AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 | .
 

 dazed and confused.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: dazed and confused.   Mer 26 Nov - 14:06

Elle a cru, peut-être un peu naïvement, que l'échappée belle était la solution miracle. Parcourir les routes, sans relâche, à la recherche d'un second souffle, d'un remède au cœur brisé à des milliers de kilomètres de chez elle. Son doigt s'est posé sur la carte, hier. Le hasard l'a conduite ici, dans une ville inconnue baignée par l'odeur de l'eau salée. Pour combien de temps, même elle ne le sait pas. Ca pourrait être une heure, une semaine, un an, peut-être même toute une vie. Mais probablement pas. Dayan ne tient pas en place, on le lui a toujours dit. Pose-toi cinq minutes, Dayan. Réfléchis avant d'agir, Dayan. Mais l'inertie est effrayante, et l'inertie dans une ville qui n'a plus rien à lui offrir est un gouffre dans lequel elle ne plongera pas. Elle est partie en quête d'un ailleurs voilà une semaine, et la voilà maintenant dans le Maine. Bar Harbor, et sa vue sur l'océan, et ses visages inconnus. Elle s'est rendue spontanément dans ce qui semble être l'unique bar de la petite ville. Parce que s'il y a des gens à rencontrer, c'est ici qu'elle le fera. Assise sur un tabouret en bois, un whisky sec devant elle, Dayan regarde, Dayan observe. Le barman a échangé quelques mots avec elle avec de s'occuper de ses autres clients et elle a songé qu'il était plutôt du genre proche de la clientèle. Nul doute qu'il s'agit là du meilleur vendeur, celui qui vous fera consommer un verre, puis deux, puis dix, et vous fera grâce du onzième quand vous roulerez par terre. Les gens évoluent autour d'elle, certains lui jettent un regard, d'autres l'ignorent soigneusement. Et dans un soupir, elle avale une nouvelle gorgée de son whisky, curieuse de ce que l'avenir possède en réserve pour panser ses plaies.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 26 Nov - 17:08

Bienvenue à Bar Harbor, ça aurait pu être Pearl, l’île aux perles, mais non, l’île aux bars. Et parfois aussi aux morues, pour terminer la métaphore poissons. Non mais, la vulgarité de ces femmes du fin fond du trou du cul du monde est suffisante pour achever le dernier paysan texan, je vous assure. Ça gueule dans les rues, ça s’écrase sur les pavés, le string dentelles à l’air, ça rigole fort, ça aguiche les hommes… Manhattan lui manque, et Florence aussi. Là où les femmes sont brunes, noires, pas blondes et roses. Là où les peaux sont dorées, les vêtements élégants capables de ne laisser voir que ce qui vous donne envie d’en savoir plus. Il titube un peu avant de s’écraser sur le comptoir. Le trajet depuis le théâtre jusqu’ici n’a pas été facile, puisque ces connards l’ont fait boire jusqu’à épuisement du foie. Il s’est arraché aux mains qui le retenaient en manquant d’y laisser sa chemise, pour finir par s’échouer ici, dans ce petit bar de quartier blindé de touristes et de badauds. Plutôt sympa comme ambiance. Il hèle le barman. Il vous reste des chambres à l’étage ? Le patron hausse un sourcil. Comment il sait qu’il a des chambres à l’étage ? Il acquiesce. « Pour une nuit ? » Ouais papa. Et un white russian pour me bercer parce que le sommeil peine à se pointer. Le barman sourit et se met à préparer le lait, la liqueur de café, la vodka. Il en a l’eau à la bouche, tellement qu’il ne fait même pas gaffe à qui se trouver et ne se trouve pas autour de lui. Il se sent bien, ici, or, tout dans la vie est une question de feeling du moment.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 26 Nov - 17:30

Une voix masculine juste à côté d'elle la tire d'une observation approximative de la population de Bar Harbor. Elle tourne la tête, juste à temps pour l'entendre commander un white russian. Moue dégoûtée. Voyez-vous, il y a des choses à faire, et des choses à ne pas faire avec l'alcool. Mélanger alcool, café, et lait, c'est le genre de trucs à vous foutre une nausée d'enfer pour toute la nuit. Mais apparemment, monsieur est plus brave qu'elle pour s'aventurer là-dedans. « Si vous vouliez être bercé, mieux valait probablement choisir un truc un peu plus fort » commente-t-elle, absolument pas décontenancée à l'idée de s'incruster dans une discussion qui premièrement n'en est pas une, deuxièmement ne la concerne absolument pas. Mais Dayan n'a pas grand-chose de mieux à faire et, pauvre de lui, il a choisi de s'asseoir à côté d'elle quand il aurait pu s'orienter sur n'importe quel autre siège, à n'importe quel autre endroit du bar. Ce que cela signifie ? Qu'il cherche lui aussi une compagnie, fût-elle celle du barman qui a le mérite d'être du genre bavard et sympathique. On ne vient pas seul dans un bar à moins d'être alcoolique ou, plus simplement, de provoquer le destin. Le destin prend en l'occurrence la forme d'un homme d'une trentaine d'années, plus ou moins, – il fait trop sombre pour en être certaine – aux traits fatigués et sérieux. « Un bon scotch, par exemple. Une boisson de caractère qui vous fera dormir en moins de deux. » Le chanceux possède une experte en la matière à côté de lui. On s'occupe comme on peut, quand on vient d'une ville de 4000 habitants à tout casser, où le seul loisir est de se bourrer la gueule dès l'âge de 15 ans. Dayan appelle le serveur. « Tenez, vous savez quoi, mettez-nous deux scotchs. »

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 26 Nov - 19:06

Il y a une voix de femme à côté, un peu trainante, un peu moqueuse, un truc du genre. Il tourne lentement la tête, d’abord pour éviter un torticolis, surtout parce qu’il est ivre, pour tomber sur la nana en question. Ah, ouais. La belle poule, trop canon pour une pute, juste assez hautaine pour une jolie fille consciente de l’être et qui se permet tout et n’importe quoi avec n’importe qui. Genre remettre en cause son white russian. Un truc un peu plus fort, qu’elle lance depuis sa robe à paillette et ses cheveux bien peignés. Putain, sans déconner. Il se tourne vers le barman, avec une tronche de carpe. Le barman hausse les sourcils et s’éloigne. C’est peut-être ce qu’il devrait faire lui aussi, mais pas question de bouger avec le verre, il va tout renverser. Il soupire, éternel blasé – il a l’alcool mauvais. Il renifle, désintéressé. T’es qui toi, la descendante du clan Campbell ? Il l’arrête d’une main avant toute réponse. Je me fous de la réponse, chérie, j’aimerais que tu fermes ta gueule. Ce soir c’est trop, c’est trop pour ce soir. Il grogne en s’affalant sur le comptoir et en faisant quelques bulles dans son verre de vodka laiteuse et marronnée, un nuage de lait restant accroché à sa moustache. Se prendre des réflexions sur les goûts d’alcools, il grogne encore sans s’écouter lui-même – quel intérêt ? Oh putain, elle recommence à parler. Par tous les saints de l’Ecosse… Il siffle son white russian en l’observant à la dérobée d’un œil mauvais. Ah, elle passe commande. Nouveau grognement. Compte surtout pas sur moi pour régler la note, il assène en posant sèchement son verre contre le comptoir – provocant une nuée d’éclaboussures laiteuses. C’est lui qui se fait offrir les verres, maintenant. Qu’est-ce qu’elle veut, baiser ? Oh non, merde hein. Une bourgeoise qui cherche à s’acoquiner pendant que son mari fait un long voyage d’affaires ? Il l’observe encore une fois, à la recherche d’un indice sur ce qu’elle peut bien foutre là, à côté de lui, à lui adresser la parole et même à lui payer un coup. T’es vraiment pas mon genre, tu sais, mais si tu rajoutes cinquante dollars au scotch, je peux t’envisager pour la nuit, il raille, goguenard à souhait. Il a vraiment l’alcool mauvais, ce soir tout particulièrement.  

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Jeu 27 Nov - 14:48

Deux possibilités : soit l'humour de Dayan n'amuse personne, soit ce type en manque cruellement. Et comme elle ne compte pas se remettre en question ce soir, dans un bar d'une ville qu'elle ne connaît même pas, face à une personne qu'elle ne connaît pas plus, elle a envie de croire qu'il est tout simplement peu réceptif. « En voilà un d'excellente humeur... » note-t-elle, blasée. « Dans ce cas, fallait pas venir s'asseoir à côté du seul siège occupé, chéri. » Pas susceptible, mais n'abusons pas, elle ne s'appelle pas Jésus et ne tendra donc pas l'autre joue en affichant une mine penaude et en s'excusant. Car, jusqu'à preuve du contraire, Dayan se trouvait ici avant lui, un constat piteux et immature, mais néanmoins véridique. Un point en moins pour Bar Harbor. Pour la défense de ce type, il a cela dit l'air passablement bourré et prêt à s'endormir sur le comptoir. Impossible de ne pas éprouver un peu de pitié pour lui, finir sa soirée seul et ivre mort a quelque chose d'incroyablement triste. « T'inquiètes pas pour ça, je règlerai la note comme une grande. Mais puisque ça ne te fait pas envie, autant qu'une amatrice en profite » dit-elle avant de récupérer le deuxième verre de scotch et de se l'enfiler d'une traite, repoussant le premier juste de l'autre côté, là où il ne pourra pas le prendre même s'il en avait envie. Pas susceptible, donc, mais un verre de bon scotch, ça coûte cher, et hors de question qu'il puisse en bénéficier en faisant preuve d'autant de mauvaise volonté. Dayan croise les jambes sur son tabouret, prête à l'ignorer vaillamment tout en s'assurant qu'il ne finisse pas par crever dans ce bar – le barman est vraiment sympa, ce serait dommage de lui faire une mauvaise pub – mais sa bonne volonté est mise à rude épreuve. Par chance, elle possède de l'humour, assez du moins pour ne pas lui balancer son verre à la gueule d'entrée de jeu. « Cinquante dollars, sérieusement ? Aouch, t'es dur, je suis persuadée de valoir au moins le double. » Elle retourne à son  whisky. « Excepté que je ne suis pas une pute, et donc qu'on ne me paie pas... » Haussement d'épaules. « Et que toi, même pour tout l'or du monde je ne t'envisage pas, donc tu ne pourras jamais le vérifier. » Pas susceptible, mais avec assez de répartie pour lui faire comprendre que sa mauvaise humeur, il la passera sur quelqu'un d'autre.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.


Dernière édition par Dayan le Ven 28 Nov - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Ven 28 Nov - 4:56

Il comprend un mot sur cinq de ce qu’elle raconte, mais le plus grave n’est pas là. Le plus grave c’est ça : elle n’arrête pas de parler. Silence, abstention, connaît pas ? Les femmes sures d’elles qui parlent trop… Te répondent une réplique qu’elles croient bien pensée à chaque insulte basique et débile profonde que tu leur sors… C’est quoi, là, une bataille de répartie ? Pitié. L’envie de s’endormir en bullant du nez contre le comptoir est tentante, mais ça ferait mauvais genre, pour le bar, la réputation, tout ça. Tu cherchais un endroit où pioncer après un dernier digestif, tu l’as trouvé, tu as ta chambre au-dessus. Si seulement une pétasse n’était pas venue engager la conversation comme si elle te faisait une faveur. Il ferme les yeux, essayant de faire le vide autour de lui, mais tout tourne. Lorsqu’il rouvre les yeux, le verre de scotch a disparu. Le premier sûrement dans le gosier de la nana, le second par devers elle, du style inaccessible. Il l’observe, elle, les yeux ronds. Vexée, agacée, mais elle reste tout de même à ses côtés, alors qu’à peu près n’importe qui se serait barré pour s’éviter la compagnie d’un déchiré désagréable au possible. « Je suis persuadée de valoir au moins le double », qu’elle lâche, tandis qu’il ricane. Pas pour moi, assène-t-il comme une évidence. Il n’y a pas que le physique, c’est clair. La vie, c’est le feeling. Vous pouvez vous taper une fille moche, pas gracieuse, mal formée : elle peut, en trois gestes, deux mots, se transformer en Cléopâtre. Tout est une question d’attitude, et elle… Elle… Il attrape son verre et, de son index libre, la désigne. Tu te la pètes. C’est la seule chose que je peux déduire de toi, tu te la pètes beaucoup trop et c’est pas bon pour toi… Il avale une longue gorgée de russian en faisant gaffe à ne pas s’étouffer, parce qu’à ce stade, plus rien ne passe, tout reste coincé dans la gorge, juste autour de la pomme d’Adam. C’est pas comme ça que ça marchera pour toi, il poursuit, la vision floutée. Quel genre de mec se tapent les nanas qui se la pètent autant, hein ? Des petites merdes assumées en costard hors de prix, persuadées d’être la sève de ce monde et suffisamment certaines d’elles pour le mépriser, du moins l’ignorer après l’avoir, plus que provoqué, littéralement insulté. Ouais, voilà, ce genre de mec, ce genre d’insulte à la vie. Putain, qu’est-ce qu’il vient de dire, déjà ?...

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Ven 28 Nov - 13:24

Est-il toujours d'humeur aussi exécrable ou a-t-elle droit à un traitement de défaveur pour s'être trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment, en compagnie de la mauvaise personne ? Car pour le moment, Dayan pense n'avoir commis qu'une seule erreur : lui adresser la parole. Exaltée à l'idée de rencontrer de nouvelles personnes, dans une ville qu'elle ne connait pas, son enthousiasme vient de retomber brutalement et elle commence à regretter d'avoir cru qu'entamer la conversation avec lui serait une bonne idée. Visiblement ce n'était pas le cas, et il aurait sans doute mieux valu qu'elle le laisse cuver son alcool dans son coin en se contentant de l'ignorer. Dire qu'elle ne se considère pas comme un modèle de sociabilité, d'ordinaire, et que ses tentatives ne sont là que pour l'aider à s'accommoder à une nouvelle vie loin de toutes ses anciennes préoccupations... Au moins peut elle être rassurée : il y a pire qu'elle. « T'en sais rien » répond-elle, nettement plus froidement. Si elle prenait ses piques avec dignité et même avec humour, l'ivrogne du coin commence à la déstabiliser, pour de vrai, et à entacher sa bonne humeur. Voilà qu'il dresse à présent un portrait d'elle pour le moins erroné, qui lui arrache un regard exaspéré. « Merci pour l'analyse, Freud. » Elle s'enfile le deuxième verre de scotch, persuadée que seul l'alcool lui permettra de ne pas perdre complètement son sang-froid, avant de se lever et de changer de place. Il n'a pas envie de parler, elle n'a plus envie de lui parler, autant qu'elle se laisse la possibilité de rencontrer des personnes un rien plus amicales. Nouveau signe en direction du serveur. « Un autre whisky » demande-t-elle, agacée au point de ne même plus mettre les formes avec une personne charmante au demeurant. Il la sert à peine une minute plus tard, Dayan jette un regard à la dérobée à ce type, ricanerait presque à l'idée de le voir baver, à moitié endormi, sur le comptoir, mais le cœur n'y est pas vraiment, aussi s'abstient-elle de tout commentaire et se replonge-t-elle dans l'ignorance totale. Après tout, elle n'a pas traversé tous les Etats-Unis pour le plaisir de se faire traiter comme une moins que rien par le premier type venu dont les talents de perspicacité semblent avoir disparu en même temps que sa sobriété. En temps normal, elle aurait sans doute été amusée d'être prise pour ce qu'elle n'est pas, mais pas aujourd'hui, pas maintenant, pas ce soir et certainement pas ici, où tout est encore à reconstruire.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 5:08

Mauvais endroit, mauvais moment pour la brune. Rick est bourré, Rick pense à une blonde, Rick sort du théâtre. Où tout va mal et où tout se répète, où tout n’est que répétition stérile, palimpseste usé, gigantesque, dévoré par le temps et les mémoires. Nous aimerions changer, mais c’est la Bible qui nous retient tous. Comme si les bacchanales anciennes nous fascinaient, nous effrayaient en même temps. Tout pourrait être neuf, sauvage,  la scène un nouveau monde. Mais non, ce qu’on dit a déjà été entendu, les remarques de cette brune, il les connaît déjà. Il y a un silence, un regard fixe, une déstabilisation. Elle trébuche avant de répondre qu’il n’en sait rien. C’est vrai. Il présume. Il tente, il essaie. Tant pis si ça marche, tant mieux si ça rate. Nouveau ricanement à l’entente de son surnom. Ses paroles se noient dans sa vodka. Pas besoin de s’appeler Freud pour t’analyser, chérie, bafouille-t-il en faisant de nouvelles bulles. Peut-être qu’il déprime ouais, il a surtout besoin d’un nouveau souffle, parce que chaque bouffée inspirée et relâchée ressemble à toutes les autres, et vivre a perdu son essence. La substantifique moelle de l’acte n’est plus qu’un double d’elle-même. Un putain de miroir narcissique dans lequel nous nous contemplons en dévorant notre reflet, dédoublement de tant d’autres. Nous nous croyons pleins, nous sommes vides de nous. Il soupire et termine son verre d’une traite, ravi que la duchesse se soit barrée dans un autre coin. Il se retourne en tordant le cou pour savoir où elle s’est foutue, et croise son regard. Dans un fauteuil, à une table seule, en train de l’observer d’un œil noir et intéressé malgré elle. Troisième whisky en main. Il dépose un billet de dix sur le comptoir et se dirige vers elle en titubant, se laisse tomber comme une chiffe molle sur le fauteuil qui fait face au sien. Un coude sur l’accoudoir, le menton dans la main pour soutenir une tête trop lourde, de pensées et d’alcools entremêlés, mais le fond de son regard embué est clair. Clair et perçant. Si tu veux de la compagnie, apprend à le demander autrement, tu crois pas ?

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 7:31

Dayan l’ignore, avec tout l’aplomb dont elle est encore capable. Défaut d’orgueil, ou crise soudaine d’identité, peut-être la crainte d’être mise à nue par un total inconnu, ivre de surcroît. Mais qu’elle se rassure, lui n’est pas près de la cerner, de loin ou de près. Le simple portrait qu’il vient de faire sur elle en dit long à son sujet : il n’est pas perspicace. Est-ce l’alcool, ou bien est-il toujours aussi peu adroit ? Dayan n’a rien d’un grand mystère, mais l’appréhension git toujours là, quelque part en elle. S’ouvrir aux autres, intimement, est un processus lent, complexe et délicat, quelque chose d’effrayant et d’exaltant tout à la fois. Et puis on tombe sur des types comme lui, odieux, sans que l’on sache si l’alcool en est le principal responsable. Cela appelle à des questions, puis d’autres, et finalement la curiosité croît d’elle-même, et on se surprend à vouloir en savoir plus. Sauf qu’il ne donne pas envie de lui laisser l’opportunité de vous connaître, et il ne reste alors plus qu’à capituler. Dayan s’est réfugiée de l’autre côté du bar, là où ses moqueries n’ont aucun poids, où son cynisme est inaudible. Son verre de whisky en main, elle lui lance des regards éteints, se surprend à croiser le sien, de temps à autre, sans réussir à les soutenir. Dayan est intimidée face à la brutalité. Superbe et digne, mais jamais assez longtemps pour faire illusion. Elle se raidit lorsqu’il la rejoint, sent l’irritation poindre, prête à jaillir contre lui de mots acerbes. Elle n’en a pas envie, mais y a-t-il un autre choix ? « Si c’est pour avoir votre compagnie, je crois qu’il vaut mieux que je reste seule. Mais je vous en prie, allez donc torturer d’autres gens dans le bar. » Son ton s’est voilé, la femme blessée se révèle. Pas par lui, lui n’a encore rien fait, mais Dayan se trouve dans un entredeux déroutant, où ses sentiments s’exacerbent, où la confiance en elle diminue d’heure en heure. Une personne, une personne sympathique. Etait-ce vraiment trop demander ? Elle a retrouvé l’usage du vouvoiement, préfère marquer la distance avec la familiarité vulgaire. Mais lui, il ne se lève pas et reste assis où il se trouve. Elle sent le sourire goguenard, s’épargne cette peine en se relevant pour quitter le bar. Trop, trop d’un coup. Ses doigts cherchent une cigarette, et elle laisse la première bouffée de nicotine l’envahir, soudainement heureuse de retrouver la solitude.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 9:19

Ah, la torture… Il réfléchit à cette idée, pensif, lève les yeux au plafond et contemple les poutres apparentes. A partir de quand peut-on dire que l’on torture un autre ? Comment évaluer le degré de la torture faite à autrui par rapport à celui de sa propre torture ? On dit que les gens méchants le sont souvent parce qu’ils sont mal, parce qu’ils ne s’aiment pas. Et comme peu de gens s’aiment, la méchanceté n’est pas en ce monde une denrée rare. Etait-ce pour autant de méchanceté, de torture dont venait de faire preuve Rick ? Il y pense. Brutal, brutal et honnête. En-deça des apparences, de toute bienséance : l’alcool mettait à nu sa nature brute, sauvage, et il se révélait un loup que l’on n’approche pas sans s’attendre à le voir grogner, montrer les dents. Jamais disposé au contact humain : il fallait le lui imposer. Il est des femmes qui savent s’imposer auprès d’un homme nu croisé par hasard. D’autres qui foirent, comme cette brune. Il la voit, du coin de l’œil, se lever et partir. Partir pour revenir, se dit-il en captant sa main retirer de sa poche un paquet de cigarettes. Ce petit bâton de tabac qui calmera son égo blessé. Certaines femmes se fichent d’être moquées, insultées. Elles s’aiment, se savent aimées. Combien de femmes Rick a-t-il insultées, qui lui ont répondu d’un grand éclat de rire en le chopant par le cou pour lui tirer l’oreille ou embrasser sa joue ? Brunette se prend trop au sérieux, peut-être cette clope bienvenue l’aidera à redescendre à son niveau. Bas, Rick est bas. Parfois stellaire et souvent plus bas que terre. Il se met à l’aise dans le fauteuil de cuir mou et fait signe au barman de lui apporter un autre russe blanc. Le lait semble se poser au fond de son estomac sur l’ensemble des litres d’alcool qu’il a déjà bu pour envelopper le tout dans son nuage lourd. Il sent la fatigue se pointer sans se donner la peine d’être discrète. Faudrait quand même pas qu’il pionce quand elle reviendra.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 11:11

Ses doigts s’agrippent à sa cigarette, comme si sa vie en dépendait – et ce soir, c’est peut-être le cas. Les yeux rivés sur le ciel noir, dont aucune étoile ne perce, Dayan n’est aucunement pressée de remettre un pied à l’intérieur de ce bar. Si ce n’était pour les affaires qu’elle y a laissées, nul doute qu’elle partirait dès maintenant pour rejoindre l’hôtel dans lequel elle réside, au moins pour les jours à venir. Bonne humeur et entrain ont à présent entièrement disparus, comme s’ils avaient été engloutis par l’ivresse sinistre de ce type. Elle réalise seulement qu’elle ne connait pas son nom, qu’elle ne le lui a même pas demandé. Il restera ce type. Un nom vague, dépourvu de la moindre identité, un nom dont on se fout et que l’on n’a pas envie de connaître. Comme lui. Une nouvelle taffe, Dayan ferme les yeux et crache lentement la fumée. Elle n’est pas une vraie fumeuse. Jamais plus de quelques clopes par an, seulement pour les occasions spéciales, ou quand elle craque. Pendant un an elle n’en avait pas touché à une seule. Elle s’y est remise en quittant sa petite ville de l’Oregon, comme pour se donner un peu de courage à affronter l’inconnu après avoir vécu vingt-sept ans de sûreté, de prévu, de chemin tracé. Elle n’est plus si brave, Dayan. Elle a passé l’âge de jouer les aventurières de la route, prêtes à aller où le vent les porte sans aucune autre inquiétude que celle de la prochaine direction à prendre. C’est ce qu’elle fait pourtant. Mal, visiblement, pour se laisser démonter par le premier inconnu qu’elle croise. Elle jette la cigarette au sol, l’écrase, retrouve la chaleur du bar et le type, qui n’a pas bougé de son fauteuil. Soupir. Tentative pour reprendre un peu de contenance et une plus fière allure. Allons Dayan, ne te laisse pas faire par l’ivrogne du coin, tu vaux pourtant mieux que ça. « Encore là ? Ah, je n’oserais pas penser que c’est parce que vous souhaitez finalement me parler, sans doute que le fauteuil est très confortable pour dormir et que vous êtes trop soûl pour changer de place. » Elle attrape sa veste, son sac. Retour au comptoir. « Whisky ». A combien en est-elle, maintenant ? Elle ne sait plus. La tête lui tourne, la chaleur lui monte aux joues, encore trois whisky de plus et les probabilités pour qu’elle retourne à son hôtel en un seul morceau seront nulles.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 11:32

Ah, ben voilà. De retour dans son champ de vision, avec sa tête de bourgeoise contrariée. Contrariée parce qu’elle s’est faite bousculer par un connard bourré, non mais vous y croyez ? C’est la première fois qu’elle sort de son trou, Anastasia, ou quoi ? Elle boit du whisky comme si c’était de l’eau, parce qu’elle a peut-être des choses à prouver, se dit-il en la voyant tituber mais commander de nouveau, sa remarque acerbe concernant son attitude ayant glissé sur lui sans l’atteindre. Le barman lui en sert un nouveau avant de lever les yeux vers Rick, comme pour rechercher une réponse à l’attitude effrontée de la demoiselle. Rick lève un bras. C’est pour lui, cette fois. Le barman hoche la tête et informe la brune que le whisky lui est offert par monsieur derrière elle, assis sur le fauteuil de cuir. Assis… ou plutôt lamentablement affalé. Une manière de se faire pardonner ? Non ma’am, une façon courtoise d’entrer dans ton crâne de piaf que les règles de l’alcool, tu ne les as pas vraiment comprises. C’est une discussion, un cadavre-exquis, une surenchère. Un putain de combat dans un ring, voilà pourquoi c’est habituellement réservé aux hommes et que les femmes n’y captent rien. Cela dit, ça arrange les hommes qu’elles s’y mettent par volonté de les égaler sur la question, l’alcool les rend plus sujettes à accepter des arrangements agréables… où chacun trouve son compte. Il observe la brune boudeuse devant son verre de whisky. Belle, mais, il en est absolument certain, célibataire et triste de l’être. On dit souvent, à tort, « elle est mal-baisée » pour parler d’une femme acariâtre. C’est faux. Vous pouvez baiser une femme avec le plus grand talent, elle peut rester amère. Tout est question de désir. Cela dépasse le sexe, et de très loin. Qu’elle se sente désirée, elle s’adoucira. Promettez-lui des choses, elle vous écoutera. Faite-lui, en revanche, comprendre qu’elle n’est pas désirable, et la femme se transformera de pastèque juteuse et sucrée en pamplemousse : toujours bonne, mais atrocement acide.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 12:26

Prenons les paris, si vous le voulez bien. Combien de temps avant que Dayan s’effondre ivre morte sur le plancher du bar ? Dix minutes ? Trente ? Peut-être bien une heure. Ou peut-être même jamais. Il ne faut pas sous-estimer la capacité d’une femme à boire de l’alcool et mieux, à le tenir. Surtout Dayan, qui, si elle fume peu, possède le vice de l’alcool depuis l’adolescence. On sent le barman relativement nerveux à l’idée de continuer à la servir. Et si elle se mettait à vomir ses tripes sur le comptoir ? Ou provoquait une bagarre ? Ou insultait tout le monde ? Ou pire, faisait un coma éthylique ? Mais le serveur obtient l’approbation muette du type, qui, grand seigneur, daigne même l’encourager dans son ivresse nocturne, ainsi que le serveur le lui annonce. Dayan se retourne, hausse un sourcil blasé. « Trop aimable » qu’elle grogne, sans en penser un seul mot. Elle a à peine fini de parler que l’alcool a déjà été ingurgité d’une seule traite, pour ne plus laisser que la chaude traînée le long de la gorge et jusque dans son estomac. La question de sa présence ici s’impose de plus en plus à son esprit. Pourquoi se laisser traiter comme une pauvre conne par un type qui ne lui a jamais parlé et lui a dressé un autoportrait qui, en plus d’être peu flatteur, est loin du compte ? Au bout d’un certain nombre de verres, on continue de se poser des questions, mais on trouve de moins en moins de réponses. Après, on finit simplement par s’en foutre et on reste, parce que se lever devient compliqué et dangereux. Le serveur semble avoir de la peine pour elle et tente un sourire réconfortant qui lui vaut un regard noir. « Me regardez pas comme ça, comme si vous aviez pitié de moi. » Il secoue la tête, tente de lui assurer que ce n’est pas le cas. « Mais bien sûr, que je vous fais pitié. Regardez-moi, avec ma belle robe et ma belle coiffure, seule dans un bar à des milliers de kilomètres de chez moi. » Elle commande un autre verre, le dernier de la soirée, cette fois, c’est promis, titube presque pour revenir jusqu’au fauteuil dans lequel elle s’effondre. « Comme ça maintenant, je suis à ton niveau d’alcoolémie, t’auras peut-être l’air moins antipathique cette fois. » Retour au tutoiement, et à ce rythme-là, dans vingt minutes elle lui racontera toute sa vie de A à Z.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 12:49

La voilà de retour, titubante après l’énième verre, s’écroulant sur le fauteuil qu’elle vient de quitter. Peut-être le whisky l’aide-t-elle à faire passer ses crises d’égo. La fierté est un plat bouillant, si chaud qu’il vaut mieux ne pas l’avaler. Or, la brune semble s’être brûlée la langue au troisième degré. Il l’observe tandis que le barman la suit également des yeux, avant de se détourner en haussant les épaules. Légèrement ironique, le Rick. Elle s’effondre et croise les jambes, encore toute pleine de tenue dans sa jolie robe. Elle aurait pu être belle, cette nana, si seulement elle n’avait pas débordé d’une fierté mal placée, sûrement due à une carence en self confiance, elle n’en sait rien. Elle a juste l’air mal dans ses pompes, et lui, fréquente habituellement des gens qui s’y trouvent beaucoup trop bien. Elle le regarde, amère, raconte des trucs du style « je te déteste de pas m’aimer » qu’il écoute à moitié avant de laisser s’imposer entre eux un silence bienvenu. Il la laisse l’observer, juste comme ça, parce qu’elle n’a pas vraiment l’air de bien regarder, la nana. Elle arrive dans un endroit, s’y pose là, avec sa jolie tête et ses cheveux brillants, elle veut faire des rencontres mais elle voit pas les gens, elle veut juste des miroirs qui lui renvoient un truc cool d’elle-même. Elle fait pas attention à qui elle parle, elle n’a même pas pris le temps de bien mater Rick, si elle l’avait fait, elle ne lui aurait peut-être même pas parlé. Ou alors différemment. Alors, tu veux quoi maintenant ? T’as envie que je m’excuse, pas vrai ? Tu voudrais que je le pense plus, hein ? Il sourit. Je le pense encore. Tu te donnes une consistance et tu supportes pas qu’on capte que c’est un déguisement. Mais tu vois, il baille, je suis en maitre en déguisements. Il se renfonce dans son fauteuil et passe une jambe en équerre sur l’autre. Allons-y, balance. Qu’est-ce que t’es, exactement ? A part une nana seule dans un bar qui a envie de se mettre à chialer parce qu’elle est seule dans un bar, évidemment. Vide ton sac Lady Di.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 13:06

Si elle veut qu’il s’excuse ? Oui, peut-être bien que oui. Parce que, l’alcool aidant, la virulence des propos passe de moins en moins et que s’il continue à s’acharner, ses yeux vont se mettre à briller, elle va devoir s’efforcer de ne pas pleurer parce que son émotivité la submergera, alors elle baissera les yeux et ne pourra plus darder de regard noir sur lui, et puis les larmes se mettront à couler et elle aura touché le fond du fond, deviendra une personnification du pathétisme, et elle lui aura donné toutes les raisons du monde de se foutre de sa gueule. L’orgueil est déjà trop mal en point, faut-il en plus lui donner les armes pour le réduire enfin en miettes, à ce type, qui saisit la faille et y plonge une lame profondément avant de la retourner. Elle aimerait lui dire que ce qu’il fait, c’est cruel, on ne s’acharne pas sur une femme déjà à terre, mais il serait capable de se moquer encore plus d’elle. « Pourquoi tu cherches la complexité ? Tu peux pas croire cinq secondes que j’aie simplement été déstabilisée par ta façon de te comporter ? » Elle se renfonce dans le fauteuil, hésite. « Ce que je suis ? Une fille de la campagne qui vient de se faire larguer par son fiancé à quelques semaines de l’épouser et qui parcourt les Etats-Unis pour se changer les idées. » Voilà. S’il voulait l’arme ultime à utiliser, elle lui en fait cadeau. « Maintenant tu vas pouvoir enfin te moquer et avoir raison de le faire, ma confiance en moi frôle déjà le négatif, je pense qu’avec encore un peu de boulot, tu réussiras à me le faire atteindre. » Elle se fait cynique, mais déjà ses yeux brillent et elle s’oblige à baisser la tête. « Donc pour la partie psychanalyse du je me la pète, je crois qu’on repassera. Je t’ai adressé la parole parce que je suis venue ici me changer les idées et me vider la tête. J’ai cru que tu serais sympa, erreur de jugement, au temps pour moi. » Maintenant que son sac est déballé, la perspective d’affronter un regard qu’elle imagine déjà moqueur ne l’emballe pas. Elle se lève, encore, avec plus d’aplomb cette fois et retourne au bar. Cette fois, promis, c’est la dernière.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 13:46

Ah, on y est. Attentif, il se prépare au largage. Impact imminent. 5,4,3,2,1… D’accord, peine d’amour. Il voyait bien un truc du genre. Là, c’est un peu plus fort qu’une simple peine, il faut l’avouer : quittée par son fiancé peu avant le mariage dont, sûrement, elle se réjouissait. Qu’est-ce qu’il s’est passé, il a flippé en la voyant siroter sa bouteille de sky personnelle ? Elle a les yeux qui brillent à l’entente de son propre malheur, c’est pas beau, ça ? Arriver à se faire pleurer seul, quand lui galère à arracher trois larmes à une salle de spectateurs quand Phèdre se donne la mort. N’oubliez pas : tout sur ce monde est du à l’équilibre des choses. C’est le masque de la comédie grecque : quand l’un pleure, l’autre rit. Alors il rit, de bon cœur, tandis qu’elle lui tourne le dos pour se rediriger vers le bar. Il se lève, joyeux, et la rejoint d’un pas rapide, comme s’il venait de décuver d’un seul coup alors qu’absolument pas, malheureusement. Il s’accoude à son tour au comptoir et répond à l’angoisse du barman qui n’ose reprendre le verre de mademoiselle (et pas madame, du coup) pour la resservir. Laisse tomber le dixième verre, je me doute bien que tu dois avoir de la thune à dépenser mais un coma serait une façon bien foireuse de fêter ce nouveau célibat, il annonce dans un sourire et lui commande un Coca-Cola glacé, avec une paille, parce que putain, le liquide trop froid sur les dents du haut, c’est abominable. Le Coca arrive au pas de course tandis que Rick se hisse sur le siège pour prendre place à côté de la brune. Il l’observe à la dérobée en sirotant son white russian. Tu as de la fierté, Peau d’Âne. T’es plus blasée de réaliser que tu t’es trompée sur le compte de ton ex que de t’être faite plaquer par… de toute évidence un pauvre con. J’ai bon ? Il avale une gorgée tout en attendant une réponse à son hésitation. Peut-être qu’elle a juste besoin de faire le deuil d’une erreur. Une grosse erreur, c’est sûr, mais qui se répare, parce qu’au fond, elle ne touche que l’égo et des projets d’avenir qui n’ont jamais eu lieu. Qui n’auraient de toute évidence jamais pu avoir lieu.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Lun 1 Déc - 14:28

Elle attend l'impact, le moment où il comprendra ce qu'il possède entre ses mains et qu'il le lui renverra en pleine gueule, bien trop content de prouver un point, quel qu'il soit. Mais il ne le fait pas. Et ça l'agace presque plus que de se laisser aller devant lui. Si lui l'a mal cernée, de toute évidence, elle n'a pas fait mieux. Il la rejoint au comptoir, lui commande un Coca. « Il a oublié le whisky, rajoutez le whisky » demande-t-elle au serveur. Mais il jette un regard au type, qui secoue la tête fermement. Pas de whisky. Comment ça pas de whisky ? Elle affiche un air agacé mais a perdu le courage de lutter. Coca ce sera. « Ah ouais, parce que tu connais beaucoup de moyens de fêter ton célibat quand tu le subis, toi ? » Parce que si oui, Dayan est preneuse de toute suggestion. Pour le moment, tout ce qu'elle voit c'est le tunnel noir et sans fin. Arrêtons les conneries, y a pas de lumière, y a pas de mieux, y a rien d'autre qu'elle, sa solitude et son cœur brisé. Et c'est déjà pas si mal, finalement. Elle craque, nerveusement, l'entendre rire joue avec des nerfs déjà mis à rude épreuve. Elle comprend pas, qu'est-ce qui est drôle, dans cette histoire ? Elle a loupé le meilleur moment de la blague ? « T'as jamais été amoureux, genre vraiment amoureux, toi, je me trompe ? » Elle hausse un sourcil. « Autrement tu saurais que quand ton fiancé te largue – après t'avoir trompé, parce que faut pas déconner, autant faire les choses correctement pour justifier sa peur de l'engagement – après 10 ans de relation, c'est pas ton égo qui morfle. C'est ton cœur. » C'est beau, ça. Elle devrait le noter dans un carnet pour le ressortir un de ces quatre. Dayan, poétesse à ses heures perdues et tristement alcoolisées. « Si c'était qu'une question d'égo, j'aurais envie de crier et de me venger, pas de pleurer. » Mais il ne peut pas comprendre ça, lui, pour ça faut être capable de croire aux conneries de grand amour et compagnie. Faut être comme elle, trop amoureuse pour ouvrir les yeux.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mar 2 Déc - 10:12

C’est parce qu’elle est jeune, maintenant qu’il y pense, elle a quoi, cette nana, vingt-quatre ans ? Vingt-six à tout péter ? Elle a son petit cœur brisé d’avoir cru à des rêves qui n’en étaient pas. Trop réels. Trop consistants, trop épais pour être traversés par l’idéal et sa joie si pleine, si éclatante. Les rêveurs ne sont jamais déçus. Il hausse les épaules en sirotant son verre, visiblement peu heurté par le dramatique de la situation. J’ai aimé beaucoup de femmes, et j’ai été trompé, à chaque fois. Il réfléchit un instant avant de hocher la tête définitivement. Ouais, à chaque fois. Je crois que les seules femmes qui m’ont été fidèles, je ne les aimais pas. Il lui jette un regard en biais. Peut-être qu’elles ne me connaissaient pas du tout, je ne sais pas. Et quand il demandait pourquoi, au bord du gouffre, prêt à sauter, on lui répondait vaguement. Il mélange ses souvenirs à voix haute, menant son verre de vodka à la manière d’un chef d’orchestre. Tu n’es pas assez disponible pour moi, on est trop différents, je ne te fais pas confiance, ou sa variante : je ne me sens pas en confiance, j’ai d’autres projets, et le pire de tous, celui qui fait intervenir l’Autre, le dernier dont tu as envie d'entendre parler, qui sonne comme une punition pour toutes les fois où tu as déconné… « Il était là au bon moment ». Il ferme les yeux, laisse le tournis l’envahir lentement puis violemment, se raccroche à la rambarde du comptoir. Son verre tremble dans sa main et il le repose devant lui. Les femmes rêvent de l’homme de leur vie, mais elles ne le veulent pas dans leur vie. Toute la mienne, je me suis fait prendre ma place par des hommes moins intéressants que moi. Plus communs, plus… normaux. Il la regarde de nouveau, traversant le brun de son regard de ses yeux embués par l’alcool et la fatigue, mais toujours bleus et perçants. On m’a toujours trompé, puis quitté en me disant je t’aime. Ce je t’aime qui justifie d’être trompé et détesté, quitté sans retour en arrière. Elles me disent : je pense à toi en le faisant, je pense à toi en le regardant, je suis heureuse que ce ne soit pas toi. Son regard divague le long du corps de madame, encore jeune et beau, c’est regrettable. Il retourne sombrement jusqu’à son verre, comme un chien dans son panier. Tu ferais mieux de t’en remettre. La vie est plus courte que tu ne le crois. Parce que la jeunesse a toujours tendance à se croire mythologique, et à faire de ses malheurs des tragédies. En vérité, tout est temps qui passe, vie qui s’écoule, répétitions à l’identique. Et les pleurs qu’elle a versés et qu’elle se sent proche de verser sont ceux des autres avant elle. Ils se rejoindront tous dans le livre des Gens, que personne n’ouvre.  

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mar 2 Déc - 10:58

Elle accueille ses réponses d’une moue peu convaincue. Pas qu’elle ne le croit pas, mais il faut arrêter de penser que des grandes réflexions vous font aller de l’avant quand vous voulez seulement repartir en arrière. Combien de fois, de combien de bouches différentes a-t-elle entendu le fameux ‘ tu t’en remettras va, garde la tête haute’. Mieux encore ‘il faut tourner la page, il n’y a que le temps qui pourra t’aider. ‘ Souvent, Dayan s’est demandée si les gens capables de prononcer des conneries pareilles avaient déjà été dans sa situation. Car elle, à leur place, et sachant combien il est douloureux de perdre l’homme que l’on aime, elle se serait contentée de poser une main sur leur épaule et de leur tendre de quoi épancher leur soif et leur chagrin. « Tu vois, elle est là la différence entre toi et moi » dit-elle, une fois qu’il s’est tu. « Moi j’ai pas aimé beaucoup d’hommes dans ma vie. J’en ai aimé qu’un, et je lui ai dédié dix années de cet amour. » Soupir, avant d’avaler une nouvelle gorgée de Coca. « C’est beau et triste ce que tu me racontes, je dis pas, mais y a rien de commun avec moi. Je fais partie des gens qui croient pas qu’on puisse aimer un nombre infini de fois. Pour moi, aimer trop de personnes, c’est ne pas les aimer correctement, ou en tout cas pas vraiment aimer comme moi je l’envisage ». Ou alors c’est que son cœur est trop petit pour pouvoir se dédier entièrement à autant de personnes dans toute une vie. Elle sait pas ce que le type fait dans la vie, mais ça doit sûrement être un truc d’artiste. Y a qu’un artiste pour parler de l’amour et des femmes comme ça. Problème : ça manque de réalisme. C’est bien beau, toutes ces conneries, mais c’est pas ça l’amour au quotidien, le vrai, le concret, le terre-à-terre. Dans la vraie vie, ton connard de fiancé se fait sucer par une autre fille et te balance que chérie, c’est juste que j’ai peur de m’engager, tu comprends. Au bout de 10 ans, la peur de l’engagement perd de son potentiel crédibilité. « Je demande que ça, moi, m’en remettre. C’est bien pour ça que j’ai mis le plus de distance physique possible entre lui et moi, tu vois. » Et il voit sans doute, mais ne comprendra probablement pas sa position. Seule avancée, elle n’a plus envie de pleurer et il lui paraît un rien moins antipathique qu’avant.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 3 Déc - 10:33

Ah, bien sûr. La sacro-sainte unité de la sacro-sainte bourgeoise. Nous ne sommes qu’un, tout ça, ce genre de conneries. Il baille, peut-être plus de fatigue que d’ennui, termine son verre et observe son Coca à elle d’un air de dégoût. Il voudrait de l’eau, beaucoup d’eau, mais vous savez comment c’est dans ces moments : l’eau aura un goût dégueulasse malgré la réhydratation qui s’en suivra. Elle le prend pour un con, depuis le début, c’est d’ailleurs ça qui l’a agacé, elle se croit meilleure que les autres parce qu’elle ne voit qu’elle, comme la plupart des hommes. Et moi, je sais au fond de moi que tu ne sais pas ce que ça veut dire, aimer. Tu te cherches dans un autre que tu crois trouver et tu construis tout autour de lui tes rêves auxquels tu crois, des chemins dans lesquels tu te lances… t’oublies de lui foncer dedans. T’oublies totalement qu’il faut s’oublier, se tuer soi-même pour aimer quelqu’un. Tu vivais en lui, et maintenant que t’ouvres les yeux, t’es brisée, c’est ça ? Il la regarde fixement, on pourrait croire qu’il est soucieux pour elle, mais il lève les yeux au ciel. Tu crois que tu as le cœur étroit, mais c’est ton esprit qui l’est. Les gens ne sont souvent pas ce qu’on voudrait qu’ils soient. Essayer de s’en convaincre quand même, c’est renoncer à eux. Ce n’est pas aimer. Il lorgne sur le whisky qu’elle lui avait proposé tout à l’heure, qu’il n’a pas pris et qui repose encore tristement seul sur le comptoir. Affalé sur le rebord, il tend le bras pour s’en emparer. Tant pis. L’homme est un explorateur. Un découvreur. Sans nouveauté, il meurt d’ennui. La routine le tue, Cortazar l’a dit. La gran costumbre. Qu’est-ce qu’ils croient, les gens ? Qu’il suffit de s’enfermer dans une même pièce avec quelqu’un, de lui prononcer deux mots, pour le lier à soi toute une vie ? Mais toute une vie, c’est long. C’est long, enfermé en soi et en l’autre, ne former qu’un seul et même tout. On étouffe. Elle pensait compter son temps, la brune, vivre une vie tracée à l’horizontale, et maintenant elle vient le perdre dans un bar paumé avec des paumés parce qu’elle ne le juge plus digne d’elle. A qui tu demandes que ça ? Il ne capte pas. Au temps ? A la vie ? Au hasard ? Comment voulez-vous demander un truc pareil ? C’est pas quelque chose qui se demande. Ça se prend, point.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 3 Déc - 11:25

« Ecoute, si c’est pour me sortir des grandes élucubrations que je ne suis vraiment plus en état de comprendre à ce moment-ci de la soirée, épargne-toi la peine, pas intéressée. » Le bref moment d’accalmie entre eux vient de prendre fin, Dayan est fatiguée, Dayan n’a pas envie de l’entendre lui dire qu’elle ne sait rien à l’amour et qu’elle se projette dans l’autre, et qu’en fait tout ce qui l’intéresse c’est sa petite gueule. Il recommence à juger quelqu’un qu’il ne connaît pas plus qu’il y a dix minutes, avant qu’elle se confie à lui, et cette fois-ci, en prime, elle a droit aux discours alambiqués d’un philosophe psychologue pilier de bar. Que du bonheur. « T’espères pas que je te paie à la fin pour la session d’analyse de ma personnalité plus étroite que mon cœur, rassure-moi ? » qu’elle lance, mauvaise. Dayan oscille entre tristesse et colère, ne sait plus vraiment ce qu’elle devrait être en train de ressentir. Le type la perturbe, et c’est agaçant, de se laisser perturber par quelqu’un sorti de nulle part, qui vous juge comme s’il vous connaissait depuis toujours. Il ne sait rien d’elle, pense la comprendre mais se trompe, c’est là la seule certitude qu’elle a. « Et pour répondre à ta question, je ne vivais pas en lui. Je sais pas ce que tu t’imagines que c’est, l’amour, mais ça n’a rien à voir avec tes conneries. Peut-être que tu le saurais si t’étais resté dix ans avec la même personne. » C’est bien beau, tout ce qu’il raconte, mais ce n’est pas avec ça qu’un couple tient la distance, la routine, le quotidien qui vous asphyxie lentement mais sûrement. Lui, il parle d’un truc qu’on lit dans les livres de poésie, s’oublier dans l’autre et toutes ces conneries. Dayan comprend, sans doute un peu tard, qu’ils ne s’entendront jamais, parce qu’ils n’ont pas la même conception de la vie, de l’amour, du couple. On ne vit pas un rêve éveillé, et c’est peut-être mieux comme ça. On définit un plan de vie, que l’on espère pouvoir suivre indéfiniment, on se projette, on concrétise. L’amour n’est pas qu’un sentiment, il est concret, bien plus que ce que le type tente vainement de lui expliquer. « C’est une façon de parler. » Dayan n’est plus en état de réfléchir ou de se poser des questions intellectuelles, et tenter d’analyser ses moindres paroles comme si elle était allongée sur un putain de divan ne sert strictement à rien. Elle n’a pas envie d’entendre ça. Elle n’a pas envie de se remettre en question. C’est si difficile que ça, de comprendre qu’elle a simplement besoin de temps pour faire le deuil de son couple ? « Et je le demande à moi. Je me le demande. Et je fais en sorte d’y arriver. »

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 3 Déc - 11:51

Il la voit lever les yeux au ciel à sa remarque. La brune n’aime pas être remise en question, sûrement son pseudo mec lui a-t-il voué un culte un si grand nombre d’années qu’elle se pense suffisamment entière pour être intouchable et comprise de seule elle-même et Dieu tout puissant. Ces gens qui se pensent complexes… Il secoue la tête, manque de s’écrouler en arrière, assailli par un vertige soudain, se rattrape à la barre. L’heure du coucher arrive à grands pas. T’es pas assez intelligente… Il bredouille dans sa barbe, désolé pour elle. Pas assez intelligente pour aimer. Et ça n’est pas très grave, même si « heureux les simples d’esprit » ne s’appliquent pas à ceux qui jouent à le torturer. Il l’observe un instant et semble presque peiné pour elle. Il a peur qu’elle souffre toute sa vie, celle-là, tant elle a l’air concentrée sur son propre malheur, sa personne, sa destiné. Nos peurs, nos angoisses, ne sont que passés et potentialités. Le présent, lui, l’avenir, ne peuvent effrayer. A nous d’apprendre à tourner nos faces vers ses rayons. Il hausse les épaules et se détourne, termine son whisky d’une traite, un alcool dont, à ce stade, il ne sent plus le goût. Je te souhaite d’y arriver… C’est tout ce qui peut être dit à ce stade, mais il pense, Rick, il pense qu’elle n’y arrivera jamais seule. Il faudra à cette brunette un autre amour, peu importe lequel, une autre personne à laquelle raccrocher ses rêves épars, recoudre ses perles éclatées, un Autre pour remplacer l’autre et reprendre le fil de ses rêves.  Il se lève de son siège, attrape son blouson qu’il balance sur une épaule et murmure pour lui seul : Je suis resté trente ans avec la même personne. Toi, tu te regardes tout le temps, mais tu ne t’es jamais vue. Grommellement qui se solde par un demi tour pour l’observer de nouveau. Je vais partir vous oublier dans mon pieu, toi et cet alcool dégueulasse, dit-il en désignant du menton le verre de whisky vide. Il parcourt des yeux l’ensemble de la salle et revient vers elle. Tarde pas trop non plus, d’ailleurs, pas certain que tu trouves ce que tu cherches dans cet endroit passé minuit…

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd.

▸ MESSAGES : 119

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 3 Déc - 12:43

Ainsi apportera-t-il une conclusion un rien dramatique à cette entrevue. Pas assez intelligente pour aimer, puisque apparemment, maintenant, l’amour il faut le penser plutôt que le ressentir. Ce doit être usant, d’être comme lui. Ses seules paroles réussissent à lui coller un monstrueux mal de crâne, et elle le trouve d’une suffisance assez hallucinante. A l’entendre lui brosser son portrait, il aurait tout vu, tout vécu, tout connu. Lui sait visiblement mieux que tout le monde ce qu’ils devraient ressentir et en quoi cela les rend centrés sur eux-mêmes. Un point de vue tout à fait manichéen, qui ne laisse que peu de place à une discussion. Ce type est un mur qui lui renvoie tout ce qu’elle dit, à grand renfort de pseudo-analyses qui lui foutent une nausée pas possible. « Ouais, ça doit être ça ouais. » Point final bienvenu d’un échange qui n’en aura jamais été un, avant qu’il parte s’effondrer dans son lit tel l’ivrogne moyen. « Pour ton info ? Jamais été bourgeoise. Me suis toujours contentée du peu de fric que je gagnais, je viens d’un milieu modeste et tout ce que j’ai réussi à avoir, j’ai mis du temps pour l’obtenir. Non que ça change quoi que ce soit à ta vision déjà toute faite de moi m’enfin. » Parce qu’elle ne veut pas qu’il se trompe sur son compte, ou qu’il la prenne pour ce qu’elle n’est pas. Quitte à vouloir à tout prix lui sortir les grands discours analytiques, autant qu’il prenne le problème dans le bon sens. « Fais donc » répond-elle sans lui adresser le moindre regard, tout occupée qu’elle est à observer les fines bulles du Coca remonter à la surface. Elle hoche vaguement la tête, peu concernée. Rien que pour le détromper, elle resterait bien là jusqu’à la fermeture mais la question se pose de savoir ce qu’elle cherche précisément, et la réponse, elle ne la connait pas. De la compagnie, sans doute, quelqu’un qui plutôt que de la faire replonger dans une introspection déplaisante se contente de lui changer les idées. Quelqu’un qui ne soit pas comme lui, donc. Mais il a raison, pas certain qu’elle trouve quoi que ce soit. Il n’a pas encore quitté le bar pour rejoindre l’étage qu’elle l’interpelle. « Dayan, au fait. Je doute qu’on soit amenés à se revoir, mais puisque je t’ai confié des trucs persos, autant que t’aies un nom pour aller avec. » Sans rien ajouter, elle adresse un signe de tête au serveur, qui la salue à son tour tout en continuant de nettoyer des verres, et elle attrape veste et sac avant de mettre les voiles. Bar Harbor ne sera pas la ville de sa vie. Probablement pas non plus la ville de quelques nuits.

_________________

I've been seeing all, I've been seeing your soul, give me things that I've wanted to know, tell me things that you've done. I've been feeling old, I've been feeling cold.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : javanaise.

▸ MESSAGES : 1652

▸ HERE SINCE : 13/01/2014


MessageSujet: Re: dazed and confused.   Mer 17 Déc - 15:38

pas de réponse depuis plus de dix jours, j'archive. :white:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: dazed and confused.   

Revenir en haut Aller en bas
 

dazed and confused.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I'm happy, free, confused and lonely at the same time ft. Achille de Montaron [-18 // Secret]
» LAVINIA ♠ « Always keep your foes confused. If they are never certain who you are or what you want, they cannot know what you are like to do next. »
» ASLINN + I'm sorry that you Seem to be confused
» we're happy, free, confused, and lonely at the same time. (eliza)
» nah aeri ; confused.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: rp :: rp terminés-