AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 | .
 

 incompresa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: incompresa   Jeu 27 Nov - 17:31

comment on fait ?
pauvre gosse, ils doivent se dire. avec ses cheveux crades, son regard qui tremble et son sac, énorme, à bout de bras. pauvre gamine, ils doivent répéter. pas de celles qu'on voudrait aider. de celles qui font un peu pitié. de celles qu'on bouscule, de celles qui manquent de chuter et que, pour dire vrai, on hésiterait même à ramasser.
comment on fait ?
c'est dur, l'équilibre. le fil s'étire. c'est dur, l'équilibre.
alors, comment on fait ? comment on fait semblant d'être quelqu'un, encore, quand les doigts, fatigués, laissent tomber les bagages par terre, quand le corps, tout entier, se laisse glisser au sol et que les épaules, secouées, tentent de masquer les sanglots ?
on ne fait pas. je ne fais plus.


Dernière édition par Léo le Jeu 27 Nov - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Jeu 27 Nov - 19:25

Je sais plus trop à quelle heure je me suis mis à errer comme ça. J'me sens démuni, ici. Comme si j'pouvais plus rien faire de ma vie. J'sais que c'est peut-être provisoire, mais j'sais pas vraiment quoi faire en attendant. Comme si j'avais mis mon existence sur " pause ". C'est terrible. J'aime pas être sur pause. J'veux pas m'arrêter de vivre, même un seul instant. D'ailleurs, je regarde pas où je vais. Je fonce dans quelqu'un, c'est une jeune femme. Avec tant de violence ( c'est que je devais marcher vite ) que je la fais tomber. Un gros bourrin quoi. C'est bien, Balthazar, c'est bien. Mais moi, je la ramasse. Mais moi, j'prends le temps. J'attrape doucement son bras et rencontre son regard. « pardon,... je suis désolé. »

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Jeu 27 Nov - 19:38

mes larmes sur le bitume.
pour faire joli, on pourrait dire que c'est comme la pluie, que ça rebondit et que ça fait danser les enfants. pour faire joli, on pourrait dire c'est une brume passagère, la minuscule goutte qui fait déborder le vase délicat. pour faire joli. mais ce n'est pas joli. c'est gris. le sol est humide, mes genoux et mes joues aussi.
ce serait joli si.
des doigts sur mon bras. je sursaute, apeurée. un cri muet meurt doucement dans le fond de ma gorge. je pensais que l'inconnu ne s'était pas arrêté, que la comète, après la collision, continuait son chemin vers l'infini. mais la comète a des doigts, des doigts qui attrapent mon bras, presque doucement, la comète a des yeux, deux yeux ronds qui se plantent dans les miens, craintifs. la comète a une bouche et peut-être qu'elle aurait mieux fait de tracer sa route, loin de moi, parce que je déborde. parce que la douceur de son ton, la pitié, peut-être, fait redoubler les sanglots.
c'est dégueulasse.
je tente un sourire - une grimace, maladroite - et me relève - pantin désarticulé.
je. merci. je bafouille, renifle, fixe le bout de mes chaussures un peu abîmées. putain. qu'il se barre, l'homme gentil, qu'il se barre ou qu'il regarde ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Jeu 27 Nov - 19:46

Je me sens un peu con, maintenant que je l'ai relevée. Je lâche son bras quelques secondes ( de trop ? ) après qu'elle se soit remise debout. J'veux pas lui donner l'impression de lui tendre un morceau de pain, juste m'assurer qu'elle va bien. Elle a des larmes plein les joues, et je ne pense pas que c'est parce qu'elle est tombée.
J'aimerais regarder ailleurs – le ciel, les pavés, la tour de l'église, les nuages – mais si je ne regarde pas son douloureux visage, je ne saurais pas si elle me parle. C'est dérangeant, parfois, mais je suis obligé de fixer les gens. Surtout leurs lèvres. Ça en devient de plus en plus gênant.
« est-ce que je peux.. » Est-ce que tu peux quoi, Balto ? Rien, que dalle, j'ai peur de paraître indiscret en lui proposant n'importe quoi en fait. Pourtant, c'est plus fort que moi. J'laisse pas des gens comme ça. Faut que je trouve un truc con. Un truc débile, qui la fera peut-être sourire, peut-être qu'elle se moquera, mais faut pas qu'elle croie que je la prends en pitié comme une biche effrayée. Bon allez, réfléchis, maestro.
« est-ce que je peux vous demander un service ? j'ai perdu mon chien, ce matin, il s'est enfuit, et comme je viens d'arriver, il ne connait pas la ville non plus et.. j'ai peur qu'il lui arrive quelque chose. vous m'aideriez à le retrouver ? »
Je ne sais pas à quoi je joue.
Je n'ai pas de chien.
Pourtant, peut-être que ça détournera l'attention sur quelque chose d'autre. Peut-être aussi qu'elle va juste me claquer une porte invisible au nez, et que demain, quand ça ira mieux, elle racontera à ses copines qu'elle a croisé un mec un peu timbré dans la rue.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Jeu 27 Nov - 20:02

ses yeux brûlent mes joues. ses yeux, sur moi. sur les larmes, le maquillage coulé, ma détresse de gamine à peine arrivée et déjà à terre, la fatigue, l'incompréhension, la morve, la faim, le froid. je ramasse mon sac. triste bagage, tout juste bon à contenir ce qui fait ma vie. ma nouvelle vie. ma vie, ici. ici, où un homme au regard intrusif relève les jeunes filles qu'il bouscule. je voudrais rire. et après ?
après, une histoire de chien perdu, de ville inconnue à parcourir, de droite à gauche, de haut en bas, une histoire de peur. la récompense ? me traîner dans un hôtel miteux, peut-être, ancrer la trace de ses doigts sur ma peau. mélanger le goût des larmes à celui du sang. le film défile à vitesse grand v dans mon crâne, j'entends les cris, je vois les couleurs (rouge bleu gris). frissons.
fuir. fuir, discrètement. mettre fin aux sanglots. prétexter un rendez-vous, un appel à passer, une grande tante à rejoindre. ne pas lui laisser, une seule seconde, l'impression d'une porte ouverte.
ce serait avec plaisir, mais. et ma voix se brise. en plein élan. explosée. les mots s'emmêlent. je ne connais pas la ville, mon sac est trop lourd, je voudrais dormir, j'ai passé la journée dans un train, mes souvenirs sont comme des boulets que je traîne. il s'appelle comment votre chien ? la phrase s'échappe. trop tard. (parce que, dans le fond, il n'a pas un regard si méchant, parce que, dans le fond, il me voit, parce que, dans le fond, j'ai très peur d'être seule, ce soir.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Jeu 27 Nov - 20:10

Je vois bien que ça la dérange. Que mon regard la dérange. Que je la dérange. Tant pis. Je la laisserai pas comme ça. On m'a pas appris ça, mince ! On m'a juste appris à distribuer des sourires comme des prospectus, à être heureux (ou du moins à essayer) et à fuir quand c'était une catastrophe (ce que j'ai fait). Voilà, point. Là, on en est au stade de lui offrir des sourires comme on offre des dragibus. L'avantage, avec mes sourires gratuits c'est que 1) je suis pas un pédophile, je vais pas l'attirer avec des dragibus dans un fourgon blanc et 2) ils ne collent pas aux dents, eux.
Je m'égare. J'ai envie de toucher son front, ça me prend comme ça, d'un coup, obsessionnel, pour voir si elle n'a pas de la fièvre. Parce qu'elle tremble, elle doit avoir froid. Ou chaud. Ou les deux. En même temps, en plus.
Mais. Pourquoi est-ce qu'il y a toujours un 'mais' ? Bien sûr que j'accepte votre prêt mais... Évidemment que ça va fonctionner, mais.. Oui tu reviendras peut-être un jour Balto, mais... Mais. M-a-i-s. Je déteste ce mot. Puis soudain, elle me pose une colle. J'invente l'histoire du chien, voilà qu'elle me demande son nom. J'aimerais avoir mal lu sur ses lèvres, mais j'ai assez d'entraînement pour savoir que c'est pas le cas. Faut que je réponde vite. Et le seul nom qui me vient vite en tête, c'est.. « balto. vous savez, comme dans le dessin-animé. » Bien. Génial. Balto. Rien que ça. Magique, vraiment, félicitations. J'ai l'air calme, mais à l'intérieur, je m'auto-jette des tomates. « vous l'avez déjà vu ? c'est l'histoire d'un chien-loup. » que je raconte avec un sourire naïf. Comme si j'voyais pas ses larmes, que je préférais les oublier. On s'en fiche, Balto, on s'en branle les cacahuètes. Mais j'veux juste la voir sourire. Rien qu'un peu. À moitié même. Presque pas, si tu préfères pas. S'il te plait, petite inconnue, souris pour moi.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Jeu 27 Nov - 20:28

c'est idiot. je suis idiote. c'est étrange. les rencontres. celle-ci ne rime à rien. lui aussi, il est étrange. les yeux toujours sur moi. concentré. attentif. comme s'il me dévisageait - mais sans le côté dérangeant. comme s'il regardait une photo, comme s'il se concentrait pour saisir le détail que personne avant lui n'aurait remarqué. un truc comme ça.
il dit balto. balto, comme le dessin animé. balto au regard or, balto dans mes soirées d'enfance - c'était hier, n'est-ce pas, j'ai encore le goût du chocolat sur la langue, c'était hier. je fixe le sol, encore. bien sûr, que je sais. nouveaux frissons, à peine camouflés. larmes et nez essuyés dans la manche de mon pull bien trop grand. je détourne le visage, regarde au loin, enfonce ma bouche dans mon écharpe noire.
oui, je l'ai vu. dix fois. sûrement plus.
traverser la ville vierge de souvenirs en hurlant mon enfance. bousculer les rues, balto dans mon ombre. drôle de coïncidence. l'avantage, c'est que je n'ai plus peur. comment pourrais-je avoir peur d'un homme qui nomme son chien comme un héros de dessin-animé ?
c'est joli comme prénom, balto.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 5:51

Et comment pourrait-elle avoir peur d'un homme qu'on surnomme comme le héros d'un dessin-animé ? J'observe sa réaction. Elle l'a vu, qu'elle me dit. Le dessin-animé, ou mon chien fictif ? Je pense qu'elle parle du film, parce que ça m'étonnerait qu'elle ait trouvé ce chien fantôme. Je lui souris, ravi, observant toujours son visage. Elle a un beau visage, en même temps, alors... J'en rougirais presque quand elle compliment le nom « de mon chien » qui est en fait le mien. C'est joli, qu'elle dit. Oui, pour un clebs, sûrement. J'avance d'un petit pas vers une rue dont j'ignore tout – où elle mène, où elle s'arrête, comment sont formés ses pavés. « alors.. vous voulez bien m'aider à le chercher ? »
Et puis si elle dit non, j'abandonnerai, elle a déjà l'air moins triste et terrorisée. Triste encore, terrorisée plus du tout. Et ça me fait plaisir, ça aussi. Parce que ça m'embête que les gens puissent avoir peur de moi, vous savez. Ça m'embête vraiment, parce que j'dois faire partie des gens les plus gentils sur Terre.
Avant que je sois responsable de la mort de quelqu'un.
Avant que je doive m'enfuir de là où je vivais pour ne pas me faire prendre.
Avant, quoi.
Je lui tends une main timide, mes yeux clairs dévorant toujours son visage de satin et ses longs cheveux bruns qui tombent sur ses épaules. « il doit avoir peur, tout seul. » Comme pour essayer de la convaincre.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 8:30

il sourit, l'homme au chien perdu, l'homme au chien seul dans la ville, l'homme au regard doux. il sourit et c'est un sourire vrai - un sourire qui réchauffe - un sourire de grand frère qui crierait "viens, on va jouer, je ne peux pas sécher tes larmes mais à deux on devrait bien pouvoir les effacer". j'en oublierai presque la cause de mes sanglots et la volonté farouche qui me hante de faire semblant. semblant d'être la plus jolie, la plus sûre d'elle, la plus charmeuse et surtout, surtout, semblant d'être supérieure. supérieure à tous. supérieure à cet homme pommé qui rêvera de moi pendant des mois parce que jamais il n'a croisé une fille si jolie. jouer à la dédaigneuse, la hautaine, l'insupportable. je n'ai plus le courage de jouer, j'ai laissé les cartes derrière moi.
il avance d'un pas, me tend la main, enchaîne quelques mots sur la solitude. je ramasse mon sac - trop lourd. j'hésite encore. une seconde.
et vous, vous n'avez pas peur, seul sans lui ? je me dis qu'il a de la chance d'avoir un compagnon d'errance, que peut-être que balto m'aimera assez pour lui fausser compagnie et venir s'évader quelques nuits avec moi, juste le temps d'apprivoiser la lune.
du revers de la manche, je barbouille plus encore mon visage et sèche les dernières larmes. tout doucement, je glisse ma main libre dans la sienne, une seconde, avant de la retirer précipitamment. c'est la gamine, tout au fond de moi, étouffée si longtemps, qui grogne son besoin d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 8:38

Je sens comme sa tristesse qui s'évapore – un peu. Qui ne s'efface pas, parce qu'on efface pas la tristesse à coups de sourires malheureusement, mais qui se tait, qui se met en sourdine, qui se met au second plan. À moi de jouer pour ne pas lui laisser l'avantage de tout le match.
Elle ramasse son sac. C'est déjà un grand pas. Elle me pose une question étrange. Je fronce les sourcils, et pour une fois, prends la peine d'y réfléchir plus de dix secondes. Si moi, je me sens pas seul, sans lui ? Sans personne en fait, puisque Balto n'existe pas. Enfin, si, mais c'est moi quoi. Bref. Seul ? Est-ce que je me sens seul ? Ça fait partie des questions que je me suis jamais posé. Mais maintenant que j'y réfléchis.. Non en fait, j'ai pas envie d'y réfléchir. « eh bien.. je ne suis plus seul, maintenant. » Je hausse un sourcil avec un sourire naïf, si enfantin qu'on en oublierait tout l'aspect séducteur que ça peut avoir. Mais bon, c'est pas mon cas, parce que moi, j'ai jamais su draguer, séduire, tout ça. Rien d'un brun ténébreux dans les bars. Déjà, je suis blond, alors j'vous explique pas l'histoire.
Elle met sa main dans la mienne puis la retire d'un coup. J'ai même pas eu le temps de sentir la douceur de sa peau qu'elle a déjà disparu. Je la regarde fixement, la main toujours tendue. « je ne vais pas vous la manger. et balto non plus. »

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 9:10

ça naît dans ma gorge et ça explose entre mes lèvres entrouvertes. c'est un rire maladroit et discret, à l'arrière goût salé, qui me fait un peu mal aux joues. c'est de sa faute. de la faute de ce sourire innocent, de cette phrase absurde, tout juste digne d'une mauvaise comédie romantique hollywoodienne. je voudrais crier qu'il est idiot - qu'il me fait rire - que c'est ridicule. je ne dis rien, les joues rougies, sûrement par le froid.
je n'ai pas peur qu'on me mange. je n'ai jamais eu peur de ça. je l'ai cherché. longtemps. toujours. des dents sur ma peau. des bouches, qui défilent. des langues, qui s'échangent. des ongles enfoncés dans ma chair, des cicatrices nouvelles sur mon épiderme. je n'ai pas peur qu'il me mange. pas lui.
vous n'avez pas une tête de cannibale. mais vous pourriez le devenir, n'est-ce pas ? les mauvais réflexes reviennent et, une seconde, je me demande si je suis assez jolie pour lui. après tout, il doit bien avoir dix ans de plus que moi.
ma main froide reprend doucement sa place dans la sienne, un peu plus longuement. c'est par où, l'aventure ?
je. il faut que je vous avoue quelque chose. je ne connais pas du tout la ville. mais. on commence par où ? fugace sourire enfantin sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 10:53

Elle rit. Elle se met à rire, bon Dieu ! Et seul Dieu que c'est comme rire est plus difficile que sourire. Sourire, on le fait tous. J'ai lu dans une étude que 90 pour cents des gens sourient sans être heureux. Sourire, ça veut plus rien dire. Mais rire, là, oui, c'est l'expression spontanée d'un éclair de joie. Même s'il est éphémère, même s'il va vite, même s'il s'éteint après. Non, je ne suis pas cannibale. Je la regarde en découvrant, comme un chien le ferait, mes crocs acérés d'être humain qui ne mange, d'ailleurs, pas souvent de la viande. « attention à ce que vous dîtes, je pourrais avoir envie de vous contredire ! » Je ris, moi aussi. Parce que j'suis plus heureux. Plus léger, en la voyant rire, là, comme si j'avais pris un peu de son bagage lourd. Pas celui qu'elle tient dans la main. Celui qu'elle porte sur les épaules.
Oh, ma jolie, moi aussi j'en aurais des choses à t'avouer. « je ne la connais pas du tout non plus. » Et je n'ai pas de chien, aussi. Mais ça, on verra plus tard. « par là ! » j'affirme un peu fort, d'un ton décidé, en pointant de ma main libre une rue au hasard. Je baisse les yeux, observe son sac. « et puis donnez moi ce sac, vous allez marcher à cause de moi, alors je vous le porte. » Je la vouvoie, j'ai pourtant envie que nos lèvres se tutoient, qu'on fasse tomber les manières et la bienséance. Juste un peu. S'il te plait, un instant. Mais je reste poli. Même les sauvages ont reçu une éducation.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 11:21

il rit aussi et c'est comme une danse, doucement improvisée, c'est comme un film de vacances, un éclat de rire qui ne naît de rien - ou presque - une envolée qui chasse les larmes, les peines, la fatigue de toute une vie - si courte, ma vie, si courte, et pourtant. une étincelle, le temps d'une petite seconde. je pensais que c'était pour les autres, les instants de rien, les instants comme ça, les instants légers - les rires sans moquerie, sans dédain, sans ironie. les rires gratuits. (peut-être suffit-il seulement de lâcher prise.)
deux étrangers dans la ville. deux étrangers pour un chien qui n'a sûrement pas peur - pour un chien qui, peut-être, court après les ombres, réclame des caresses aux belles demoiselles et fait les yeux doux aux commerçants pour avoir des restes. l'homme, d'ailleurs, ne semble pas si affolé de sa perte. ce n'est sûrement pas la première fois que balto s'échappe, qu'il se fait la malle dans le dédale de ruelles à explorer. l'homme prend mon sac, je lâche sa main. si après ça il s'en va en courant, je promets de ne plus abandonner mon masque de garce détestable face aux inconnus.
j'avance doucement dans la direction qu'il indique. il n'a pas l'air de fuir.
je ne saurais même pas reconnaître votre chien s'il me passait devant. il ressemble à quoi ? le vouvoiement, toujours, parce que le mystère est excitant. le vouvoiement, aussi, parce que je ne sans rien de lui, même pas son prénom. la curiosité l'emporte d'ailleurs. et. et... votre prénom... à vous. il ressemble à quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 12:07

Mon chien ? Il ressemble à quoi ? Bonne question. Creuse-toi la cervelle, Balto. Il pourrait ressembler à quoi, ton chien ? « il est euh... comment vous expliquer... » C'est ça, essaie de gagner du temps, mon vieux ! J'avais un chien, quand j'étais gosse, quand on a commencé toute l'affaire familiale. J'me souviens même pas de son nom. Mais j'revois un peu, dans ma tête, comment il était. Je tourne un visage un peu triste vers elle. J'suis pas très bon comédien, mais parfois, ça passe. « gris-marron, vous voyez ? il est brun, pas très grand mais fin, c'est un bâtard quoi, je l'ai trouvé peu avant d'arriver ici, il était abandonné alors j'me suis dit qu'à deux, on devrait être moins seuls, lui et moi. » Putain, tout d'un coup, j'ai vraiment envie d'avoir un chien ! Cette histoire me parait tellement crédible que ça m'en donne l'envie. En réalité, j'ai personne pour épancher ma solitude. Pour réchauffer mes pieds nus constamment froids – tiens, aujourd'hui j'ai mis mes chaussures. Je tourne la tête vers elle. Il est un peu lourd son sac, je me demande ce qu'elle a dedans. Juste à ce moment, ses lèvres se remettent en mouvement. Mon prénom. Ahum. Bordel, j'ai jamais fait de théâtre ni bossé mon improvisation, j'prends un cours gratuit là. J'vais pas lui servir un prénom bateau genre Mike, Paul ou John quoi. Non. Euh. « dimitri. et le votre ? » Je la vouvoie aussi, par respect, par politesse, parce que j'en ai envie. Parce que ça conserve autour d'elle l'aura de mystère qu'elle a. C'est grisant de traverser une ville avec une inconnue.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 12:29

il réfléchit. juste le temps pour qu'un voile de tristesse amère recouvre son visage. c'est joli, comme histoire. un peu comme dans les films. je voudrais bien, moi aussi, avoir un compagnon de solitude. si deux abandonnés peuvent se tenir compagnie, je veux bien essayer. un chien. un petit chien au regard d'or. un chien pour mes nuits dehors, un chien pour mes jours couleur nostalgie.
(mais je ne sais pas pas m'occuper de moi-même, alors, m'occuper d'un autre.)
il doit être beau, votre balto. c'est sincère. c'est doux et sincère. je suis certaine qu'on va le retrouver. parce qu'une nuit seule, pour deux abandonnés qui se sont enfin trouvé, ça doit faire mal au cœur, non ? ça doit déchirer un peu à l'intérieur. je crois que je suis encore un peu trop sauvage, pour savoir.
dimitri. dimitri, c'est un prénom qui lui va bien. un prénom d'homme aux mains chaudes. dimitri. vous avez un beau prénom, dimitri. balto et dimitri. oui, décidément, ça lui va bien.
léo. deux syllabes. deux syllabes et c'est tout. fini léopoldine. lé-o-pol-di-ne. trop long. trop faux. trop petite bourge en mal de sensations fortes. trop "moi". c'est terminé "moi". ici, ce sera léo. léo pour tout le monde. léo-tout-court. même si ce n'est pas un prénom de fille, même si c'est un prénom de rien. il y croit, dimitri, à mon prénom trop court ?
je jette un coup d’œil dans les ruelles, sur les côtés. rien.
j'espère qu'on va le retrouver. je ne voudrais pas. vous savez. je voudrais vraiment que vous le retrouviez.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 13:21

Je ne sais pas dans quoi je me suis embarqué. Moi, avec un faux nom, déambulant dans les rues d'une ville inconnue, avec une inconnue. Le tout à la recherche d'un faux chien. Bordel, on dirait une comédie française.
« quand vous allez le voir, vous verrez, comme il est beau, oui. » Putain, foutaises, arrête mec ! Arrête, tu t'enfonces, toujours plus loin et y a un moment tu ne pourras plus reculer. Je fixe son visage de nouveau. J'ai envie de le caresser tellement il a l'air doux. « ça vous va bien, léo. » J'lui souris comme un gosse, je suis sincère. Léo, ça fait sauvage, ça fait créature du crépuscule ou de l'aube. Ça fait jeune fille un peu perdue qui s'est toujours relevée pourtant. Je ne connais rien d'elle ni d'où elle vient. Mais je trouve que ça lui va bien. Ses mots me touchent. Elle est gentille. Et puis, elle est plus jolie quand elle ne pleure pas, mais ça, je ne vais pas le lui dire.
Je n'ai rien répondu, je continue tranquillement mon chemin dans les ruelles, son sac d'une main, sa compagnie de l'autre côté. « j'espère qu'il ne... » Je n'ai pas le temps de finir ma phrase. On croise une ruelle sombre où je le vois rapidement. Un chien, errant, qui fouille une poubelle, mord le sac, gratte avec ses griffes mal taillées. Son poil est ébouriffé, on dirait qu'il n'a pas mangé depuis une semaine.
Un chien errant, quoi. Un chien abandonné.
Un chien gris-brun comme je l'ai dit. Maigre. Pas très grand.
Je crois qu'on a trouvé mon faux Balto que je ne cherchais pas.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 14:50

je crois qu'on va se perdre. je suis certaine que l'on va se perdre. à déambuler, comme ça. en silence ou presque. ma solitude, accompagnée. une solitude à deux. avec un but. tout au bout. des retrouvailles. je n'ai jamais aimé les retrouvailles, mais celles-ci ne seront pas les miennes - elles seront sûrement plus douces, moins cruelles.
dimitri s'arrête. je mets quelques secondes avant de le remarquer, perdue dans mes pensées. son regard est fixé dans l'ombre d'une ruelle sombre. je m'approche. il ne sourit pas. il semble perplexe. le son attire mon attention et je découvre là un chien bien mal en point. je soupire. mal à l'aise. l'animal fouille les poubelles, le poil hirsute. c'est lui, le beau balto ? allez savoir pourquoi, mais je m'attendais à mieux. je m'approche doucement. presque silencieusement. le bruit de mes pas résonne un peu, le chien se retourne, grogne un peu. montre les crocs.
balto ? il ne réagit pas. son regard brun est sévère mais pas méchant. un peu craintif, peut-être. en tout cas, il ne fait pas la fête à son propriétaire.
je me retourne vers mon compagnon d'une nuit. déçue. apeurée. prête à déguerpir, maintenant que le précieux est retrouvé.
je... je crois que... c'est bon, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 15:00

Je fixe le chien sans rien dire. Il a l'air teigneux, il a presque l'air de ces chiens qui ont vécu seuls trop longtemps pour être de nouveau apprivoisés. Un chien-loup, ni accepté parmi les chiens ni parmi les loups. Domestiqué, pas sauvage, à l'éducation oubliée, loin derrière-lui. Ouais, il aurait pu être le fameux « Balto » – et je parle là du vrai chien qui a sauvé, il y a des siècles de ça, une population malade. Celui qui a inspiré le dessin animé. En fait, ce cabot, il me fait penser à moi, tout simplement.
Je la vois s'approcher et je grimace légèrement. Elle se retourne. Je ne sais pas si elle me dit "c'est bon" comme "vous êtes content" ou comme "je peux partir ?". Est-ce qu'elle a envie de partir ? Je mâchouille un chewing-gum invisible. « bougez pas, je reviens. » Et je tourne les talons, toujours avec son sac dans la main. Elle va peut-être croire que je suis en train de la voler. Mais bon, dans le scénario, j'partirai pas sans "mon" chien, non ? Je cherche n'importe quoi dans la rue adjacente. Une boulangerie, une épicerie, un supermarché. Mais je tombe sur une boucherie. Parfait. (...) Moins de deux minutes trente après, je reviens, cinq tranches de jambon avec moi. J'ai toujours son sac.
Je m'approche doucement, en m'accroupissant. J'ai pas envie qu'il m'attaque, ce chien. « viens, mon grand. » Je lui tends une tranche. Il renifle, s'approche. Quand il la prend dans sa gueule, je lève doucement la main au-dessus de sa tête et lui caresse les oreilles. Il se détend. « voilà, mon vieux, c'est bon... » J'ai même un petit sourire, que je lève vers la belle Léo.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 15:36

et voilà qu'il s'en va. m'ordonnant, presque, de rester là. face au chien méfiant. et. il s'en va avec mon sac. j'hésite à lui courir après. le prier de rester avec moi. ou, au moins, de me dire où il va. comme ça. comme un voleur. mais. et si. si balto en profitait pour s'échapper une nouvelle fois, je crois que je m'en voudrais. qu'il m'en voudrait, peut-être, aussi. apprendre à faire confiance. apprendre à obéir. apprendre à ne pas avoir peur. pas trop. je me répète qu'il reviendra. qu'il ne peut abandonner son chien et une inconnue trop longtemps. qu'il a un regard trop doux pour ça. je jette un coup d’œil à l'animal. lui non plus, ne bouge pas. il guette. patient. immobile. alerte. comme. comme un chien. je recule. un tout petit peu.
et dimitri revient, un étrange paquet à la main. il en sort une tranche de je ne sais quoi, qu'il donne au canidé. je souris. il n'a plus l'air si méchant, quand son maître le caresse. peut-être qu'il avait juste faim. dimitri sourit et je fais de même, en m'approchant. je m'accroupis à côté d'eux, sans me demander une seule seconde ce qu'on fera après. ils sont beaux. j'attrape une tranche de jambon pour la donner, à mon tour, à balto, qui semble affamé. doucement, presque en chuchotant, je dis,
j'ai eu peur, j'ai cru que tu allais t'enfuir, sans trop savoir si je parle au maître ou au chien. si c'est pour le maître, tant pis pour le vouvoiement si mystérieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 16:35

Le chien semble s'être calmé. Il ressemble presque à un chien de maison, maintenant. Il suffit toujours de nourrir les bêtes sauvages pour les apprivoiser. À son tour, Léo donne une tranche de jambon au canasson. Quand elle parle, je me tourne vers elle pour lire sur ses lèvres. Je ne sais pas, en effet non plus, si elle s'adresse à moi ou bien au petit nouveau parmi nous. On va opter pour le cabot. « mais non, maintenant il ne va plus s'enfuir, hein balto ? » Je lui caresse affectueusement les oreilles, et il relève la tête. Il me regarde, et je le fixe longuement. Je m'attache déjà à lui, je crois. Il en redemande, jappe doucement, joueur. Comme un chiot. Il est un peu comme moi. Il n'a jamais vraiment grandi, je crois. Je lui donne d'un coup les deux dernières tranches avant de me relever, dépliant mes jambes. J'observe la brunette et le chien avec un sourire. Quel trio original nous formons, là dans cette ruelle abandonnée du regard des autres. « je peux vous offrir à vous aussi un petit truc à manger pour vous remercier de votre aide ? maintenant que monsieur est retrouvé et qu'il a l'estomac presque plein. » murmuré-je en souriant à moitié. Balto. Dimitri. Les deux se confondent un peu. Entre chien et homme.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 17:03

il décide que c'était pour balto. balto que je caresse, craintivement, de peur d'accueillir ses crocs dans ma chair. je voudrais dire, tant mieux, tant mieux s'il reste avec nous, je crois que, tout au fond, je l'aime bien. mais je sais bien que c'est égoïste de penser ça. que c'est un truc de gamine. que c'est avec dimitri qu'il va rester. pas avec moi. quelle idée. et dimitri, je ne le connais même pas de toute façon. je voudrais bien en faire mon grand-frère, celui que je n'ai jamais eu, mais, ça aussi, c'est une idée à la con.
il se relève. me propose à manger.
et moi qui pensais qu'il allait partir maintenant. me dire, merci, c'était sympa, on se laisse là, hein ? j'aurais eu l'air fine, tiens. pommée.
il a raison, en plus, dimitri. en plus d'avoir froid, j'ai faim. et puis il sourit. j'aime bien quand il sourit.
c'est gentil mais... je laisse la phrase en suspens. j'hésite. mon éducation à la con, sûrement. celle qui répète, ne parle pas aux inconnus, ne les suis pas dans une ruelle sombre et surtout, surtout, refuse poliment la première invitation, fais l'indécise, tu passeras pour une fille facile sinon. (comme si, jouer à la difficile, avait fait de moi une sainte-nitouche dans le passé.) vous savez où on peut manger, vous ?
les larmes ont disparu pour de bon. je veux bien qu'il reste, encore un peu. lui, moi et balto sur nos talons. jouer au bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

▸ CRÉDITS : soapflaws.

▸ MESSAGES : 215

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Ven 28 Nov - 17:46

Elle hésite. Y a toujours des 'mais', bon sang. Mais je sais qu'elle accepte quand ses lèvres me sourient. Au fond d'elle, elle a déjà cédé. Si je sais où on peut manger ? « non du tout, mais on va bien trouver. » Je me tourne vers le chien, enfin mon chien, enfin qu'est-ce que je fais faire de ce clebs moi maintenant ? Je n'ai même pas une laisse pour le prendre, puis peut-être qu'il appartient à quelqu'un. Bon ok, vu son état, je ne pense pas. « balto, viens. » Zéro réaction, il me regarde comme si je n'étais qu'un cactus planté au milieu du sahara. Bon. Je siffle et là, il dresse les oreilles de suite. Les sifflements, les sons suraiguës, les trucs proches des ultrasons. Les seuls sont audibles par mon ouïe. Pas très pratique, vous allez me dire. Je siffle de nouveau, et il s'approche, la langue pendante. Médor s'est transformé en caniche à sa mamie, visiblement. Bon, tant mieux.
« je crois qu'y avait des restaurants ou des snacks sur cette petite rue, venez. » Sans vraiment savoir pourquoi, j'attrape sa main de nouveau dans la mienne. Elle est douce. Elle est froide, aussi. Glacée. J'essaie de la serrer un peu, pour lui donner de ma chaleur. Je surveille que le chien nous suive bien, je surveille les mouvements de lèvres de ma belle Léo, je surveille plein de choses, j'en ai le tournis.
« là ! une petite brasserie avec sandwichs et salades, ça vous va ? au moins, y a une terrasse et balto peut rester avec nous. » Diable, je pense déjà comme si j'étais habitué à avoir un chien.

_________________
☾ deux perdus ne font pas un trouvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : javanaise.

▸ MESSAGES : 1652

▸ HERE SINCE : 13/01/2014


MessageSujet: Re: incompresa   Dim 7 Déc - 13:29

léo ne passant plus, j'archive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: incompresa   

Revenir en haut Aller en bas
 

incompresa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: rp :: rp terminés-