AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 | .
 

 i see what i eat, i eat what i see.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 26 Nov - 14:00

il est huit heures du matin. sans doute l'heure où les plus intelligents, les plus normaux, dorment paisiblement. ils ont, pour la majorité, fait la fête toute la nuit et tentent dorénavant de se reposer. certains doivent dormir depuis des heures et des heures parce qu'ils ont pas réellement de vie. pour les gens qui restent, ils sont sans doute partis travailler. et au milieu de tout ça, y a Féline. Féline, elle a pas fait la fête toute la nuit parce qu'elle ne connait pas bien les lieux. elle vient tout juste d'arriver et tente d'abord de se faire des connaissances histoire de pouvoir ensuite s'amuser. elle n'a jamais trop aimé la solitude. c'est pas son truc à elle. pourtant dernièrement, elle n'apprécie, pour la plupart du temps, que sa propre compagne. alors, elle se retrouve ici. à cette table-là, à huit heures du matin. elle fixe son paquet de frites avant que son regard se pose sur l'hamburger. elle les dévisage, essaie de se rappeler du moindre détail de ceux-ci. finalement, elle soupire, croise les bras mais ne les quitte pas des yeux. que faire ? manger ? résister ? abandonner ? elle se tâte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 26 Nov - 14:05

Affalé comme une merde, une merde dans un costard Armani, tu vois le genre. Croûteux, c’est le cas de le dire, après cette soirée et cet alcool qui l’ont littéralement desséché. A boire, par pitié… Mais vous connaissez le goût de l’eau après ces moments-là… Un Coca, un Coca bien américain pour se déshydrater comme on doit l’être quand on est un américain, un vrai. Coca et grosse fritte, avec un stock de ketchup. La fille d’à côté, jolie blondinette façon mannequin, lui coupe limite l’appétit, à regarder son truc comme une poule regarde un couteau. Obnubilé, il l’est : il ne bouffera pas une seule fritte tant qu’elle n’aura pas foutu ce hamburger dans sa bouche, capté ? Mais elle se fait attendre en plus, elle fout quoi, elle l’analyse aux rayons X ? Il soupire. Fixation, quand tu nous tiens. Bon, tu le défonces ce burger, ou c’est pour décorer que tu l’as pris ? Il demande en fixant sur elle son regard bleu perçant.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 26 Nov - 15:44

peut-être que c'est vrai ce qu'on dit. peut-être que les vieux démons refont toujours surface. y a quelques années, elle n'aurait pas touché à son repas la petite et aujourd'hui, elle n'en a pas plus envie. entre temps, elle s'était sans doute mangé trop de menu fast food. allez savoir ce qu'il se passait dans sa tête. une chose est sûre, elle avait une dent contre ce burger bien gras et ses frites certainement trop nombreuses à son goût. si elle n'avait pas envie de les dévorer, elle se contentait de les regarder, de les analyser sous toutes leurs formes. c'est alors qu'elle fut interrompue. au début, elle n'y prêta pas attention. il devait s'adresser à quelqu'un d'autre. pourquoi elle ? pourtant, son regard restait planté sur Féline. elle et personne d'autre. elle haussa alors les épaules, soupirant de plus belle. j'sais pas... ça me dit rien en fait. elle sert à rien Féline. elle n'est même pas capable de savoir ce dont elle a envie. stupide enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 26 Nov - 16:22

Non mais, pourquoi il avait décidé d’attendre qu’elle bouffe pour bouffer lui-même, déjà ? Foutue fixation. Aimer son prochain, hein. Sauf que voilà, les gars, bienvenue en Occident, au pays où ne pas manger peut être un véritable choix. Comme je vous le dit ! Trop vert, trop gras, pas bon goût… Heureusement, persistent encore quelques clodos au dehors pour vous rappeler le sens des réalités. Rick n’a pas bouffé depuis… hier, hier, quatorze heures. Ce Big Mac, il va vous le dévorer comme le tournedos de votre anniversaire. Comme si c’était le met le plus délicieux du monde. Et ça l’est sûrement, il a payé pour. Son regard se pose sur la blonde modèle miniature pour la détailler mieux que le coup d’express qu’il lui a précédemment jeté. Vrai qu’elle doit pas en avoir avalé beaucoup, ces derniers temps, de frites et burger. Il hausse un sourcil et éloigne les frites d’elle. Tu les voudras quand tu croiras qu’elles ont disparu, il tente d’expliquer tandis qu’il dissimule la pochette sur la table derrière lui. Quant au burger… Il chope sa propre paille, inutilisée (c’est terriblement con de boire avec cette merde), et retire un pain sur deux du burger. Comme ça, c’est moins étouffant. Et regarde, on voit mieux le steak, doré et tendre. Et ce petit concombre là, qui a cuit dans la viande, tu sens comme il sent bon ? Aujourd’hui, en direct du fast food d’une ville sans intérêt, mesdames, messieurs, Rick donne à bouffer à une femme-enfant. How fascinating.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 26 Nov - 17:42

pourquoi est-ce qu'il désire la voir manger ? après tout, il ne la connait pas et puis, c'est pas comme si Féline lui avait demander de l'aide. peut-être qu'il déteste qu'on gâche la nourriture, qu'il est l'un de ses gars qui ne supporte le gaspillage et que d'une minute à l'autre, il va lui expliquer la situation des pays du sud pour lui faire prendre conscience que oui, on a de la chance de vivre ici et pas en bas. peut-être qu'il la pense anorexique parce que regarder la nourriture de cette façon, ça ne se fait pas trop. pourtant, c'est plus le cas. elle aime manger la demoiselle. cela n'a peut-être pas toujours été le cas mais aujourd'hui, elle aime ça et elle adore les fast food d'habitude. c'est juste qu'elle a plus si faim. serait-elle en train de rechuter ? est-ce simplement le fait que ce ne soit pas sa mal bouffe habituelle ? elle l'ignore elle-même. mais le jeune homme vient s'installer en face d'elle. il lui pique ses frites alors, elle fronce les sourcils mais malgré tout, elle lui fait confiance. elle est comme ça Féline, elle fait confiance à n'importe qui. finalement, il lui retire un pain et l'incite à manger. c'est vrai que finalement, elle les désire peut-être ses frites. c'est vrai que quand on a pas de nourriture, on a tendance à avoir faim et là, c'est pareil avec les frites. j'ai jamais compris pourquoi ils mettent du concombre. c'est vrai, regarde-le. il est tout seul. pourquoi ? pourquoi est-ce qu'ils mettent qu'un concombre d'abord ? mais malgré ses interrogations, elle le regarde ce steak doré et tendre. elle sent cette délicieuse odeur. peut-être qu'elle va finir par craquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 26 Nov - 18:41

Et ce putain de steak éventré commence à lui filer l’eau à la bouche, alors blondie, sois gentille… Elle fronce son petit nez comme un chaton quand il lui retire ses frites de la vue, ah-ah, il y a de l’évolution. Frites qui sont encore chaudes, c’est le moment où jamais. Mais d’abord le burger, c’est le burger qu’elle doit manger pour que lui puisse manger, c’est le burger sur lequel se porte la fixation. Pourquoi ils mettent du… ? Il sursaute, théâtral, la faisant sursauter aussi, écarquille les yeux comme si elle venait de prononcer la pire des insanités. Tu ne le sais vraiment pas ?... Ok, toi et moi on va tout reprendre depuis le début. Il désigne le pain du bout de la paille, tel le maestro. Le pain. Un concentré fade de farine et d’amidon, qui ne doit son goût agréable qu’à sa texture et au sel qu’il contient, tu me suis ? Il pointe le steak. La viande, grillée, dorée, fumée, mais, en fin de compte, très connue de notre palais. Inutile de se pointer ici et de commander un burger pour manger un steak et du pain, tu me suis ? Il désigne la feuille de salade. La salade, verte, pour la couleur et son côté psychologique soft, l’impression de manger de la verdure, son goût inexistant et totalement neutre mais sa texture lisse et légère qui aide à faire passer le pain et la viande. C’est maintenant que le concombre prend tout son sens et je vais t’en révéler l’importance capitale… D’un air grave, il soulève à peine le concombre du steak et le laisse retomber mollement. Tu vois ? Il a la souplesse du pain. Le goût de la viande, puisqu’il cuit dans son jus et repose sur elle, et la verdure essentielle de la salade. Il est l’élément clé de la trinité fast food. Alors pourquoi, pourquoi ce concombre nous laisse-t-il autant perplexes ? Je vais te le dire, mais c’est un secret qui doit rester entre toi et moi, ok ? Il se penche sur elle, sérieux, en mode révélation. Ce concombre est unique, parce qu’en vérité… Il n’est pas tout à fait un concombre. C’est un cornichon récolté un peu avant la maturité, donc déjà plus du tout cornichon mais pas encore un concombre. C’est de là qu’il tire son goût aussi exceptionnel. Il est plat et apporte une dose généreuse d’eau et de jus, comme un concombre basique, mais plus encore : il a ce goût piquant, relevé, qui chatouille la langue, digne du cornichon. En piquant légèrement ta langue, ce concombre réveille l’ensemble des milliards de papilles gustatives réparties sur ta langue. Enfin réveillées et pleinement dispo pour exercer le Goût avec l’art qui s’impose, elles ressentent plus que personne d’autre le goût de chaque aliment : le fumet unique de ce steak grillé, le parfum du pain moelleux, les surprises de la feuille de salade. Il est l’élément clé Révélateur du Goût. Il s’arrête et l’observe. Un œil, puis l’autre. On dirait qu’elle a tout capté. Elle est bien, cette fille, elle est bien. Ceux qui retirent le concombre du burger ont perdu la foi. Ce sont des animaux qui préfèrent avaler plutôt que déguster. Fais-moi plaisir, blondie… Croque dans ce burger avec délices parce que je me suis foutu une dalle pas croyable en te faisant son historique… C’est quand même malheureux, songe-t-il en attrapant une frite qu’il glisse entre ses dents.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Jeu 27 Nov - 6:07

elle pose beaucoup de questions. elle a toujours posé des questions inutiles. qu'est-ce qu'on s'en fout que le concombre soit tout seul. ça ne changera pas le fait que le jeune homme veuille la voir manger. c'est juste une façon de gagner du temps et de pouvoir avoir une réponse à son interrogation. la plupart ds gens l'auraient envoyé balader. tu manges et tu te tais. mais lui non. à vrai dire, il semblait abusé qu'elle ne sache y répondre d'elle-même. coup de théâtre, il était prêt à lui expliquer la fonction de chaque élément composant son burger. elle se contenta de légèrement grimacer lorsque le pain fut au centre de toutes les attentions. elle l'avait toujours trouvé trop consistant, trop lourd à digérer et, pas très esthétique soit dit en passant. elle haussa la tête après les explications concernant le steak. jusque-là, elle semblait suivre la demoiselle. elle reste bouche bée devant ses propos. finalement, le burger, c'est tout un art. vint ensuite le tour du concombre. cette fois-ci, elle se penche légèrement pour entendre clairement ses paroles et enfin comprendre quel était son utilité. un cornichon ? elle écarquille légèrement les yeux avant d'afficher un large sourire, heureuse qu'on ait pris le temps de lui répondre et de lui apporter enfin ce qu'elle désirait.tu sais quoi ? je crois que je vais t'écouter. t'as réussi à me convaincre et j'ai hâte de savoir ce que ça fait de manger un burger après avoir enfin découvert toute son histoire. elle hausse les épaules, prend possession de son repas et croque enfin dedans. elle prit le temps de bien mâcher, de sentir la salade croustiller sous ses dents, ses papilles se mettre en action au contact du pseudo concombre, sentir la douceur du pain et le délicieux goût du steak cuit à la perfection. elle a à peine fini sa première bouchée qu'elle entame la deuxième. c'est bien meilleur comme ça. elle termine ce qui a dans sa bouche, s'empare de sa boisson et boit sans paille, comme si tout était normal. finalement, c'est pas si dégueu que ça le fast food.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Ven 28 Nov - 5:53

Elle comprend tout, la fille. Elle reçoit et capte tout son délire et ça, mais ça… Il a de la lumière dans les yeux quand elle accepte de croquer dans son hamburger, il attrape le sien et le dévore à son tour en face d’elle, puis les frites par devers lui qu’il lui repose sous le nez, maintenant que son appétit est éveillé. Le concombre crache sous ses dents et son jus de cornichon relevé pique sa langue. La viande en devient plus savoureuse, et il lui envoie un clin d’œil, sans parler la bouche pleine. Elle boit son Coca sans la paille, comme… Comme lui, c’est la première fois qu’il voit quelqu’un faire ça, comme lui. Il est soudainement heureux, comme un Rick qui a un bon feeling. C’est bien meilleur comme ça, qu’elle dit, et il rayonne de plus belle comme un chat qu’on caresse. Il prend le temps de l’observer par-dessus le burger qu’il mord, blonde comme un enfant encore, des yeux couleur lagon et des lèvres sanguines. On dirait un poupon, ce genre de bébé que les mères montrent fièrement parce qu’il est sacrément bien réussi. Il espère qu’elle va bien, qu’elle mange tous les jours et va au lycée ou à la fac, il se met à veiller sur son bienêtre, il espère que les garçons la respectent, qu’elle fait attention à elle et qu’il y a des gens qui l’aiment, autour d’elle. Comment tu t'appelles ?

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Ven 28 Nov - 15:15

elle est trop forte Féline parce qu'elle finit par avoir faim. mais le vrai génie dans l'histoire, cet le jeune homme qui lui fait face parce qu'il a réussi à lui ouvrir l'appétit. la plupart des gens aurait tracé leur route. ils auraient fait comme s'ils n'avaient rien vu, comme si elle était normale Féline. en fait, elle était pas trop comme les autres. ouais parce que les autres l'auraient très certainement dévoré d'une seule bouchée. elle, elle avait eu besoin d'aide et de beaucoup d'explications. maintenant, elle mangeait. elle mangeait vraiment. sans paille, avec un pain en moins et lorsqu'il repose les frites sur la table, elle les prit deux par deux. ça c'était un vrai fast food. un fast food comme on en voyait plus trop maintenant. il lui fait un clin d'oeil lorsqu'elle lui avoue que tout ça et bien meilleur maintenant. et ça la fait sourire Féline. alors, elle plonge la tête dans ses frites et la relève seulement lorsqu'il lui demande son prénom. Féline. et toi ? c'est quoi ton nom ? t'es prof de bouffe dans la vie ? des questions. encore des questions. toujours des questions. elle pose plein de questions Féline. sans doute trop mais, c'est dans sa personnalité et où qu'elle soit, ça ne changera pas. alors, elle porte son attention sur cet inconnu qui a décidé de partager son repas avec elle et elle attend. elle attend avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Lun 1 Déc - 4:58

Il est aussi heureux de la voir manger qu’un môme auquel on offre un ballon rempli d’hélium. Il manque avec elle, juste en face, et son régal à elle fait son plaisir à lui, les mouvements de sa mâchoire croquant le burger donnent du goût au sien. Un goût parfait. Il avale une gorgée de Coca avant de lui répondre. Rick, m’appelle Rick. Pas encore prof de bouffe mais je compte bien m’y mettre, il ajoute dans un sourire. La dernière bouchée de burger est avalée, et il essuie ses doigts contre la serviette, avec une élégance bourgeoise qu’on ne s’attend pourtant pas à voir dans un tel homme. Il repose ses yeux sur elle, la jaugeant comme s’il hésitait à se confier, à donner l’information. Après un échange silencieux de quelques secondes et une inspiration, il décide de se livrer. Je suis metteur en scène… en quête d’un nouveau souffle, dit-il en haussant les épaules. Itinérant total, désespéré du monde social, parcourant les villes les plus inattendues de ce monde à la recherche de l’inspiration nouvelle. Parce que tout semble avoir été épuisé, tout paraît avoir été dit et n’est plus que redite. Heureusement, quelque part, il y a encore et toujours à faire. L’inconnu persiste. Par exemple, dans les yeux délavés de cette petite blonde. Et toi, qui es-tu ?

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Lun 1 Déc - 12:54

alors il s'appelle. rick. simple, rapide et efficace. et puis, il est pas prof de bouffe. alors féline, elle est un peu déçue quand même. elle soupire désespérément mais, finit par lui sourire à son tour. t'as plutôt intérêt sinon, tu prives le monde d'un incroyable talent ! elle croque de nouveau dans son hamburger. elle l'apprécie encore plus que tout ceux qu'elle a pu dévorer jusqu'à présent. elle le repose délicatement dans son emballage pour manger quelques frites par ici et par là. et puis, elle ne dit plus rien; elle a pas envie de trop parler. elle parle beaucoup d'habitude et, elle sait que ça en agace certains. elle prend une gorgée de sa boisson et au même moment, rick se décide à lui en dire plus sur sa personne. c'est cool. se contente-t-elle de répondre des étoiles pleins les yeux. elle a toujours trouvé plu intéressant le fait de se trouver derrière les projecteurs. sans doute parce que ses parents l'ont toujours mise en avant. allez savoir. et puis, il la questionne à son tour. alors, elle prend une frite, prend le temps de réfléchir avant d'hausser les épaules. juste une inconnue qui a besoin de plus de liberté. pas très connue. encore moins ici, à bar harbor. une jeune femme qui a besoin de fuir la famille, de décider de son avenir, de faire ses propres choix. une fille qui rêve juste qu'on la laisse vivre pleinement. une étudiante qui a tout abandonné, simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Lun 1 Déc - 13:28

C’est cool, c’est cool dans l’idée, c’est cool quand on y pense, c’est cool quand on l’est pas. Il préfère même pas en parler tellement ça lui prend la tête. Ferme les yeux, Rick, chasse ces pensées de ton esprit, elle a raison, tu aurais du être prof de bouffe, et c’est peut-être pas trop tard, mon vieux, alors pense-s-y. Quand il rouvre les yeux, blondie est encore en train de manger et … pourquoi il trouve ça bien ? Peut-être parce qu’elle est maigre, mais pourtant, le social c’est pas vraiment son truc… C’est qui, blondie ? Inconnue, veut liberté. Tout s’explique, le burger, tout ça. Il comprend que des gens aient toujours dicté à blondie tout ce qu’elle devait faire, il les comprend : il fait comme eux. Regardez-la, blonde comme les blés, jeune, poupée fragile lâchée dans la jungle bétonnée, on n’a qu’une envie : lui dire qu’on sait mieux qu’elle comment prendre soin d’elle. On voudrait la protéger, la petite perle, alors on fait connement comme des cons de touristes : on la fourre au fond de sa poche pour bien la préserver des heurts. Mais les spécialistes de la perle vous diront qu’une belle perle et bien précieuse perle ne l’est qu’à condition d’être un peu cabossée. Une perle lisse, ronde et blanche a tout du toc. Et blondie, elle est encore bien trop belle pour être ce qu’elle mérite d’être : une perle précieuse. Il secoue l’index, négatif. Faux. Inconnue, plus maintenant, attend, je viens de te filer mon nom ! Merde, quoi. Quant à la liberté… Il se désigne le torse de ses deux mains. Tu viens de la trouver. La liberté, mon chou, c’est la connaissance. Tu viens de manger le meilleur burger de ta vie parce que tu savais ce qu’il y a dedans et pourquoi c’est si bon. On peut faire ça avec tout, ça prend du temps, faut pas hésiter à se mouiller, mais c’est comme ça qu’on devient libre. C’est comme ça qu’Adam et sa meuf se sont cassés du Paradis que Dieu avait dessiné pour eux : ils ont pris le temps de capter la supercherie. Je te promets pas que l’envers du décor soit aussi sublime que celui que tes parents t’ont promis, mais au moins, il aura un vrai goût, tu vois, comme le concombre que certains cons balancent hors du burger. Il attend qu’elle termine de manger, déjà prêt à se lever et l’emmener avec lui découvrir le monde, hors matrice.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : NEPTUNIUM 237

▸ MESSAGES : 166

▸ HERE SINCE : 25/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Lun 1 Déc - 14:01

elle veut de la liberté. plus de liberté. elle veut faire ses propres choix. elle en peut plus des règles féline. maman, elle a toujours été trop stricte avec elle. et puis, son nouveau mari c'est toujours pris pour son père. d'ailleurs celui-ci, elle a pas eu le droit de le voir. enfin, quasiment pas. apparemment, c'était pas un bon parent. mais maman était pas mieux. et puis, elle en demandait toujours trop à sa fille. être parfaite, c'était un job à plein temps. et féline, elle voulait pas être parfaite. elle n'a jamais voulu être enfermée dans une cage dorée. elle voulait sa liberté. découvrir d'autres horizons. vivre sa vie sans avoir à se soucier du regard des autres. elle ne voulait plus de personne. elle était comme blasée. alors, elle était partie. et puis, elle s'était retrouvée ici. ok, t'as raison. je ne suis plus inconnue. ensuite ? elle releva les yeux vers rick. continuant de manger ses frites. d'ailleurs, celles-ci descendaient à une vitesse incroyable. il avait raison. c'était le début de la liberté. elle comprenait, elle apprenait petit à petit et elle avait hâte d'en savoir encore plus. et puis, comme rick était un peu prof et qu'elle n'avait rien de mieux à faire et bien, elle a pris une dernière gorgée et elle s'est essuyée les mains. et tu proposes quoi pour remédier à ça ? après le burger, dans quelle théorie loufoque allait-il se lancer ? elle avait hâte d'en savoir plus. enfin, faudrait-il d'abord qu'il accepte de l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : kidd., ginsberg.

▸ MESSAGES : 147

▸ HERE SINCE : 26/11/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 3 Déc - 11:35

Il a terminé son repas, elle aussi, et il bondit de sa chaise, déterminé. Elle l’a lancé, fallait pas. Viens, je t’emmène, lance-t-il à la volée en empilant leurs deux plateaux pour les balancer à la poubelle et attraper son blouson resté sur le dossier de sa chaise. La potentialité que cette jeune lycéenne suive un inconnu tel que lui et qui semble son aîné d’un bon nombre d’années ? Quasi nulle, ce qui explique qu’elle le suivra. Il sait déjà où l’emmener, le théâtre est ouvert, à peine, les répétitions ont commencées, et c’est là-dedans que se trouve la liberté, croyez-le sur parole. Le reste de la troupe va l’adorer, surtout Ninon et Laura, il n’a aucun doute sur l’hystérie maternelle de ces deux nanas. Sasha se transformera sans doute en Roméo, à genoux devant elle, déclamant des vers sur sa beauté et jouant un rôle qu’il n’est pas, plus convaincant encore que s’il l’était. C’est aussi ça, le théâtre. Jouer, comme des mômes dans des corps immenses. Elle le suit et il lui ouvre la porte. C’est tout près, t’en fais pas, je te ferai un mot d’excuse sur ton carnet de correspondance, dit-il avec un sourire.

_________________
“they bade farewell, they jumped off the roofl to solitude and then, death. ”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

▸ CRÉDITS : javanaise.

▸ MESSAGES : 1652

▸ HERE SINCE : 13/01/2014


MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   Mer 17 Déc - 15:26

pas de réponse depuis plus de dix jours, j'archive. :white:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i see what i eat, i eat what i see.   

Revenir en haut Aller en bas
 

i see what i eat, i eat what i see.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I LIKE TRAINS :: rp :: rp terminés-