. Tout de suite tu revois ses lèvres, ce corps moulé sous ses vêtements. Tu prends une grande respiration, et tu toques à la porte. Elle ne tarde pas à ouvrir, se cachant à moitié derrière la porte en bois. T'as l'impression de la déranger. Mais elle te demande d'entrer si tu en as le courage. Tu en as envie. Mais le courage où est-il ? Tu lui souris, comme tu peux. Un peu moins assuré que la veille. je suis désolé. dis-tu en passant le seuil de la porte. Ses cheveux sont en batailles, son maquillage n'est pas présent, mais tu la trouves sublime. Tes yeux noirs la fixent, encore, comme si vous ne vous étiez jamais quitté. D'un coup tu te demandes si elle aurait pu passer la nuit avec un autre homme, ta gorge se serre, et tu regardes un peu partout dans la piéce. Personne.
T'es presque rassuré. Tu finis par avancer, et t'adosse à un mur de la chambre. Puis tu finis par t'asseoir sur un des fauteils présent. je vais te laisser finir alors. je ne voulais pas te déranger. vous vous tutoyez maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Jeu 11 Déc - 18:48

T'as l'impression de briser toutes tes chances en une seule seconde. Mais la façon dont il te dévisage t'insinue lentement le contraire. Tu frémis, souris un peu sous son regard. Il est désolé.
Désolé de quoi ? D'être venu ? D'avoir accepté l'invitation ? De te faire chavirer comme on renverse un verre d'eau ? Tu balaises son excuse, croises tes bras sur ton haut à manches longues. Tu portes toujours des manches longues. Pour cacher une longue estafilade qui t'a marqué le bras à jamais. Une cicatrice qui ne s'effacera d'aucune façon. Qui a laissé un trait sanglant encore plus douloureux dans ton esprit. Mais ça, c'est une autre histoire.
Tu ne me déranges pas, réponds-tu un peu trop vite. Alors, tu rougis. Comme une enfant, je te dis. Tu détournes les yeux. T'as envie d'aller t'asseoir à côté de lui, t'as envie de poser ta main sur ta cuisse, t'as envie... Dis, tu penses qu'il a pensé à toi, cette nuit ? T'as peur de croiser son regard et qu'il y découvre toutes tes pensées étalées comme des panneaux lumineux. Qui te trahiraient. Forcément. Alors, tu observes la chambre. T'es censée te déshabiller devant lui ou..? Ah non, la salle de bain. Putain, t'aurais presque voulu qu'il n'y ait qu'une unique pièce dans cette foutue chambre. Je reviens, souffles-tu doucement. Deux inconnus qui se tutoient. Deux âmes qui se déshabillent sans même s'être touchés. Tu files dans la salle de bain. Retires ton jogging. Putain. T'es tellement perturbée que ton jeans clair est resté... dans la chambre. Posé soigneusement sur le lit. Bon, ça n'empêche pas de te donner au moins un vulgaire coup de brosse. Mais tes cheveux sont durs à dresser, ce matin, tout comme tes envies démesurées qui ne se sont pas tues durant la nuit. Pire encore.
Tu entrouvres la porte. Intimidée, de nouveau. Quatorze ans, je te donne, ma puce. Dis, tu pourrais me donner le jeans qu'il y a sur le lit s'il te plait ? Tu serais un amour. Mais pourquoi tu rajoutes ça, au juste ? Encore des vieilles expressions à la con, qu'on entend dans les films ou en famille. Pas avec un inconnu. Pas avec un inconnu sur qui tu aurais juste envie de bondir. Tu grimaces, gardes la porte entrouverte, ne dévoilant que ton minois pâle et quelques parcelles de tes jambes, nues, mais qui n'ont pas froid. Y a juste tes mains. Vous savez, celles qui sont toujours gelées.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Jeu 11 Déc - 19:22

La russe s'éclipse.
Tout de suite toutes les pensées de la veille ressurgissent. Ses doigts sur ta peau. Sa bouche, ses lèvres - que tu n'as pas encore gouté. Son corps moulé à la perfection dans ses vêtements. Tu te mords la lèvre. Maintenant c'est à elle dans la salle de bain que tu penses. Probablement dévêtue. Il est à peine dix heures du matin et tes pensés divaguent. Tu te rappelles de l'envie oppressante, que tu n'as pas assouvie. T'as l'impression d'être un animal, venu seulement pour capturer sa proie. Et quelle proie ! La porte de la salle de bain s'entrouvre, c'est son visage lumineux qui apparait, elle te demande son jean, tes yeux sont rivés sur ses jambes nues. Tu n'écoutes plus vraiment. T'as plus trop envie de bouger. Juste regarder, sans te lasser. Mais tu te décides à bouger, attrapant le pantalon réclamé tu lui tends. tiens. lui dis-tu en souriant. Finalement tu te ravises. Tu jettes le jean sur le lit tout en lui disant. j'aimais bien ce que tu portais. Tu souris de plus belle, t'es un gamin, imperturbable. Deux choix s'offrent à elle, enfiler de nouveau ce jogging. Ou sortir de là en sous vêtement seulement.
Tu n'as pas envie de faire cent pas en arrière aujourd'hui. Tu n'as pas envie de perdre tout ce qui a pu se passer la veille. Ta tête est remplie d'image, ta tête n'est remplie que d'elle. Tu n'as pas dormi de la nuit tant tes pensées lui étaient dédiées. La sachant si près mais à la fois si loin de toi. Tu aurais du débarquer dans sa chambre en pleine nuit, lui faire l'amour avec ardeur. Pénétrer au plus profond de son âme, et ne plus jamais en ressortir.
Alors tu t'assois sur le lit, face à la salle de bain. Tu attends. Tes yeux noirs ne la quittent pas une seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Ven 12 Déc - 11:45

T'as l'impression d'être au même stade qu'hier soir. Qu'il n'y a eu aucune pause. Rien. Aucune barrière ni changement dans l'envie incontrôlable que tu as pour lui. Tu attends qu'il t'apporte ton jeans.
Tu peux attendre encore longtemps. À sa réponse, tu fronces les sourcils. Un sourire espiègle se place sur ton visage. Tu ne sais pas quoi faire. D'un côté, t'es gênée de passer ainsi devant lui. D'un autre, t'en as terriblement envie. Sauf que tu ne sais pas si ça ne déclencherait pas tout. Tout, quoi ? Il n'en a peut-être pas autant envie que toi. Cette idée sème un doute démesuré dans ton esprit et tu te mordilles la lèvre.
Autant tenter le tout pour le tout.
Tu ouvres plus grand la porte et marches tranquillement devant lui, les jambes dévêtues, en petite culotte. Tu le fixes droit dans les yeux, provocatrice. T'es la reine pour jouer l'assurance – que tu n'as que très rarement. Tu t'arrêtes devant le lit, poses rapidement tes yeux clairs sur le jeans avant de les reposer sur lui. Sur son visage, ses lèvres, son torse que tu devines un peu. Bordel. Tu t'avances, te penches et poses tes deux mains sur les genoux, courbée en deux. Ton visage n'est qu'à quelques mètres du sien, vos deux paires d'yeux s'affrontent dans un combat entre les ténèbres et l'océan. Un sourire carnassier s'empare de tes lèvres. Tu sens son souffle sur ton visage, ça te perturbe. Tu pensais que je n'oserai pas ? Tu lâches un fin rire, avant de t'asseoir à côté de lui. Ta jambe touche la sienne. Tu es ailleurs. Tu n'as même plus envie de savoir ce que ça fait de garder le contrôle. T'en as marre, de tout contrôler. Tu ne me connais pas, méfie-toi. Je suis très bonne à ce jeu-là. Mais surtout... Tu attrapes le jeans, et tournes la tête vers lui. De nouveau, tu tombes dans le gouffre de ses iris. ... surtout, je gagne à chaque fois, chuchotes-tu à quelques centimètres de son visage.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Ven 12 Déc - 16:38

Tu ne sais pas réellement ce qu'elle compte faire.
Tu la défies. Et il paraît qu'il ne faut pas défier les femmes. Que celles-ci sont bien trop coriaces comparés à vous pauvres hommes. T'attends sagement - aussi sagement que possible. La belle fini par ouvrir la porte grand, et dévoile ses longues jambes. Tu la mates, soyons clair. Tes yeux ne la quitte pas une seconde, caressant ses chevilles et remontant jusqu'à ses hanches. Elle ne porte rien d'autre que son t-shirt manche longue. T'as un sourire enfantin, un gosse devant un paquet de sucreries. Elle s'approche de toi, provocante, et t'aimes ça parce que t'en frisonnes presque. Ses deux mains se posent sur tes genoux elle se penche sur toi, presque offerte. T'as du mal à avaler ta salive. Ses lèvres si proches des tiennes t'envoutent. T'oses même plus parler, la laissant faire. Son souffles caresse ta bouche, tes yeux dévorent ses lèvres. T'as envie d'y goûter, peut être que t'en mourrais.
Elle fini par s'asseoir à côté de toi, sa jambe frôle la tienne. Tu te sens toute chose, l'envie grandit en toi. Tu te sens à l'étroit de toute part. T'en es même gêné quand tu remarques que ton entre jambe ne demande qu'une seule chose, elle. La blonde tentatrice. Maintenant elle vient chuchoter à ton oreille, un frisson parcours ton cou. Et quand elle s'empare du dit pantalon, tu attrapes don avant bras pour la garder près de toi. Tes yeux dans les siens. Elle t'allume, tu l'as cherché. justement, j'étais sur que tu oserais. souffles tu contre ses lèvres. tu gagnes toujours ? ah oui ? et qu'est ce qu'elle gagne ? T'es devenu un animal, tu la veux. La tension est à son comble. T'es à l'étroit dans ton pantalon alors tu te lèves en lui souriant. Tu veux voir ou sont tes limites et quelque choses me dit qu'elles ne sont pas très loin. on va visiter alors ? tu changes de sujet. T'as absolument pas envie de quitter cette chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Ven 12 Déc - 16:51

Discrètement, tes yeux se coulent à son entre-jambe. C'est plus fort que toi. Un frisson te parcourt lorsque tu remarques que son envie est visible. Ça fait s'agiter quelque chose, en toi. Ta main libre, de l'autre côté, s'accroche à la couverture qui recouvre le lit pour tenter de te retenir au maximum. T'as du mal. T'as vraiment du mal.
Il t'a transformée en animal, à ton tour. Tu attrapes alors le pantalon, pensant mettre fin à toute tentation, mais sa main s'abat comme une menotte sur ton avant bras. Tes yeux se relèvent d'un seul coup, se braquant sur les siens. Ses lèvres sont là, à quelques centimètres à peine des tiennes. Il ne suffirait de rien. Céder, enfin. La proximité te fait perdre toute raison. Toute pensée rationnelle. Il n'y a plus que lui, son corps, ses lèvres si près, son souffle, son parfum – il sent vraiment bon.
Oui, que tu réponds d'une voix à peine audible, dans un souffle. T'as la respiration courte. Le coeur qui bat à mille à l'heure. Comme une lycéenne sur le point d'embrasser son premier copain. Mais il s'esquive, il disparait, il s'en va loin. Trop loin. Deux mètres, c'est définitivement la terre entière qui vous sépare. Tes yeux clairs s'agrandissent, comme si t'avais peur d'être allée trop loin, comme si tu craignais qu'il ne franchisse la porte.
Qu'il disparaisse vraiment, pour toujours. Mais il reste là. Visiter ? T'avais presque oublié ça.
Il ne veut pas te quitter, s'en aller. Sinon, il serait parti, n'est-ce pas ? Pourquoi doutes-tu de tout, d'un seul coup ? Tu passes une main légèrement tremblante dans tes cheveux fins pour les rejeter en arrière. Ils sont sauvages, ce matin. Et t'es d'humeur carnivore, toi aussi. Tu te lèves, marches vers lui. Non. Ta voix claque, avec ton accent, on dirait presque un ordre, presque une parole méchante. Tu observes la pièce, descends ton regard à tes jambes nues. Tes mains se joignent, elles sont toujours aussi froides. Tu inspires à fond. T'injecte une dose de courage. Ou de folie, au choix. Tu t'approches de lui. Un mètre. Cinquante centimètres. Deux centimètres. Ton corps frôle le sien, ça t'envoie mille frissons de nouveau le long de ton échine et de la tête aux pieds. Ton regard passe d'un oeil à l'autre. Les deux aussi noirs, aussi envoûtants. Qu'est-ce qu'il t'arrive, Kira ?
Restons ici, proposes-tu avec un sourire presque intimidé. T'as du mal à faire le premier pas. T'as peur qu'il te jette. Tu n'connais rien de lui, et pourtant, la douche froide serait bien plus douloureuse que le pire hiver russe que tu aies pu connaître.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Sam 13 Déc - 9:32

Tu résistes.
Encore et toujours, sans réellement savoir pourquoi. Peur de tes envies. Qu'elle te repousse. Elle t'envoie pourtant tout les signaux, un autre mâle se serait jeter sur elle sans attendre. Pour la dévorer. Lui faire ce qu'elle attend. Mais tu n'oses pas, le fruit interdit est là devant toi, et t'es bloqué. Comme un con. T'as changé de sujet, histoire de penser à autre chose qu'à ce corps qui t'appelle. Tu la regardes toujours, t'essaye de paraître naturel, calme. Mais t'es tout l'inverse, tu sais plus où te mettre. Elle se lève, s'approche de toi lentement. Prédatrice. Son accent t'ensorcelle et quand elle te dit non tu n'oses même plus bouger. Qu'elle fasse ce qu'elle veut de toi.
Qu'elle se jette contre toi.
Tu regardes ses jambes, infinies. T'as envie de goûter au velouté de sa peau. Toucher du bout des doigts.
Elle s'approche encore. Son corps frôle le tiens, des frissons parcours ton corps entier.
oui, restons ici. souffles tu doucement. Tu te noies dans ses yeux, encore t'as pas envie de t'en décrocher. Ta main se pose dans le bas de son dos, glisse doucement sous son t-shirt, tu souris. Tu la presses contre toi, bon sang ce que t'as envie d'elle. Tes lèvres sont proches des siennes, et tu romps enfin ces quelques centimètres qui les séparent. Tu l'embrasses avec envie, ta main toujours dans son dos, tu la serres toujours plus contre toi. T'as chaud. Un peu trop chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 7:55

Plus aucun moyen de revenir en arrière. T'façon t'en n'as pas vraiment envie. T'as chaud, soudain, oublié le froid de tes mains. Il semble hésiter, puis cède, à son tour, à ton plus grand... soulagement ? Oui, c'est comme si assouvir ce désir était devenu un véritable soulagement. Pour ton bien-être – et le sien, peut-être. Sa main t'électrocute et te presse contre son corps. Tu sens son envie et ça te fait sourire, naturellement. S'il pouvait sentir la tienne, nul doute qu'il en serait tout aussi flatté. Ses yeux noirs t'incendient. T'es un véritable brasier. Puis enfin, l'incendie s'apaise – ou se déclare, plutôt. Ses lèvres, là, contre les tiennes. Son corps contre le tien, vos bouches dansant au même rythme. T'as l'impression d'avoir attendu ça des siècles.
C'était quand la dernière fois qu'on t'a embrassée comme ça, Kira ?
T'oublies tout. Dimitri, la Russie, le flingue caché dans la table de nuit, tes tourments d'insomnie – tout. Il n'y a plus que lui et ses lèvres et son corps et sa chaleur. Tu te laisses faire, te pressant contre lui, ton bassin contre le sien. Tu peux pas le nier. T'as terriblement envie de lui aussi. Ta main droite remonte à la base de sa nuque pour agripper la base de ses cheveux. La gauche, elle, se glisse sous son t-shirt. Tes doigts froids viennent dessiner les contours de son torse, que tu imagines depuis hier. Tu l'embrasses avec fougue et empressement, et rompt abruptement le baiser pour le regarder avec intensité. Le souffle court, tu viens déposer tes lèvres dans son cou que tu mordilles doucement, le plaquant toujours un peu plus contre le mur derrière-lui. Tes mains, elles, explorent librement.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 8:40

C'est comme une décharge électrique.
Ses lèvres douces contre les tiennes. Un soulagement. Depuis combien de temps n'as tu pas embrassé une femme. Depuis combien de temps n'as tu pas ressentis tout ces picotements au fond de toi. Tu comprends pas ce qui t'arrive. L'impression d'avoir quinze ans, d'être le premier et qu'elle soit la première. Deux corps étrangers qui se reconnaissent et ne désirent qu'une seule chose. Ne faire qu'un.
C'est ce que ton corps te réclame , comme si ça lui semblait être une évidence. T'as l'impression d'exploser de toute part tant l'envie monte en toi, crescendo. Et quand elle répond au baiser tes doigts s'enfoncent un peu dans sa peau alors qu'elle t'agggrippe doucement les cheveux. Son bassin se presse contre le tiens, t'as envie de lui arracher ces dernier vêtement, que les tiens disparaissent.
Sa main passe délicatement sous ton haut, ses doigts glacées sur ta peau brûlante. Tu te crispes alors qu'elle dessine chaque muscles de ton corps. Elle met fin au baiser, te regarde avec envie comme si elle comptait ne faire qu'une bouchée de toi. T'es ravi, tu souris bêtement comme un gosse .
Sa bouche sucrée s'attaque à ton cou, tu fermes les yeux sous le plaisir alors que ses mains de baladent. Les tiennes remontent sous son t-shirt que tu lui retire, puis tu la saisis par les hanches avant de la soulever pour la plaquer presque violemment contre le mur. Tes yeux noirs dans les siens, t'es à bout de souffle. T'obserses sa poitrine offerte, son cou, des cuisses que tu tiens fermement contre toi. Un sourire en coin , et tu l'embrasse à nouveau. Fougueusement, comme si ta vie en dépendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 8:52

Quinze ans. C'est exactement ça. Tu frémis toute entière, tu as l'impression que ton corps se décompose en milliers de cellules qui se mettent à brûler à son contact. Que bientôt, tu ne seras plus que cendres. Tu rentres la tête dans les épaules, le laisse retirer ton t-shirt, mais quelque chose cloche. T'es bien trop peu vêtue par rapport à lui. Tu t'apprêtes à régler ça lorsque soudain, il ne t'en laisse pas le temps. Tes pieds décollent du sol et ton dos heurte le mur. Ses yeux sont noirs d'envie, de désir, c'est palpable, et ça te rend toute chose. Tes jambes s'accrochent à son bassin, tes mains viennent sous son t-shirt, dans son dos, marquer sa peau d'une empreinte froide et brûlante à la fois. Deux animaux qui ont enfin cédé. Vos bouches reviennent danser ensemble, comme deux partenaires trop longtemps écartés. Tu lui rends son baiser avec une fougue que tu avais oubliée. Tes dents viennent mordiller sa lèvre inférieure, tandis que, les yeux grands ouverts, tu les plonges dans les siens pour lui indiquer toute la faim que tu as. De lui.
Puis tes lèvres reviennent plonger sur les siennes. T'aimerais le déshabiller, mais tu n'as pas envie qu'il te lâche, tu n'as pas envie de redescendre sur terre. Alors, comme pour l'inciter à le faire lui-même, tu ondules doucement ton bassin contre le sien. Ta respiration devient plus forte, tes lèvres plus pressantes. Tu déconnes, Kira. Tu déconnes, hein.
Comment tu vas lui dire, après ? Que dans tes affaires, t'as une alliance intelligemment planquée ?

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 9:51

Sauvage.
C'est féroce. L'animal cède à ses pulsions originelles. Tu n'attendais que ça, depuis hier soir. Tes yeux la dévoraient déjà bien avant. Maintenant c'est toi qui va la dévorer. Comme si il n'y avait qu'elle. Mais il n'y a qu'elle. Tu réfléchis pas, guidées par ton envie. Il n'y a plus que ça qui compte, et ses yeux bleus qui t'obsedent. Elle te rend ton baiser, t'en frisonne tout entier. Ses lèvres s'accordent parfaitement aux tiennes, ses mains passent dans ton dos, t'as envie d'arracher tes vêtements. Pour sentir ce corps glacé contre le tiens. Son bassin ondule contre le tiens, avec douceur. Ce qui ne fait qu'augmenter ton désir. Tu détaches tes lèvres des siennes, un instant juste pour la regarder. Ses cheveux en bataille, sa bouche entrouverte et son souffle court. Ses pupilles dilatées signe de l'excitation grimpante. T'as le cœur qui bat la chamade, tu la tiens toujours par les cuisses, et tu la porte jusqu'au lit. Tu la jettes presque dessus, ton sourire est joueur. Tu restes debout une minute juste le temps de retirer ton pull que tu jettes, lui dévoilant enfin une partie de ton corps. Tu commences à enlever la ceinture de ton pantalon. Mais t'es trop avide, et en la voyant la allongée tu ne tiens pas longtemps. T'es déjà entre ses reins, tes lèvres dans son cou, le haut se sa poitrine. Si elle eut retirer ton jean elle le fera elle même, sinon rien ne t'empêche de continuer en si bon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 10:15

Plus rien ne compte.
Juste la chaleur de son corps contre le tien. Juste deux continents éloignés qui se rencontrent, s'entrechoquent, et s'apprivoisent. T'as pas envie de l'apprivoiser, t'as juste envie de le laisser te dévorer vivante. Son pull est loin. Son torse t'est dévoilé, et tes yeux le caressent à distance déjà. Tu as envie de te coller contre lui, mais il ne t'en laisse pas le temps. Sur le dos posée sur le lit, il revient se jeter sur toi, comme un animal. Tu deviens sa proie et lorsque ses lèvres se posent dans ton cou, tu ne dépends plus de rien. Ça a toujours été un endroit sensible chez toi. À croire qu'il l'a deviné. Qu'il semble te connaître depuis toujours. Mais enfin, tu le repousses avec fermeté, te redressant en même temps que tu le forces à se redresser lui aussi. Tes mains viennent agripper la boucle de sa ceinture, terminant de la détacher. Tes mouvements sont maladroits, tu as du mal à le lui retirer et tu lui fais juste signe de soulever son bassin pour te faciliter la tâche.
Maintenant, vous êtes à égalité. Tu te mordilles la lèvre, pressant ta poitrine contre son torse chaud. Et bien taillé, tu dois l'avouer. Tes mains viennent cerner son bassin, avant que l'une d'elle ne s'attarde plus bas. Ton regard bleu a changé, la glace a fondu, maltraitée par des flammes de désir immenses qui s'élèvent vers le ciel de tes prunelles. T'as envie de lui comme jamais, et pourtant, t'as envie de tout faire durer. Des minutes incandescentes, des heures brûlantes; que ça ne prenne jamais fin. Tu retombes en arrière, l'observant avec un sourire à la fois naïf et tentateur.
Tu es à lui. Offerte. Et tu vends ton âme au Diable. Qu'il en fasse ce qu'il veut.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 10:34

La femme du nord.
Tu la dévores, tes baisers sont fougueux. Tu essais d'embrasser chaque petite parcelle de son corps. Mais elle te repousse avec force, comme pour pouvoir t'observer plus correctement. Mais c'est tout autre chose, elle s'attaque à ta ceinture qu'elle termine de retirer, ton pantalon ne fait pas long feu non plus. Elle presse sa poitrine contre ton torse, tu regardes avec envie, tes mains passent le long de son dos. S'attaquent furtivement à ses fesses, alors que les siennes s'attardent un peu trop sur ton entre jambe. Presque douloureuse tant l'envie est présente. C'est ce qui se trouve sous ton boxer qui guide toutes tes envie, et elle se laissent tomber en arrière. S'offre à toi.
Tu la regardes en te mordant la lèvres, qu'est ce qu'elle est belle. Envoûtante. Tentante. Ton index se pose sur son ventre et dessine ses courbes parfaites, s'arrêtant à la limite de son sous vêtement que tu lui retires toujours de ce même doigt. Tu ne perd pas de temps.
Tes lèvres s'attaque au haut de sa cuisse, à son ventre. Comme un animal tu rampes presque sur son corps aussi bouillant que le tient. Tu la désires comme jamais. T'atteins son cou enfin, ses lèvres et te voilà déjà en mouvement entre ses hanches. Alors que tu lui dévores le cou. La sensation est indescriptible. Tu te crispes sous le plaisir. T'avais envie que le moment dure plus longtemps. Mais tu tenais plus. Et maintenant tu es aux anges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 11:02

Aux anges à côtoyer les démons. Pas ceux de minuit, non, ceux du jour, ceux de l'animal, ceux de la bestialité. Il te retire ton sous vêtement. Le dernier rempart. Tes yeux se ferment un peu, à demi. Tes cils battent vite, comme deux papillons effrayés. Ton corps ne tient plus en place, tant tu as envie de lui, envie de ne faire qu'un avec ce presqu'inconnu. Tu te tortilles sous son emprise invisible. Ses lèvres te rendent folle. Tu rejettes la tête en arrière. T'abandonnes à ses baisers, à ses caresses.
Soudain, il est là. Dans ton cou, et en toi, aussi. Tu pousses un râle à la fois surpris et soulagé. Tes jambes viennent s'enrouler autour de son corps, encourageant son bassin.
Est-ce que c'était déjà prévu ? Est-ce que hier, en croisant son regard, en posant ta main sur son avant-bras, tu devinais que vous en arriveriez là ? Non. Aucun indice, aucun signe avant coureur. Rien d'autre que le hasard, peut-être. Ou autre chose, aussi. Tu soupires contre ses lèvres, contre sa bouche, avant de l'embrasser de nouveau. Tes mains griffent légèrement son dos, tu fermes les yeux, quittes ses lèvres pour rejeter ta tête sur le matelas, offrant ton cou au vampire de ton corps.
T'as envie qu'il ne s'arrête jamais.
Qu'il ne te laisse jamais.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 11:30

Au final t'es qu'un homme.
Succombant aux charmes envoûtant de la belle. Qui ne succomberait pas ? Tu aurais pu y succomber hier soir, mais à croire que vous vouliez jouer plus longtemps. Faire monter la pression, vous faire bouillir l'un l'autre. Et voilà qu'aujourd'hui t'as envie que d'elle. Penser à une autre te serait quasi impossible tant ton corps la désire.
Ses soupirs de plaisir à tes oreilles t'enchantent. Ses jambes emprisonnent ton corps, et tes mouvements se font plus intenses. T'attendais que ça. Voir ce qui se cachait dans les profondeurs de la femme. Cette inconnue que t'as la sensation de connaître depuis bien longtemps, ce corps qui de crispe doucement sous toi, à l'unisson avec le tiens. Elle t'embrasse, t'as les yeux fermés, tu savoures. Une de tes mains serre sa cuisse fortement. T'avais commencé doucement. Maintenant entre ses reins t'es plus féroce. Ton souffles est court, tu pousses quelques soupirs à chaque mouvements. Ses mains dans son dos te rendent complètement fou.
T'attrapes ses fesses et tu la force à se redresser, pour qu'elle soit assise sur toi. T'as envie de la regarder dans les yeux. Moment intense que tu veux partager pleinement. Ou t'as peut être envie de lui laisser faire un peu de boulot, tes mains caressent ses épaules, ses cheveux sauvages. T'as envie que ce moment dure toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 13:51

Au final, vous n'êtes qu'humains, oui. Simples esclaves de pulsions bien plus fortes que votre volonté ne l'est. Et là, ça ne te dérange en rien. D'être son esclave. Pour toute la journée s'il le faut, jusqu'au lendemain. Ses mouvements, au départ lents et tranquilles, deviennent plus rapides et bestiaux. T'essaies de te contrôler, de ne lâcher que de longs soupirs entre tes lèvres qui ne demandent qu'à exprimer tout haut ce que ton plaisir fait naître dans ta gorge. Ses soupirs t'emmènent très loin.
D'un seul coup, tu es assise sur lui. Tes grands yeux bleus et de glace viennent fondre sur les ténèbres des siens. Tu y jettes ton ancre, sans appréhension autre que celle de t'ouvrir entièrement à l'autre. À cet inconnu, dont tu ne sais toujours pas ni le prénom ni l'âge. Tu rejettes tes cheveux en arrière, avant de poser une main sur son épaule, l'autre dans sa nuque. Tu poses ton visage dans l'espace entre son épaule et sa tête, soupirant derrière-lui, alors que tu joins tes mouvements aux siens, dans une danse étrangement coordonnée pour une première fois avec lui. Puis alors, comme si tu voulais un peu pimenter le tout et le surprendre, pour prolonger encore et encore le moment, tu mets le poids de ton corps en avant pour le faire basculer en arrière.
Ton regard s'enflamme. À toi de prendre un peu les rênes. Sans même te retirer, tu attrapes ses poignets que tu coinces de part et d'autre de son visage, pour l'empêcher de te toucher. Tu commences alors des mouvements alternés entre lents et plus rapides, le dévorant du regard. N'y tenant plus, tu le lâches pour pouvoir poser tes doigts ( froids ) sur son torse et laisser quelques griffures incandescentes. La tigresse du Nord, chevauchant le loup du Sud. Tu fermes les yeux, ressentant les assauts du plaisir de façon toujours plus violente. Tu cherches à faire durer le tout. À tout tester, à tout essayer, à tout expérimenter. Comme si tout voulait tout recommencer, depuis le début. Comme si c'était ta première fois, comme si t'avais réellement quinze ans.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 14:21

Tu te noie, dans l'immense bleu.
Vos deux corps au même rythme, elle agrippe ta nuque et réfugie son visage dans ton cou. Ses soupirs se font plus réguliers et se joignent aux tiens. Tes mains immenses sont dans son dos que tu caresses avec tendresse. Elle te surprend.
Tu bascules en arrivée, la belle au dessus de toi. Elle agrippe tes mains et les bloquent au niveau de tes joues. Tu ne résistes pas, te laissant faire sous ses mouvements étonnant. Elle te regarde dans les yeux pour ton plus grand plaisir, pour ta part tu observes sa poitrine, toutes les courbes de son corps que tu aimerais toucher. Il te suffirait de peu pour te défaire de ces menottes mais tu aimes le jeu. Alors tu la laisse faire à son rythme. Tes yeux se ferment sous le plaisir. Elle relâche enfin, ses doigts s'enfoncent dans la peau de ton torse. Tes mains s'emparent de ses hanches fortement. T'apprécie cette domination, mais ce n'est pas pour longtemps puisque tu te redresses en l'embrassant à nouveau. Son cou devient le terrain favoris de tes lèvres, ainsi que sa poitrine. Tu l'allonges doucement sur le lit dans un sale état maintenant. Vous ne faites toujours qu'un, tu la regardes, caresse son visage timidement du bout des doigts avant d'enfouir ton visage dans son cou. Une de tes mains agrippe le drap au dessus de sa tête tandis que tu te transforme en réel animal. Entre ses reins jusqu'à l'épuisement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 14:36

Il est partout.
Sous toi, sur toi, en toi. Partout. Tu touches l'inconnu, tu le dévores, tu le respires même. Des frissons de plaisir courent le long de ta peau pâle. Tes joues sont rougies sous les émotions, mais tu n'en as cure, à cet instant-là. Rien ne compte plus que ce qu'il se passe entre vous. Tu n'as pas longtemps le loisir de mener la danse qu'il se retrouve de nouveau contre toi. Ta poitrine contre son torse. Ses lèvres contre les tiennes – tu t'aperçois qu'elles t'avaient manqué. Tu les mordilles presque, t'adores ça. Et lorsqu'il vient les glisser dans ton cou, tu ne réponds plus de rien. Tu ne sais plus ton nom, ni d'où tu viens. Tu n'es plus personne. T'es juste là, les cuisses ouvertes à un inconnu qu'il te semble connaître depuis toujours.
Est-ce que ça fait de toi une traînée, Kira ? Ah, pardon, c'est que t'es mariée en plus.
Salope, ça convient mieux ?
Tu repousses ta conscience, loin de ce moment. Tu en subiras les assauts plus tard. Il t'a allongée sur le lit. La façon dont il te caresse le visage te fait fondre. On dirait un amant. Puis l'amant se transforme en bête sauvage. Ses coups de rein deviennent plus intenses, plus rapides, plus profonds. Tu fermes les yeux, agrippant les draps entre tes poings serrés, toi aussi. Tu fermes les yeux, et inconsciemment, laisses de fins gémissements franchir la barrière de tes lèvres. Tu ne dis rien – tu ne peux pas – pourtant t'as juste envie de lui dire de tout donner. Encore, et encore. De t'épuiser, de te posséder jusqu'au dernier centimètre de peau. Tu pousses un long râle tandis que ton corps se tend et se secoue de spasmes irrémédiables. Qu'il te voit ainsi. Qu'il voit jusqu'où il t'emmène. Ton corps se serre autour de lui, veut le garder prisonnier.
Pour l'éternité.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 14:54

L'inconnue, nue contre ton corps.
T'as envie de lui montrer ce qu'elle te fait ressentir. Alors t'hésites pas une seconde, tu joues pas l'amant timide. Tes coups de reins sont intenses, et plus elle soupire plus ils le sont. T'as le corps luisant de transpiration. T'embrasse son cou toujours, en guise d'oxygène peut être. Elle s'offre à toi, et tu t'offres à elle au final. Vos corps ne font qu'un, vos corps sont beaux. Un râle plus fort que les autres, son corps se tends et elle s'agrippe plus fort à toi. A-t-elle peut que tu t'envoles ? Tu ralentis la cadence, satisfait. Pourtant t'as encore envie d'elle. Ça pourrait durer des heures encore, mais t'as envie de savourer cet instant. Tu finis par tomber sur le côté , tes yeux ténébreux dans les siens. Tu caresses encore son visage du bout des doigts, petite chose fragile.
Ton corps nu viens se coller doucement à elle, t'es brûlant de désir toujours. Tu ne te lasses pas de la regarder. Tu ne comprends pas ce qui t'arrive. L'endorphine peut être ? Cette putain d'hormone qui rend heureux ? C'est une illusion alors ?
Pourtant non, elle est belle et bien la.
yaël. c'est mon prénom. souffles tu doucement contre ses lèvres que tu t'amuses à effleurer depuis tout à l'heure. Tu ne demandes pas le sien, tu te rappellera d'elle quoi qu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 15:02

Puis la cadence ralentit. Tu n'as pas envie que ça soit fini, mais il est déjà à côté de toi. Soudain, l'angoisse t'étreint ; et s'il s'en allait de suite ? Mais il n'a pas l'air d'en avoir franchement envie. Allongé à côté de toi, ses doigts délicats caressent ton visage. T'as plus connu pareille douceur depuis longtemps. Tu gardes tes yeux plongés dans les siens, tu gardes ton corps collé à celui de... Yaël. Tu sais pas, tu l'aurais pas appelé comme ça. Dans ta tête, c'était Dimitri qui venait.
Mais t'appellerai tout le monde comme ça, si ça pouvait te le ramener. Yaël. En fait, ça lui va bien. Tu esquisses un sourire en croissant de lune. Contre tes hanches, tu sens l'objet de tes désirs qui en demande encore. Tu sens que son désir, à lui, n'est pas repu. Le tien non plus, semble-t-il.
Mais tu te contentes de le serrer plus fort contre toi. D'y faire jouer une main, sans décrocher tes iris des siens. On m'appelle Kira. Mais véritablement, mon prénom est Ksenia. Pourquoi lui dévoiler le vrai ? Kira, c'est tout. Ta couverture, cette nouvelle personnalité, une obligation aussi. Ksenia, c'est l'autre. La fragile comme la forte. Celle de feu et de glace.
Au fond, n'est-ce pas celle-ci que tu es avec lui ?
Ta main libre vient caresser son torse, distraitement.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 15:20

Tu la désires, encore.
T'as l'impression que ça s'arrêtera jamais. Comme si elle possédait ton corps tout entier. Ou alors est ce le fait de la voir complètement nue. Tu lui as dis ton nom, comme ça. Tu aurais pu mentir. Tu aurais pu partir. Abandonner l'inconnue et rester un vague souvenir dans son passage ici. Mais t'as pas envie d'être recalé à un vulgaire souvenir. Tu sais pas vraiment ce que tu veux, mais certainement pas ça. Sa main descend et s'empare de ce qui fait de toi un homme, comme si il était déjà sien. Ça t'amuse intérieurement et extérieurement tu ne peux t'empêcher de fermer les yeux sous les caresses. Si elle veut que tu lui saute dessus à nouveau c'est bien parti ! Son accent fait de nouveau écho dans ta tête, tu souris les yeux fermés. C'est russe. C'est beau.
Sa main sur ton torse te fait frémir. T'as l'impression d'être à ta place. j'aime ... beaucoup. de quoi tu parles ? De son prénom ou de sa main ? Tu ouvres les yeux, ta main touche son corps de ci de là.
Tu l'embrasses tendrement. Comme un amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 15:26

Tu ne sais pas non plus de quoi il parle.
Aucune importance, puisqu'il aime, en fait. Il t'embrasse, tu fonds. Te rends-tu compte, pourtant ? Non, pas vraiment. De rien. Tu poursuis tes caresses, sans répondre d'abord, posant ta tête dans le creux de son cou, embrassant doucement sa peau douce et au parfum de vos ébats. La tension est encore là. Pas évaporée comme tu l'aurais cru. Etrange, d'ailleurs. Tu décales ta tête pour pouvoir plonger dans ses grands yeux noirs. Heureusement que j'étais perdue, hier. Juste un murmure écorché, suivi d'un rire cristallin, suivant lequel tu accélères un peu les mouvements de ta main, en fixant son expression, son visage, ses réactions.
Tu n'veux pas que votre rencontre se résume uniquement à ça. À être un objet, qu'il jettera après. Mais t'es pas venu là pour ça, Kira, t'es pas venu là pour trouver un prince charmant. Le tien, tu l'as déjà, et même si on te l'a pris, tu sais que personne ne le remplacera. T'es là pour régler les comptes à tes démons. Cette ville n'est pas un hasard.
Kira, toute cette personne inventée n'est, elle-même, pas un hasard.
Peut-être cette rencontre n'en est-elle pas une non plus.
Pourtant là, sur le moment, tu écartes tout ça. T'as juste encore envie de lui, et tu le lui montres en collant ton intimité contre la sienne, tes deux mains remontant à son visage pour l'embrasser avec une tendresse non permise normalement lors de ces moments entre deux inconnus.
Mais tout est permis. La victoire, comme la défaite.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : .

▸ MESSAGES : 53

▸ HERE SINCE : 06/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 15:55

Tu ne la connais pas.
Et pourtant vous avez tout l'air d'un jeune couple. Ou d'anciens amants tout juste retrouver. Tu ne sais pas quelle heure il est, mais tu apprécies le moment. Tu n'as pas passée de moment aussi intense  depuis longtemps. Elle embrasse ta peau, tu savoures. Cette femme te rend fou. Oui, heureusement qu'elle s'est perdu hier, heureusement que vous vois êtes perdus ensemble. Son rire, et sa main qui accélère. Tu soupires de plaisir en la regardant , essayant de garder les yeux ouverts. Tu peines. Et tu sens son regard sur toi, comme si elle attendait quelque chose. Son corps vient se coller un peu plus au tiens, son entre jambe contre ta virilité. Tu frissonnes. Ta main passe dans ses cheveux que tu décoiffes un peu plus.
Sans plus attendre tu te mets au dessus d'elle, ses cuisses ouvertes contre tes hanches. Il te suffirait d'un coup de rein pour ne faire plus qu'un a nouveau. Mais tu attends, tu la regardes avec envie. Petit sourire au coin des lèvres. heureusement oui. j'ai bien fait de t'accompagner. tu t'en doutais ? Que Ksenia ou peu importe comment on la nomme finirait dans ton lit. Ou plutôt l'inverse. Tu joues avec ses nerfs. Tu lui souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : tearsflight.

▸ MESSAGES : 75

▸ HERE SINCE : 07/12/2014


MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   Dim 14 Déc - 16:12

En tout cas, pas deux inconnus.
Ce que vous êtes pourtant. Mais deux perdus ne font pas un trouvé, Kira. Alors qu'est-ce que vous faîtes, vous deux ? Tu n'en sais rien. Et ça n'a peut-être pas d'importance, au fond.
Tu fixes son visage qui réagit à tes caresses. Ça te fait sourire, ça te donne l'impression d'avoir le contrôle sur quelque chose, de façon éphémère. Sur lui, à défaut de l'avoir sur ta vie. Tes jambes réagissent à ses mouvements, tu es de nouveau offerte à lui, mais rien ne vient. Tu sens une frustration délicieuse monter en toi. Tu fronces les sourcils, le foudroie de ton regard glacial, en attirant son visage au tien pour t'emparer de nouveau de ses lèvres, avant de croiser tes jambes au niveau de ses fesses. Et de le forcer, doucement, par pression, à de nouveau ne faire qu'un avec toi. Peut-être qu'on se serait trouvés quand même, sinon, inventes-tu doucement, d'une voix chuchotée comme si t'avais peur de briser le moment. Son regard te dévore. Il ne te dérange pas, en fait, t'as l'impression d'être réellement regardée pour la première fois. Pas superficiellement comme le font tous les hommes depuis longtemps. Mais regardée jusqu'au plus profond de l'océan de tes yeux. Regardée jusqu'à y voir tes failles et tes déchirures, sans les connaître, sans pouvoir mettre un nom dessus.
Ça te perdure, alors tu lances un coup de bassin pour enclencher les mouvements, malicieuse. Un sourire taquin aux lèvres, tu soupires doucement. C'est reparti. De toute façon, dès le premier baiser, t'aurais dû savoir que t'étais finie.

_________________
je te ferai les yeux doux avec du papier de verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.   

Revenir en haut Aller en bas
 

disciple de tes hanches, tu m'assènes le baiser de l'ange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le baiser de la femme serpent
» [Coulisses] Le baiser de la dame [Arthur]
» le baiser flambé de Pomme
» Le baiser au Moyen-Age
» Après le 4eme baiser...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: le petit hôtel-